Les promoteurs immobiliers israéliens se préparent à une vague d’immigration

Les promoteurs immobiliers israéliens se préparent à une vague d’immigration

0
119

Avec la montée en flèche des incidents antisémites en Europe occidentale et en Amérique du Nord, l’Agence juive rapporte un intérêt croissant pour l’immigration en Israël.

Il y a les premiers signes d’une vague d’immigration vers Israël à la suite d’une recrudescence d’incidents antisémites horribles que connaissent les Juifs de la gola. Alors que l’Agence juive et le ministère de l’Aliya et de l’Intégration estiment que dans quelques mois l’ampleur de cette vague sera plus importante, les sociétés immobilières organisent déjà via des sites Internet et des conférences virtuelles et organiseront bientôt des conférences à l’étranger.

Il semble que l’activité antisémite en Europe occidentale et en Amérique du Nord ait dépassé toutes les frontières, tant en termes de slogans appelant à la destruction d’Israël qu’en termes de comportement et de messages racistes durs dirigés contre les Juifs de la gola. Cependant, il existe une distance énorme entre les discours, les évaluations et la réalité des actes. Cela ne fait que six semaines que la guerre a commencé, alors dans quelle mesure une vague d’immigration juive vers Israël est-elle réellement en préparation?

Des centaines de dossiers d’immigration ont été ouverts

« Il est certainement possible de parler d’une vague d’immigration en cours » déclare Shai Felber, directeur adjoint de l’unité d’immigration et d’intégration de l’Agence juive. « Nous constatons une tendance qui a commencé une semaine après le début des combats, par rapport aux données d’octobre de l’année dernière, et remarquons que dans les pays occidentaux comme les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et plus encore, il y a une tendance à ouvrir des dossiers d’immigration, qui est la première étape de la ’alya.

Dans ces circonstances, il est facile de comprendre pourquoi cela se produit maintenant mais Felber associe ce qui se passe à deux facteurs. « Le premier facteur est le fait que les Juifs de la gola veulent faire partie du peuple israélien. Il y a ici une large expression de solidarité et de compréhension du fait que l’État d’Israël a besoin de tous. À propos, cela s’est produit après la guerre des Six Jours et la guerre du Kippour. Cela rejoint le deuxième facteur : de nombreux Juifs ne se sentent pas en sécurité dans leur communauté. Les événements en Israël les attirent et ce qui se passe à l’étranger les pousse. »

Felber indique qu’en octobre 2022, 90 dossiers d’immigration ont été ouverts en France, alors qu’en octobre 2023, 450 dossiers ont été ouverts. En Amérique du Nord, 150 dossiers ont été ouverts contre 80 l’année dernière et au Royaume-Uni, 60 ont été ouverts contre 40 l’année dernière. « À mesure que le temps passe et que la situation se calme ici, ou du moins se stabilise, nous verrons la tendance diminuer. Cela s’est également produit après l’opération Bordure Protectrice (en 2014) » dit Felber.

Quelque chose de similaire s’est produit en 2015 après que quatre Juifs ont été assassinés par un terroriste musulman qui a attaqué un supermarché casher en France et qu’il y a eu une augmentation de l’immigration juive à Paris.

L’attaque du supermarché juif de Paris constitue un événement spécifique tant dans le temps que dans le lieu. N’a-t-il pas été oublié très vite ?

« Après l’attaque du supermarché, nous avons accueilli 6 000 à 7 000 personnes en Israël en deux ans depuis la France. Ces événements, ainsi que les événements de l’Opération Bordure Protectrice qui s’étaient produits peu de temps auparavant, ont contribué à l’immigration de nombreux Juifs en Israël. Cependant, après deux ou trois ans, la situation sur le terrain s’est calmée. »

D’un autre côté, la décision d’émigrer ne se produit pas toujours comme ça et il faut naturellement du temps entre la prise de conscience de la nécessité d’immigrer en Israël et l’immigration elle-même. « Au début, un dossier est ouvert et on s’intéresse à l’immigration, on examine les questions d’emploi, de logement et d’éducation. Ils deviennent plus actifs dans la réalisation de l’idée de monter », a-t-il ajouté. « Cette affaire peut aussi prendre des années. »

Israël en est encore aux tout premiers stades de la vague émergente d’immigration et les signes se traduisent actuellement par une augmentation significative des ouvertures de dossiers d’immigration, même si leur nombre n’est pas aussi impressionnant. Felber affirme par expérience que cette tendance va s’accentuer à l’avenir.

Combien de ceux qui ouvrent un dossier d’immigration émigreront réellement en Israël ?

« Cela varie d’un pays à l’autre, mais régulièrement, nous voyons 50 à 70 % de ceux qui ouvrent un dossier finir par immigrer en Israël. Nous appelons cela «le taux d’achèvement» c’est-à-dire compléter le processus d’ouverture d’un dossier et d’immigration.

Existe-t-il un certain type de population qui souhaite davantage immigrer ? Par exemple, les religieux, les ‘Harédim et même les laïcs ?

« Je ne les segmente pas selon leur orientation religieuse. Je peux dire que je vois plus de jeunes de moins de 35 ans intéressés à immigrer. Il est plus facile pour les jeunes d’immigrer car ils sont au début de leur vie. Certains d’entre eux sont célibataires et s’ils ont des enfants, ils se trouvent encore à une étape de leur vie relativement facile à transitionner. En général, nous constatons un lien préalable entre ces personnes et l’État. Soit grâce à une éducation judéo-sioniste en participant au Tagalit-Birthright, soit en ayant de la famille en Israël. L’immigration constitue une solidarité pour ceux qui ont un lien avec leur identité juive et sioniste. »

Quand pourra-t-on qualifier ce qui se dessine aujourd’hui de vague d’immigration ?
« Dans quelques mois nous assisterons à une forte augmentation du nombre d’immigrants et à une tendance croissante de l’ouverture de nouveaux dossiers. Nous sommes actuellement en réunion avec le ministère de l’Aliya et de l’Intégration et élaborons des plans pour apporter une solution à cette situation.

Les professionnels de l’immobilier se préparent à une vague d’achats

Ceux qui ont déjà commencé à agir en partant du principe qu’un afflux de milliers d’immigrés et davantage impacterait encore le pays immédiatement après la guerre sont des sociétés immobilières qui estiment que peut-être le salut viendra de l’étranger pour une industrie actuellement en déclin, au milieu de sa pire crise depuis des décennies. « Nous nous intéressons aux clients juifs et à ce qui leur arrive dans les différentes communautés, et tout le monde nous parle d’une augmentation de l’antisémitisme et de nombreux plans afin d’immigrer en Israël ou d’acheter une propriété en Israël, car qui sait quoi ? cela arrivera dans le futur », déclare Amos Naim, PDG de la franchise Keller Williams Israël. Keller Williams possède des agences dans 55 pays et, avec leur aide, une conférence Zoom a été organisée il y a quelques jours par la branche israélienne avec la participation de nombreux résidents étrangers, au cours de laquelle des options d’achat d’appartements en Israël leur ont été présentées.

« Avec la communauté juive sud-africaine, par exemple, nous sommes en communication très étroite. Elle rassemble environ 50 000 personnes et nous organisons pour elles des conférences sur l’immobilier quatre fois par an. Ils subissent actuellement une redoutable vague d’antisémitisme. Dans quelques mois, des élections auront lieu là-bas, et l’un des candidats est en fait un partisan du Hamas, alors maintenant il accroche des pancartes dans les quartiers juifs appelant à armer l’organisation terroriste. Cela me rappelle vraiment l’Allemagne des années 30. De ce fait, ils sont nombreux à nous dire qu’ils sont sur le chemin de la préparation à l’immigration ou à l’achat d’un appartement en Israël. Aux États-Unis, nous entendons dire qu’ils créent des groupes de défense d’urgence. Qui aurait imaginé une chose pareille ? En plus de sa succursale en Afrique du Sud, Keller Williams opère également auprès de communautés au Royaume-Uni, au Canada, en France et dans d’autres pays.

Précommander des appartements pour l’après-guerre
La société de logiciels de marketing et de vente BMBY prévoit d’organiser dans les prochains jours un salon de vente international virtuel au cours duquel des milliers d’appartements seront proposés par des sociétés de développement telles que Tidhar, Carasso, Rotshtein, Rotem Shani, Acro Real Estate, Yuvalim, Yesodot Eitanim, Itzhaki Investments Group, Oron Real Estate et Amram Avraham.
Le fondateur et président de BMBY, Mark Ze’evi, a déclaré que dans le cadre du salon, une carte interactive sera présentée avec des détails sur plus de 250 nouveaux projets à travers Israël. Grâce à un système de visualisation, il sera également possible d’entrer dans chaque projet et d’effectuer une visite virtuelle, tout en fournissant des informations détaillées sur l’environnement.
Dans le cadre du salon, des conseils seront également fournis aux résidents étrangers et des informations et réponses seront transmises sur le marketing, le financement, les investissements, la fiscalité et la réglementation en Israël, et un ensemble d’avantages sera proposé comprenant des conseils hypothécaires, des conseils fiscaux personnalisés, un étalement de taxe d’achat pendant 36 mois sans intérêts et un forfait de mise à niveau. Les participants au salon pourront pré-commander un appartement et effectuer l’achat après la guerre.
D’autres promoteurs ont également déclaré à « Globes » qu’ils ont constaté un intérêt inhabituel pour leurs projets de la part des résidents juifs vivant à l’étranger. Le secteur immobilier israélien a de grands espoirs qu’une grande vague d’immigration se matérialise après la guerre.

Source Globes, Israel business news en anglais – ashdodcafe.com

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
ILS Shekel israélien
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop