L’exigence illusoire du Hamas dans le cadre de l’accord

0
74

Les négociations pour un accord sur la libération des otages se poursuivent et, entre-temps, le Hamas continue de créer des difficultés en exigeant la libération, dans le cadre de l’accord, également des terroristes de No’hba qui ont participé aux massacres du 7 octobre | Netanyahou a déclaré aux familles : « S’il existe un accord qui est bon pour l’État d’Israël, pour le retour des personnes enlevées et pour atteindre les objectifs de la guerre, je le ferai », même au prix de la chute de la coalition.

Be’hadré ‘Harédim

Nouveaux détails sur les grandes lignes de l’accord : le chef du Mossad, David Barnéa, a lu un document en 9 points aux ministres du cabinet de guerre. Dans les grandes lignes, il s’agit dans un premier temps de la libération de 35 personnes enlevées vivantes. La trêve présentée durera environ 42 jours, pour chaque jour de cessez-le-feu un otage sera libéré, soit 35 jours de trêve ainsi qu’une semaine pour de nouvelles négociations, rapporte ‘News 12’.

Un haut responsable aurait déclaré que le débat ne porterait pas nécessairement sur le nombre de prisonniers mais sur leur « qualité ». Quoi qu’il en soit, même après le feu vert du Hamas, il faudra entre une semaine et dix jours pour parvenir à un accord.

Ce soir, Kan 11 rapporte également que le Hamas crée des difficultés et formule des exigences inacceptables. Dans le cadre de cet accord, l’organisation exige la libération des terroristes de No’hba qui ont participé au massacre du 7 octobre. Des discussions sont en cours en Israël et aucune décision n’a encore été prise à ce sujet.

Entre-temps, il a été rapporté que les familles des personnes enlevées ont demandé aujourd’hui, lors de leur rencontre avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou, de faire avancer un accord même au prix de la dissolution du gouvernement. Celui-ci a répondu : « S’il existe un accord qui est bon pour l’État d’Israël et pour le retour des personnes enlevées et la réalisation des objectifs de guerre – je le ferai, cela ne m’intéresse pas. Vous avez posé des questions sur la coalition – Il n’y aura pas de coalition ».

« Mais si j’en suis convaincu, je penserai que cela mettra en danger la sécurité d’Israël ou ne permettra pas d’atteindre les objectifs que nous souhaitons – je ne le ferai pas », a déclaré le Premier ministre.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire