Réflexions à la suite d’une catastrophe familiale

136
3972

Une terrible histoire récente qui a eu pour cadre des familles juives françaises fort connues nous amène à mettre le public en garde face à certains personnages douteux, voire dangereux.

Parait dans Kountrass n° 264, en voie de parution. Illustration : un marchand à Port Lyautey

Il n’est pas possible d’en dire plus sur cette affaire, si ce n’est qu’en fin de parcours une femme de 48 ans, mère de huit enfants, a exigé le divorce et s’est remariée avec un jeune homme de 24 ans, étudiant dans une des plus grandes Yechivoth d’Erets Israël. Elle avait été amenée à s’occuper de ce jeune sur le plan psychologique – une femme qui s’occupe d’un jeune homme !

Inutile de décrire la situation dramatique dans laquelle s’est retrouvé ce père de famille, chez qui évidemment tous les enfants sont restés, ou l’autre famille, qui voit l’un de ses enfants se marier avec une femme qui pourrait être sa mère, et qui sans doute ne lui donnera jamais d’enfants.

Mais l’autre point important dans cette très triste histoire, ce sont les conseils que ces gens ont reçu d’un certain «kabbaliste», leur disant qu’ils étaient faits l’un pour l’autre ! Qui est-il, de nos jours, capable de fixer une chose pareille et de conduire à la destruction d’un foyer ? Et qu’en sera-t-il de cette famille que ce désastre laisse dans une situation terrible, huit enfants sans mère, avec un père désemparé ? Ou les parents du jeune homme, qui évidemment avaient d’autres plans pour lui, d’autres espoirs ?

Notre n’avons cesse de parler de l’importance des Guedolé Israël et du Da’ath Tora qu’ils répandent, et de dire qu’il n’est pas concevable de prendre des décisions importantes dans la vie sans demander l’avis de l’un d’entre eux et ses bénédictions, et nul doute que telle est la voie à suivre. Et, en effet, tant qu’on se rend dans ce but chez les rabbanim connus et respectés, on aura droit aux conseils que de telles personnes peuvent retirer de leur compréhension de la Tora et de leur investissement total dans son étude. Mais certains faussaires profitent de cette conduite et de la naïveté du public pour occuper cette fonction et pour prendre les rennes. Ils vont se revêtir de la manière la plus impressionnante possible et peuvent attirer, avec le temps, du public, qui, souvent, tombe sous leur coupelle et n’est plus en mesure d’entendre des critiques ou des mises en garde.

Les exemples ne manquent pas, mais, évidemment, il n’est pas donné d’en parler et de citer des noms… Là, en la présente occurrence, le « conseiller » de ce couple est connu (y compris par la police – car il peut s’agir là d’une conduite de chef de secte, ce que la loi israélienne interdit) comme était fort éloigné du respect réel de la Tora, et se conduit même de manière inacceptable dans certains domaines de la Halakha.

En tout cas, nous pensons qu’il est de notre devoir le plus élémentaire de mettre notre public en garde et le supplier de ne prendre de grandes décisions qu’après consultation de rabbanim connus et approuvés.

Que l’Eternel ait pitié de Son peuple et nous envoie le Machia’h le plus vite possible !

136 Commentaires

  1. Bonjour,

    N’y aurait-il pas une justification et un but (to’eleth) a publier le nom de ce « kabbaliste », pour mettre en garde le public (a moins qu’il n’ait fait teshuva entre temps)?
    Une affaire de mohel a defraye la chronique recemment en France, pareillement a mon avis il aurait valu la peine de prevenir le public de se tenir a distance de certains personnages.

  2. Au vue des données sur l’âge des personnes concernées et du nombre d’enfants de la mère, le nom des protagonistes est maintenant reconnaissable, et au passage, vous expliquez ce qui a constitué un énorme point d’interrogation pour ceux qui ont entendu la nouvelle.

  3. Je pense que le public devrait en savoir plus car ce kabbaliste en fait bien plus que ce que le monde en sait et ce n4est que la face decouverte de l4iceberg !
    Je pense et je saisצ car je suis de son quartier.

  4. Un journal aussi important que le vôtre se devait de dénoncer les graves dérives de ces pseudo-rabbanim, cependant à mon humble avis cela en soi-même ne pourrait suffire à expliquer cette malheureuse tragédie et cela peut même contribuer à minimiser quelque peu la responsabilité de cette femme qui a pu se servir de ce « mekoubal » pour manipuler l’opinion générale, et ce pauvre jeune jeune dans la foulée, sur lequel elle a pu exercer une emprise malsaine et décisive. Or dans votre article, vous semblez présenter cette dérive comme la principale cause de ce désastre, et occulter le libre arbitre d’une personne d’un âge aussi mûr ayant de surcroît a occupé un poste dans l’éducation qui ne peut si facilement se « cacher » derrière de tels arguments.

  5. bojour a vous rav
    je pense que le public devrait en savoir plus car ce kabbaliste en fait bien plus que ce que le monde en sait et ce n est que la face decouverte de l iceberg !!
    je pense et je sais car je suis de son quartier

  6. Des que vous le pouvez Kvod harav, dites le nous. On le sait bien qu’il faut se méfier et qu’une barbe, une cour, des gardes du corps un bon marketing et on a un « grand rav ». ) Cf rav X ou le fameux rav Y…..chacun en reconnaîtra un………..

    • Toutefois non, ce n’est pas exactement le cas : ce gars n’est pas un Talmid ‘Hakham, ni non plus ne s’habille comme tel, mais il parvient à avoir du pouvoir sur des gens à partir de rien. Et c’est encore pire : quoi, nous avons de tels imbéciles parmi nous, capables de tomber sous la férule de tels individus qui n’ont en fait rien à vendre ?

  7. Concernant cette femme et ce jeune homme, est-ce que les Rabbanim (les vrais) ont condamné leurs agissements ? Sinon, c’est peut être l’occasion de juger favorablement et de penser qu’il y a peut-être des raisons valables ou du moins comprehensibles qui expliquent le divorce et le rapprochement de 2 personnes qui, effectivement sur le papier, n’avaient rien à faire ensemble mais qui sont à présent mari et femme. Ce serait bien d’etre éclairé sur ce point pour éviter le Lachon Hara (je ne parle pas de votre article mais plus des conversations de voisinage…).

    • N’étant pas au Beth Din, nous ne pouvons pas savoir où il en est. Toutefois il est difficile de concevoir là des raisons valables : il ne s’agit pas moins de l’assassinat de huit enfants et du mari (qui prend très mal ce drame), et cela n’est absolument pas pardonnable. Il se peut que les relations au niveau du couple n’étaient pas très bonnes, mais est-ce que cela peut permettre une telle issue ? Une personne responsable peut-elle se conduire ainsi, n’a-t-elle pas de responsabilité envers sa progéniture ? Cela ne parait pas acceptable.
      Puis si quelque chose s’est-il passé quand cette personne était encore mariée (c’est semble-t-il la question que se pose le Beth Din), alors le nouveau couple n’a pas le droit de vivre ensemble !
      Et puis, la « carrière » de ce jeune est définitivement détruite – comment peut-on accepter qu’une psychologue de 48 ans, mère de 8 enfants, dont les cours passaient sur certains sites, se permette une telle conduite ? Aucun doute que non !
      Au contraire, il faut protester au maximum face à un tel cas, afin que le public sache que nous sommes contre, et que nul ne se permettre d’agir de la sorte !
      Cette femme risque de claquer la porte au monde religeux, nous dit-on. Mais elle s’en est exclue elle-même ! Et, quelque part, il vaut mieux qu’il en soit ainsi. Nous n’avons pas besoin de tels exemples parmi nous.

  8. Differents scenario pourraient expliquer cette situation. Et les femmes qui ont souffert dans leur Chalom Bayit et manqué du minimum vital pourront, je pense, la comprendre. La moitié des enfants sont maries bH, ce n’est pas une jeune maman. C’est je pense une femme qui s’est battue jusqu’au bout pour son couple et sa famille mais a qui il devait manquer l’essentiel de l’epanouissement personnel. Comment aurions-nous, a sa place, supporte ça ? On ne peut pas juger…
    Quant au jeune homme, je pense qu’il assume pleinement et que ce n’est pas du tout une victime d’une quelconque manipulation.
    Je ne dis pas que ce qui s’est passe est une bonne chose, evidemment que cela entraine la souffrance des enfants et du mari (ce qui est le cas dans tous les divorces mais là c’est amplifié evidemment), je voudrais juste qu’on se mette à sa place. Ce n’est pas qu’une simple « psychologue dont les cours passaient sur certains site » mais une Rabbanith remarquable d’intelligence de Yirath Chamaïm, de ‘hessed, de tsni’out etc… Donc il est évident que seules des raisons tres valables peuvent expliquer ses choix.

    • Désolé, ce que vous dites est inacceptable : d’abord, il est totalement inconcevable qu’une femme s’occupe d’un jeune homme en difficulté ! Il y a suffisamment de psychologues hommes pour cela.
      Puis une grande question se pose au niveau de leur droit hilkhatique de se marier.
      Enfin l’intervention d’un « kabbaliste » dont l’incapacité est de notoriété publique qui déclare que leurs âmes sont faites l’une pour l’autre est un élément parfaitement déplorable et critiquable.
      Encore une fois, le Beth Din de Bené Brak est sur le point de publier ses conclusions, et l’on verra ce que cela donne.

      • Je suis d’accord avec vous .On ne peux pas voir les choses qu’avec des lunettes de reproches. C’est trop facile.c Ce qui est grave c’est comment ce soit disant rav a utilisé cette déroute et détresse de deux personnes qui ont eu le malheur de se rencontrer dans des circonstances douloureuses. Le fait aussi primordial est qu’une femme de 48 ans ne peut pass occuper d’un homme de 24 ans. LA EST LE VRAI PROBLEME.

    • Yirat Chamayim? Tsniout? ‘Hessed? Comment expliquer que cette personne en soit arrivée là ? Car il est clair que les circonstances dans lesquelles une telle rencontre ait pu se produire n’ont pas été en conformité avec le cadre des Halakhoth élémentaires de tsni’outh et des barrières que ‘Hazal nous ont érigées comme les hilkhoth Yi’houd (dont on peut une fois de plus juger de leur bien-fondé – comme si on avait encore besoin de se convaincre à ce propos -) et qu’il est ridicule dans ce cas de figure de parler d’un choix réfléchi et objectif comme on le préconise pour les rencontres organisées en vue d’un mariage, non, ici c’est la passion qui a pris le dessus hélas….
      D’autre part n’oublions pas que dans la vraie Hachkafa de la Tora, on ne peut dissocier l’enseignement qu’une personne dispense et son comportement sur le plan personnel et privé. N’est ce pas Aristote à qui on avait reproché sa conduite de dépravation incompatible avec son rang de philosophe, qui avait rétorqué : « Mais là je ne suis pas Aristote »-en d’autres termes j’ai le droit de laisser libre cours à mes pulsions les plus basses- hamavdil élèf havdalot combien nous pouvons nous inspirer et prendre exemple de nos Grands de la Tora justement en observant leur conduite noble et irréprochable dans tous les domaines de leur vie !
      Et pour finir n’oublions pas que toute personne même la plus haut placée doit constamment rester sur ses gardes et ne pas se faire confiance qu’elle sera à l’abri des tentations comme il est dit dans Pirké Avot: Al taaminne beatsme’ha ad yom mote’ha.

    • Il faudrait rectifier quelques détails.
      1.elle n’a marié que trois enfants sur 10
      2.une femme mariée ne reste pas seule à parler le vendredi soir avec un garçon meme si elle est chadhanite
      3.où est la reponsabilité d’une mère de 10 enfants qui leur tournent le dos et lui en veulent
      4.si le chalom bait était tellement dans ses cours, le divorce n’est surement pas une explication
      5 avant de parler en bien sur les autres il faudrait se renseigner des faits à la sources et pas aux rumeurs, non plus les juger en tout cas savoir la verité des deux familles !!

  9. 100% d’accord avec vous pour le premier point. Pour le 2e, comment savoir ? Et le 3e point, de nouveau d’accord.
    Je ne dis pas que ses choix sont les bons. Je voudrais juste qu’on la comprenne (même dans ses erreurs) comme on comprend un parent qui a mis fin a ses jours laissant ainsi toute sa famille orpheline. Dans ce 2e cas, la communaute se montre bien plus empathique et bien moins enclin à juger. Pourquoi ne pas penser que l’etat emotionnel et psychologique de la femme dont on parle devait etre tres gravement atteint pour agir de la sorte (je ne parle que du divorce pour une personne plus jeune, pas d’une très improbable tromperie) ?
    Pourquoi ne pas nous dire ce qu’en pensent les Rabbanim qui la connaissent bien ? Ça nous ferait sortir du doute.

    • Le second point est effectivement difficilement vérifiable, et très certainement pas à faire savoir en public, mais il est probable, à ce qu’en disent les rabbanim qui s’occupent du dossier depuis près de deux ans.
      La femme en question ? Ce que le public doit savoir est qu’il est impossible de lui faire confiance, et qu’il faut l’éviter – mais encore une fois, voyons ce que fixent les rabbanim à son égard.

  10. Bonsoir je ne comprend pas le but de publier cette histoire. De plus en donnant tellement de détails beaucoup de gens sauront de qui il s’agit. Vous aurez très bien pu condamner le comportement douteux de certains « rabbins » sans ramener tout ces détails. Votre article m’a donné l’impression de lire un article dans un journal people qui met en avant toute sorte de potin. Je m’attendais à mieux de la part d’une revue juive religieuse.

    • D’un autre côté, il faut mettre le public en garde contre le fait, dans cette histoire, qu’on ait autorisé un jeune à se faire suivre par une femme psychologue. Et aussi, du fait qu’il puisse y avoir des « kabbalistes » sans base ni sérieux.

    • D’accord à 100% avec Raphael Zaoui, BRAVO,
      aucun intérêt si vs donnez pas le nom du kabaliste, juste à faire du buzz sur le dos des concernés par de cette terrible tragédie.

      • Alors autant vous le dire : l’intérêt de la chose est que le public commence à prendre conscience du fait que d’être kabbaliste est un métier dangereux, pour soi-même et plus encore pour les autres, qui risquent de succomber face au « pouvoir » dudit kabbaliste, bien plus que face à un rav « normal ».

  11. Effectivement. Chaque mot est juste. Et il y a encore énormement de questions à se poser à ce sujet.
    Entre autre : comment ce fait-il que la rabbanout a accepté de les marier si facilement sans creuser plus loin ?
    Pourquoi le Beth Din qui s’est occupé de cette histoire n’a pas été en syncro avec la rabanouth ?
    Finalement il s’avère que c’est une vielle histoire qui dure déjà quelques années et que beaucoup de gens étaient au courant et que tout le monde s’est tu, peut-être par peur, peut-etre par crainte du lachon hara ou du ‘hilloul Hachem. Il est à se demander combien faut-il mettre en jeu la faute du lachon hara, si on arrive à de telle situation. Ce n’est pas la premiere fois qu’on entend des drames aprés coup, alors que cela aurait pu être evité ou minimiser les dégats si les gens au courant parlaient !
    comment ce fait-il que cette femme continue ses conférences et qu’elle se trouve en France actuellement sans aucun scrupule avec un tsibour qui continue à boire ses paroles ?
    C’est effrayant ! Où sont les rabbanim de france et les rabbanim français en Israël ?
    Elle a plus de 300 abonnés dans son groupe whatsapp où elle partage sa chita psychologique du bonheur conjugal !
    Pourquoi se suffir d’un article dans un journal et ne pas agir, vous les rabbanim ?
    Concernant ce kabbaliste, pourquoi personne n’agit à son égard ?
    Pourquoi la police n’est-elle pas melée ?
    Nos rabbanim ne sont-ils pas la pour que nous les particuliers (qui ne pouvont rien faire) sachions que nous avons sur qui nous poser et faire confiance qu’ils s’occupent des problémes nous entourant ?
    Ce cas n’a t-il pas été suffisamment grave pour que tout les rabbanim impliqués s’acharnent pour s’occuper de traiter ce jeune homme et éviter cette catastrophe?
    Si cette femme savait que sa parnassa et sa popularité seraient détruites du fait de sa conduite, elle ne pourrait plus se promener avec un grand sourire dans son quartier, elle se serait peut-être reposé la question ?

    • Sachez que des rabbanim s’en occupent depuis deux ans, mais que faire ? Ces gens n’écoutent pas – on appelle cela en langage à usage interne les effets du Yétser hara’, et quand des personnes tombent dans ses pièges, tout est possible.
      Mais la rabbanouth, ou la police, n’ont pas d’outils pour agir en cette occurence : qu’ont-ils fait d’interdit, et s’ils en ont fait, c’était dans l’intimité.
      Quant au public, en effet, à présent les sites qui présentaient ses conférences les ont toutes enlevées, et nous en parlons également : à partir de là, au public d’agir, et d’éviter de lui apporter son soutien en assistant à ses conférences, voire en manifestant plus fortement encore son mépris et son opposition ! Une personne avec derrière elle une telle histoire ne mérite pas d’être écoutée, quand bien même elle parlait bien : quand on ne sait pas aller contre les incitations à faire du mal, on reste dans son coin.

  12. Bonjour Rav,

    Je connais cette Rabanit personnellement. Cependant, si l’on suppose qu’il ne s’est rien passé entre les 2 avant le mariage, y’aurait il un problème de se marier avec une femme plus âgée ? Le réel problème de cette histoire est la difference d’age ou bien le fait qu’il y’ai un doute sur l’antecedent de cette histoire ?

    Merci à vous rav

    • Oui, il y a un problème en soi : un tel couple n’aura pas d’enfants, sans doute aucun. Or nous sommes sur terre dans ce but-là, celui d’en avoir. Certainement pas pour se marier dans de telles conditions. L’autre problème existe, enfin, eux doivent savoir ce qu’il en est.

        • Strictement aucune chance.
          Pas seulement du fait de l’âge de cette femme, mais aussi parce que ce genre de conduites ne peuvent qu’engendrer au contraire des enfants catastrophiques.

      • Quelle bêtise monumentale !
        Nous ne sommes absolument pas sur terre pour avoir des enfants ! Et ce n’est encore moins le but d’un mariage !
        Je suis sidéré de lire ce genre de choses sur ce merveilleux site…

        Sans rentrer dans des réflexions folles, le simple fais que la Tora ne demande pas à une personne stérile de se suicider, ou que plusieurs des grandes figures du judaïsme aient eu plusieurs femmes prouve que ce que vous dites est faux …

        • Evidemment, il serait mieux que vous nous indiquiez vos sources.
          Pour notre part, qui étudions actuellement le Daf haYomi, nous avons justement vu hier (Guitin 42) qu’un esclave (!) coincé pour des raisons quelconques qui font qu’il ne peut pas convoler en justes noces, ou au moins avoir droit à une compagne esclave elle aussi, doit être libéré par son maitre, parce que l’Eternel n’a pas créé Son monde pour que l’on ne le peuple pas. Or de quoi s’agit-il ? D’un esclave d’origine non-juive, acheté ou kidnappé au hasard d’une guerre, et même face à lui il y a ce problème, au point que Beth Hillel (voir la Michna) change d’avis et se range à celui de Beth Chamaï, et accepte donc le principe que le maitre doit libérer son esclave dans la situation dans laquelle il est pour qu’il puisse « remplir le monde d’enfants ».
          L’homme est fait pour avoir des enfants, et un Juif doit le faire dans le cadre que la Tora lui indique, celui du mariage. Ce jeune ne peut pas avoir d’enfants vu l’âge de son épouse, et cela n’est pas correct. C’est l’obligation de tout Juif, d’après nos sources.

          • Je ne remet absolument pas en question le devoir de faire des enfants.
            Je distingue seulement le devoir et la raison (avec un petit r). On ne se marie pas pour avoir des enfants, on se marie et on a des enfants.
            A mon avis, la distinction est extrêmement importante. Se marier parce qu’on doit faire des enfants est très dangereux, et pourrait être l’origine d’un bon nombre d’articles de ce genre.
            Sinon hazak pour votre travail, et merci à vous de prendre le temps de répondre à tous ces commentaires !

          • Si c’est ce que vous vouliez dire, on est bien d’accord : personne ne se marie pour avoir des enfants, c’est une conséquence souhaitée, heureuse et enrichissante au possible. C’est une partie du deal, et tous jeunes qui se rencontrent dans le but de se marier ont cela quelque part en tête, mais de loin, et on n’en parle pas.
            En revanche, quand c’est impossible, comme pour des raisons d’âge ou autres, la question est primordiale, et c’est le cas dans l’affaire présente.

  13. Bonjour,

    Connaissant cette « rabbanith » personnelement et l’ayant suivi pendant des années, sa familarité avec les jeunes garçons a depuis longtemps fait objet de grand étonnement auprès de ses propres élèves, et voilà le resultat qu’on n’aurait jamais pu imaginer…
    Nous sommes tous boulversés et à la fois ressentons une trahison, nous qui l’avons écoutée et suivie pendant tellement d’années.
    Nous ne critiquons pas le fait qu’elle ait divorcé, mais qu’une « rabbanith » (avec tellement d’élèves qui la suivent) puisse le faire suite à un contact étroit avec un jeune garçon qui était jusque là propre et dans la Tora, et suivi psychologiquement, donc extrêmement vulnérable. Qu’elle ait quitté ses 10 enfants, et ebranlé les valeurs juives pour vivre son désir en offrant à ce jeune garçon une vie sans avenir.
    En réponse à un commentaire précédant, j’espere que vous n’aurez jamais à vivre l’expérience de voir votre fils de 23 ans qui n’a jamais connu de fille, se faire manipuler par une femme de 49 ans carismatique, expérimentée et déterminée. A bon entendeur…

    • Nous avons enlevé divers éléments permettant d’identifier cette « rabbanith », même de nombreuses personnes savent de qui il est question.

    • J’ai ecrit le commentaire dont vous parlez sans doute, puisque j’etais moi aussi une de ses eleves. Comme vous le savez, on ne parle pas de n’importe qui mais d’une femme que tout le monde aimait, respectait et admirait. Pour qu’une telle femme ait pu agir de la sorte au risque de tout perdre, ce n’est pas « stam », elle devait sacrement souffrir dans sa vie. Quant au garcon, qui connait l’ampleur de ses problemes psychologiques ? Qui sait s’il ne s’agit pas de choses graves qui auraient pu fortement contrarier ses chances de se marier avec une jeune fille de bonne famille ? Pour que 2 personnes de leur ampleur aient pu en arriver la, vous comprendrez bien qu’il y avait tres certainement un background lourd.
      C’est simplement le message que j’essayais de faire passer. Il est bien evident que le resultat est une catastrophe.

      • Je peine à comprendre pourquoi vouloir à tout prix trouver des circonstances attenuantes aux agissements de cette femme au point de presenter ce garcon comme psychologiquement atteint ? Qui de nos jours ne va pas consulter ? et même une personne diagnostiquée devrait-elle se contraindre à un mariage stérile avec un tel écart d’âge ? Quand bien même aurait-elle souffert dans son couple, cela justifierait-il une telle demarche, à plus forte raison qu’elle était son coach ? Dans le milieu medical, cela est inadmissible au point d’enduire des poursuites et d’en perdre le permis d’exercice. Il est surement bien difficile d’être desillusionnée mais avons nous le devoir de juger favorablement dans ce cas ?

  14. En tout cas hazak, je vous avoue avoir copieusement apprécié la letsanout inavouée qui se cache derrière le projet et le contenu en soi de cet article.
    Vous nous avez servi de la haute gastronomie, les fins gourmets se régaleront !

    • Difficile de comprendre ce que vous voulez dire, mais peut-être oui, car il faut désavouer en public des conduites qui ne collent pas avec notre éducation et les règles de la Tora.

  15. Et quand on décide de se positionner en tant que magazine people digne de ce nom, comme vous le faites si bien avec le style d’écriture de votre article (suspens et rebondissements qui feraient saliver plus d’un curieux), on fait les choses jusqu’au bout et on publie la photo du mariage !
    Closer le fait, il n’y a pas de raison que le Closer Froum ne le fasse pas…

    • Nous ne sommes pas un journal de scandales et autres. Nous avons devant nous une affaire horrible, qu’il nous faut condamner. C’est ce que nous avons fait, et cela s’arrête là.

  16. La tournure en dérision de par votre commentaire, Ismeou, est déplorable et prouve que vous ne connaissez pas Kountrass. Mon mari et moi sommes abonnés à ce magazine (ce que je vous conseille chaleureusement de faire) depuis son apparition – correspondant à l’année de notre mariage. Et il ne fait aucun doute, à notre avis, que cette prise de position s’est faite *douloureusement* mais sciemment et motivée uniquement par l’intérêt du public.
    לשם שמים
    שה’ ישמור על כולנו וצאצאינו.

  17. Article très intéressant, mais je ne suis cependant pas d’accord avec vous…

    Après m’être un peu renseigné sur l’histoire, j’ai trouvé certaines choses qui donnaient raison a ce fameux kabbaliste. En effet, jai fais cette petite découverte qui m’a beaucoup intrigué.
    Vous avez sûrement entendu dire que de cette union devrait sortir la délivrance…
    Ce couple serait les parents du machia’h ! En hébreu : ההורים של המשיח
    Guematria (avec le collel) : 962

    D’un autre côté, prenons l’âge des concernés : 24 et 48 ans, réuni en une seul par Hachem ! (24+48)/2 +1 = 36 +1 = 37
    Or guematria du nom d’Hachem 26, et 37*26= ….. 962 !!!!

    Cette démonstration est la preuve ultime ! Arrêtez donc de faire du lachon harar sur ces נשמות!!

    • Avec cela, vous justifiez toutes les méconduites qui peuvent se produire dans l’enceinte du peuple juif ! On connait : relisez l’histoire de Chabtaï Tsvi et de Ya’akov Franck ימ »ש.

    • vous nous faites bien rire avec votre Guematria… vous n’allez quand même pas cautionner un maassé de zenout à cause de chiffres qui n’ont même pas de sens. Il suffit d’une bonne immagination et d’une calculatrice et vous trouvez des Guematrioth sur tous les sujets qui vous tiennent à coeur….

    • Je trouve déplorable d’utiliser une lecture profane de nos textes sacrés pour expliquer voire justifier des actes odieux et méprisables qui portent atteinte à l’essence même du foyer juif.
      Nous avons le devoir de lire nos textes à travers nos maîtres qui nous accompagnent et nous accompagneront jusqu’à la venue du Mashia’h.
      Toute personne aveuglée par le Yetser hara se voit malheureusement parfois dans l’obligation de commenter des textes sacrés à sa guise et à son profit.
      Y a t il un plus grand ‘hiloul Hachem que cela ?
      Il faut savoir qu’il y a une hiérarchie dans la Tora depuis que Moche a reçu la Torah au Sinaï, en passant par le Choul’han ‘Aroukh jusqu’aux grands décisionnaires de notre époque.
      De mettre en conflit un feu d’artifices de Guematrioth insensées pour s’opposer à nos Maître est dangereux (sauf lorsqu’elles viennent les renforcer)
      Il n y a pas plus grande diffamation que d’accuser le Beit din ainsi que les sages de notre génération de diffamation, ce pour protéger une mécréante qui met en danger son entourage pour son plaisir personnel.
      Si vous connaissez cette personne je vous pris de lui dire qu’Hachem aime et attend le repentir de tout juif et qu’il est dangereux d’utiliser la Tora à but personnel.
      וּדְאִשְׁתַּמֵּשׁ בְּתָגָא, חלף

      • Si j ai bien compris Eliz. Cette union va nous amener le mashiah. Mais faudra attendre qui soit ne qu il grandisse et qu il devienne un sage et qu’il se dévoile.tt ça ça fait bcp de temps. désolé mais nous sommes pressés qu’il arrive vite et qu’il mette un terme à la folie du monde.במהרה בימינו אמן.

    • On est tous devenu fous ou quoi?
      Vous n’êtes pas sérieux!
      Effectivement dans l’histoire du peuple juif il y a eu des relations semblement douteuses dans la création du Mashia’h, mais qui se sont avérées ensuite permises a 100% !
      Il faut arrêter de trouver des jugements favorables sur cette action.
      Cela descend de la yirat chamaim de chacun.
      On a un devoir de condamner cette affaire.
      La seule chose est de prier pour qu’ils soient ‘hozrim bitchouva.

      Et puis en plaisantant, ce serait triste si nous devions attendre autant de temps pour le Mashia’h…

    • La guematria de כסף est 160, or vous avec poster votre commentaire à 22h56, si on additione les chiffres ça fait 15. Or 15*10 (les 10 ספירות) + 10 (à nouveau les 10 ספירות)
      Ça fait 160
      CQFD Vous devez me faire un virement bancaire de toutes votre argent. Je vous l’ai prouvé par guématria
      ATTENTION si vous ne le faites pas, la 3 ème guerre mondiale éclatera

  18. Pour revenir sur ce qu’a dit Eliz… effectivement le potentiel messianique lié à cette union est fort probable, et sur la réponse du rav, on voit pourtant que les relations les plus choquantes dans la Bible tracent l’arrivé du Messie. Je ne vois pas en quoi cette action est condamnable, ce qui est condamnable c’est le sourire qui s’est posé sur le coin de la bouche de celui qui a eu comme premier réflexe en écoutant cette affaire le fait de pouvoir encore un peu plus exister à travers des récits sur le dos des autres… Chacun est assez mature pour comprendre ce qu’il faut faire, mais l’action de la diffamation enchaîne nos âmes à la perdition !

    • Oï, et vous concevez que toute mauvaise conduite dans le cadre du peuple juif doit nous mener au silence, parce que, peut-être, ou certainement comme vous le fixez, cela va nous aider à faire venir le Machia’h ! Que D’ nous protège de telles idées ! Nous avons l’obligation la plus élémentaire de nous opposer publiquement à toute conduite qui ne correspond pas à la Halakha et à la ligne droite de la Tora, et c’est ce que nous faisons.

    • Il est inconcevable de penser même un instant que le Machia’h vienne d’une union ou d’un mariage interdits ! Les récits que vous citez de la Bible nous ont été expliqués et éclairés par nos Sages. Il y avait des éléments obscurs mais rien d’interdit ! Ce qui n’est pas le cas ici.
      Merci à rav Kahn qui relève ce défi et écrit sur ce sujet si délicat. Vous nous renforcez dans la Yirat Chamayim, vous remettez les points sur les i avec bcp de doigté et je vous encourage à continuer.

    • Vous êtes complètement malade… Allez-y, trompez vos femmes, vos maris etc. il en sortira le Mashia’h !
      Les relations les plus choquantes tracent l’arrivée du Messie mais ces relations n’ont jamais entrainé des destructions de familles entières (celles de la « rabbanith » et celle du « garçon ») qui sont effondrées de la situation.
      Le Messie peut arriver par des relations choquantes (et c’est un probleme ben adam laMakom) mais ne peut pas arriver via des relations qui entrainent autant de mal et de peine à l’entourage. La relation en question a démarrée à 100% avant le divorce de la dame.
      On connait ce que raconte la Guemara sur l’homme qui a tout fait pour prendre la femme de son patron puis en a fait son éved pour qu’il puisse le rembourser. Les larmes de cet homme qui leur servait du vin ont entrainé la destruction du Temple… Les larmes de ce que cette idiote a entrainé en étant égoiste au possible ne peut amener que destruction….

      • Tellement vrai… Merci James pour ce message, on devient presque fou à lire ces délires sur un Machiah qui viendrait de cette union de Touma et d’égoïsme.

  19. Chère anonyme,
    Il ne faut pas essayer de defendre l’indéfendable. Il y a peut être des éléments qui pourraient essayer d’expliquer certes mais finalement une personne saine d’esprit qui a ses actes dictées par les valeurs de la Tora ne peut se permettre un tel comportement avec 10 enfants encore dépendants de leur maman et aussi de l’image qu’elle donne.
    Peut-être que ces 2 personnes souffraient mais rien ne justifie un tel ‘hiloul Hachem. Notre communauté peut compter des personnes extrêment compétentes pour aider les gens, les couples en difficultés et quand bien même on en vient à divorcer… ici on parle d’un scénario qui a été fait avec abstraction des valeurs morale de la Tora (même s’il ny a pas eu de issour hil’hati).
    Les personnes qui cherchent à les défendre ne se sont pas projetés une seconde dans la souffrance et la douleur des enfants de cette femme et des parents de ce ba’hour.

  20. Je trouve déplorable d’utiliser une lecture profane de nos textes sacrés pour expliquer voire justifier des actes odieux et méprisables qui portent atteinte à l’essence même du foyer juif.
    Nous avons le devoir de lire nos textes à travers nos Maîtres qui nous accompagnent et nous accompagneront jusqu’à la venue du Mashia’h.
    Toute personne aveugle par le yetser hara se voit malheureusement parfois dans l’obligation de commenter des textes sacrés à sa guise et à son profit.
    Y a t il un plus grand ‘Hilloul Hachem que cela?
    Il faut savoir qu’il y a une hiérarchie dans la Tora depuis que Moché a reçu la Tora au Sinaï, en passant par le « Choul’han ‘Aroukh » jusqu’aux grands décisionnaires de notre époque.
    De mettre en conflit un feu d’artifice de « Guematrioth » insensé pour s’opposer à nos Maître est dangereux (sauf lorsqu’elles viennent les renforcer).
    Il n’y a pas plus grande diffamation que d’accuser le Beth Din ainsi que les sage de notre génération de diffamation pour protéger une mécréante qui met en danger son entourage pour son plaisir personnel.
    Si vous connaissez cette personne, je vous pris de lui dire que Hachem aime et attend le repenti de tout Juif et qu’il est dangereux d’utiliser la Tora à but personnel.
    ……וּדְאִשְׁתַּמֵּשׁ בְּתָגָא, חלף

  21. Kistiakowsky 2?!!
    Ce n’est pas vous qui avez laissé le commentaire précédemment sur la guematria farfelue du Mashia’h?
    Vous avez changé d’avis ?

  22. Je lis votre article et je suis toute renversée.
    D’abord ce n’est pas une psychologue et elle n’est que coach, c’est une petite formation de quelques mois, à bien differencier des hautes etudes de psychologie qui nous apprennent l’éthique, la distance entre le patient et le psychologue et qui exigent également un suivi très proche de la psychologue qui doit elle même introspecter si ne se reveillent pas en elle des sentiments ou d’autres besoins personnels qui peuvent fausser le suivi psychologique. Dans ce cas là,d u moment où elle aurait décelé en elles des sentiments envers ce jeune homme, il aurait fallu arrêter immediatement le suivi, comme l’éthique professionnelle nous l’impose. Ce, du point de vue professionnel, sans parler du point de vue de la Tora.
    Et maintenant au niveau humain. Comment une maman de plusieurs enfants peut abandonner ses oisillons, les laissant tristes, seuls, et sans réconfort, avec un lourd héritage à porter ? A-t-elle pensé à l’avenir émotionnel de chacun de ses petits enfants ? Toutes les pulsions du monde ne font pas le poids face à la douleur engendrée par cet acte. Cela me parait contradictoire à la nature humaine, où est l’instinct maternel ?
    Au niveau de la Tora, c’est évidemment contradictoire à tous les niveaux si tsniout, distance entre homme et femme, recherche de kavod, relation avec un homme hors mariage… pas tres catholique tout ça pour une femme juive…
    J’attends toujours la lettre officielle du daat Tora pour nous diriger quoi penser, ressentir et conclure sur cette affaire comme ce que la Tora a écrit sur les phénomenes de ce genre, par ex la icha sota…

  23. Chers ZolOubegadol/Kistiakowsky/Eliz, après avoir lu vos histoires de Messie et vos pseudos Guematrioth complètement pipées, j’ai une seule question à vous poser :
    Chère Rabanite, au lieu de vous cacher derrière tout ces noms, ne serait-ce pas plus simple de vous présenter honnêtement ?
    Faudrait être dupe pour penser qu’une personne autre que vous puisse écrire des choses aussi délirantes pour justifier vos crimes… Seule une personne profondément embourbée dans ses Averoth et ses Taavoth peut oser prononcer de pareilles stupidités et ainsi encore décupler le ‘Hiloul Hachem incommensurable que vous avez déjà causé ! Jusqu’où comptez vous aller dans votre destruction? Réveillez-vous!!!

    • Malheureusement je n’ai pas ce mérite
      Mais je suis très heureux que vous m’ayez pris pour ELLE
      Je suis un talmid mouvak
      Je suis pas contre pas mokhel sur le kavod de la rabbanit, faites teshuva svp
      Ce ne sont ni des averot, ni des taavot, juste de la avodat ashem
      Bonne soirée

  24. Comme l’ont dit nos Sages: המרחם על אכזרים סופו להתאכזר על רחמנים.
    Celui qui prend le cruel en pitié finira par être insensible à la douleur (être cruel envers) des innocents. Oh combien concis et percutant !

  25. Sincèrement touché par ton épopée,
    Un amour inattendu est né,
    Porté par des cœurs épris de vérité,
    Poursuivant un chemin à deux tracé,
    Orné de défis, de courage et de beauté,
    Ravivant l’espoir des âmes tourmentées,
    Ton amour brille, intemporel, sans vanité.
    .
    Toi qui as consacré ta vie à l’étude et l’enseignement,
    Ose écouter ton cœur et t’épanouir pleinement.
    .
    Raviver l’espoir, réinventer les rôles,
    Abattre les chaînes, transcender les protocoles.
    Balayer les doutes, le regard fixé en haut.
    Aimer sans limite, sans regrets ni remords,
    Naviguer vers l’amour, l’inconnu, le trésor.
    Imprégner l’âme d’un amour impérissable.
    Traverse cette épreuve avec dignité et fierté.
    .
    Soutien, amour et admiration,
    À toi, qui as su trouver la passion,
    Renaître par cette belle liaison,
    À travers l’épreuve, tu nous donné une belle leçon,
    Hymne à l’amour, désolé les conventions.

  26. Pourquoi tant de haine dans ces commentaires !!!!!!
    Que ce passe-t-il dans le peuple juif !
    Le monde va mal et les hommes continuent de déverser leur haine et leur mépris sur des commentaires d’un article inintéressant et contre productif.
    OUVREZ LES YEUX RABBOTTTTTAAAAYYYY

    • Oui, pourquoi ? Quelque de mauvais s’est passé dans notre peuple, et nous devons protester contre cela. C’est notre devoir élémentaire.

  27. Bonsoir à tous.
    Il y a un point dans cette histoire qui n’a pas été mis (suffisamment) en avant.
    Il est de nature morale et halakhique à la fois. Lorsqu’une dame, mère de surcroit, demande le divorce, que ce soit en France ou en Israël, elle obtient dans 99% des cas la garde de ses enfants. Cela semble tellement évident qu’il faut prouver qu’elle n’en est pas capable pour que les juges en décident autrement.
    Et alors, effectivement, si elle a pu souffrir avec le père des ses enfants et souhaite pouvoir se remarier, espérant ainsi une vie meilleure, les enfants ne coupent pas le lien avec elle, ils voient leur père dans des circonstances dont la qualité et la fréquence peut faire l’objet d’un consensus à l’amiable pour le bien des enfants et nous sommes aujourd’hui habitués à ce genre de situations. (qui ne laissent malgré tout pas les enfants indemnes mais bon…)
    Mais une femme qui est malheureuse avec le père de ses enfants et les quitte, non seulement les prive d’une affection maternelle indispensable sur le moment, mais – le sait-on ? – se voit interdire si sa nouvelle union échoue, de trop s’approcher de son ancien mari avec qui tout remariage est gravement interdit ! איסור מחזיר גרושתו et donc de ses enfants car la Halakha proscrit toute familiarité avec son ex-conjoint.
    En d’autres termes, tous les auteurs des belles déclarations et autres odes à l’amour qui fleurissent autour de cette histoire, oublient que si cette nouvelle union échoue, nous ne sommes pas dans une historiette passionnelle suite à laquelle tout pourra rentrer dans l’ordre ! Les enfants ne pourront jamais revivre avec leur mère car on imagine mal que les juges consentent à lui accorder la garde après qu’elle ait fait preuve de tant d’irresponsabilité.
    Et je ne m’étendrai pas ici sur l’image que cette mère renvoie à ses enfants, celle d’une vision de la vie (à mon avis inspiré de la littérature des Gentils) où prime l’égoïsme destructeur et non la construction de l’individu dans le cadre idéal d’une famille unie.

    • Les enfants de la dame ne parlent pas à leur mère depuis le divorce il y a plus d’un an et demi à part quelques petits qui n’étaient pas au courant de la situation.

      Ces enfants ne lui pardonneront jamais ce qu’elle a fait et ils ont bien raison. Ils hurlent en lisant vos commentaires compatissants envers l’Idiote.

      • Bonjour. Je ne compatie plus. Ni empathie, ni sympathie.
        L’idiote ? mais où va-t-on?
        Interdite à son ex ? ok ? Ses enfants dégoutés ? Peut-être… mais c’est les siens.
        Elle les a portés environ le sixième de sa vie.
        Et croyez-moi que ça joue hormonalement.
        Aider toutes ses femmes à gérer leur Chalom bayit en entendant des histoires les une plus gore (graves ? Dures ?) que les autres, ça perturbe tout bout de femme… le nefesh est atteind, détruit… Une fois le mal fait on fait quoi ?
        Car d’apres vous tout est mal… mais non tout n’est pas mal… tout n’est pas rose.
        Le niveau d’énergie psychique n’était point linéaire… et si d’après vous le principe de réalité la rattrape, et que,parvotre médiation, et médiatisation, sa méditation la forcera à trouver du plaisir dans le principe Nirvana… et qui sait où et comment finissent ou débutent ces recherches d’existence masochistes ?

        • D’après nous ? La Halakha, dictée par l’Eternel, vient et fixe des choses claires et immuables, suivies par le peuple juif depuis 3-4000 ans.
          Vient une personne et joue de tout, se joue de tout le monde, en fait qu’à sa tête, abandonne ses enfants et son mari, entraine un jeunôt innocent et stupide à la suivre, plongeant plus encore dans l’absurde (car elle ne peut plus se reprendre et rejoindre son ex mari), c’est là la responsabilité énorme et écrasante de cette personne.
          Nous ne pouvons rien faire pour elle, juste condamner sa conduite, afin que le bon peuple prenne conscience des erreurs à ne pas commettre.

  28. A l aubedix petits oisillons amassent les dernières brindilles pour leur nid guettant au loin leur mère les ayant abandonnés sans rancune. une légère brise soulevant les feuilles accompagnant avec elle un quelconque réconfort .les légères gouttes de rosée qui humectent de leur texture céleste les premières herbes d élevant à leur passage cette fraîcheur matinale apaisant leur solitude emmenant avec elle un brin d espoir une lueur ,égayant leur double deuil maternel . C’est alors se serrant les uns les autres ces derniers implorent leur créateur qui nourrit du plus sage des érudits au plus perverti ,du plus joyeux au plus démuni

  29. Cette affaire de marabout… mariage…. divorce… scandale… moi ça me perturbe.
    Je tenais à m’eclaircir, un tantinet soi peu, la vision quelque flouttée ou, du moins, très floue que j’avais de ce passage temporel, lequel traversent justement tout ce petit monde.
    Certains par choix, d’autres par procuration.
    Je ne traiterais pas du sujet de l’ego (qui aurait pourtant toute sa place).
    Je ne traiterais pas des sentiments non plus.
    Je traiterais de pas grand chose finalement.
    Mais ça a toute son importance.
    Je tenterais d’etre juste. Vraie.
    Je ne tenterais pas le diable, ni m’y allierais.
    Je laisse la parole à la deuxieme personne du pluriel.
    Chronologiquement nous avons le mekoubal, d’obédience sefarade vague selon vos dires.
    Un mari, père d’enfants mariés et non mariés (petits enfants?).
    Une mère, rabbanit, religieuse, aimée de tous, psychologue ou pseudopsychologue, à utiliser le terme garcon nous oserions opter pour le terme pédopsychologue.
    Qui de surcroit a un faible pour l’ésoterisme.
    Un jeunne homme, fragile et sensible. Ce même jeune homme que vous nommez « garcon ».
    Connaissant maintenant les prota- et anta- gonistes nous assistons à leur mutation et sa conséquence.
    Le kabbaliste, fameux marabout essayiste qui aurait au départ tenté de rabibocher ce couple, lui, vous comprendrez,n’a toujours pas constaté de transformations… pour l’instant.
    Le père a change de statut d’homme marié à homme divorcé et célibataire.
    La mère au bagage séculaire et spirituel conséquent, a troqué son couvre-chef religieux, lors de son escale en célibat, contre sa cheveulure personelle.
    Pour finalement se retrouver dans le même statut que 3 mois plus tôt (délai de retractation propre aux membres de la communaute juive) mais avec un autre partenaire; qui, justement, se trouve être notre jeune garcon.
    Lui, change totalement de parcours en se découvrant beau-père et mari simultanement du jour au lendemain.
    Y a t il une bourse conséquente en jeu?
    Se fréquentent-ils depuis longtemps?
    Quel choix aurait poussé l’un ou l’autre à commettre l irréparable?
    Quel choix les auraient poussés à s’aimer? à semer la discorde?
    Les dix cordes autour du cou de ces innocents.
    L’inséparable ?l ‘amour ? la passion ?l’amour interdit ?
    Non ce n’est pas la seule térapeuthe à soigner des jeunes de sexe opposés!
    Ni même les seuls hommes éducateurs ou maguidé shiour à enseigner au sexe fort les principes de notre loi, mais aussi la faiblesse de leur sexe, le principes de leurs lois.
    Non cette histoire ne devrait pas faire la UNE !
    Une affaire passe…. de vraies histoires, certes,non…
    revenons…
    Les enfants mariés et beaux-enfants héritent d’un beau-père en plus qui a decidé d’après certains d’entre vous, de faire son « comming-out ».
    Ils se retrouvent en supériorite numérique face aux belles-mères.
    Tandis que les enfants, résidant au foyer du père, ne voient plus leur mère ni d’ailleurs, leur nouveau beau-père (avec qui ils pourrait se lier d’amitié car plus jeunes par exemple).
    Si le père actuel venait à se remarier avec une femme qui pourrait elle aussi être jeune sans être fragile forcement, qui plus est, aura moins de souci à procréer, on assisterait à un rééquilibrage emotionnel fort agréable.
    On aurait par la même occasion le même nombre de beaux parents et pas de jalousie.
    Ce qui n’est pas anodin!!
    De plus, les parent biologiques pourront opter pour la garde alternée.
    J’aimerais ajouter que la vision de l’histoire serait différente.
    On verrais cela d’un tout autre angle.
    En terme d’éthique… y a plus sale.
    Coté amour, très original, très originel !
    Qui sait s’il ne seront pas rapidement bénis d’un joli boutchou multifonction…
    demi frere, tonton, beau frere etc…
    Son statut en dira long sur ses capacités à diriger un peuple vers la liberté.
    Vous ! Mr le rabbi ! vous nous proposez de juger une affaire par nos sentiments.
    Nous ! Mr le rabbi ! nous argumentons et terons en faveur de la liberte.
    Certes, pas en celle de Marianne ni marijeanne …
    mais en celle de MR, notre sauveteur, fil d ‘Amram.
    Je reviendrais étayer.
    En ayant pris soin de n’entrer en conflit avec qui que ce soit, sans pénétrer dans les détails,
    j’ai voulu dans cette invitation a la reflexion, m’éclairer dans un premier temps sur la manière d’annalyser une douteuse histoire décente que vous allégoriais en descente au enfer tout en ciblant la probable progéniture, la criblant de divination obscurantiste.
    Jugez autrui c’est se juger.

    • Elletz, ou avez vous vu que certains ici parlaient de coming out ?
      Qu’insinuez vous par votre phrase « Ils se retrouvent en supériorite numérique face aux belles-mères. » ?
      Votre long commentaire est plein de mystere et sous entendus…

  30. Votre commentaire, Eliz me contraint 0 intervenir de nouveau, car au-dela de la tragédie subie par ces deux familles – cette histoire presente un écueil manifeste pour les jeunes gens contemporains abreuvés par l’air du temps et les séries hollywoodiennes et autre littérature à l’eau de rose..
    Et vous en êtes ,malheureusement la preuve !!!
    Et c’est à mon sens,ce qui doit reellement nous préoccuper!!!
    Si cette dame n’avait pas été une enseignante renommée en particulier dans le domaine du foyer juif בית היהודי – cette histoire aurait pu rester cantonnée au domaine privé.
    Or, vu son statut et l’ampleur de son apport affectif et éducatif antérieur, il était d’une urgence capitale de discréditer ce comportement et de disqualifier son enseignement à venir .- dans ce domaine en tout cas!!!
    Cette dame, je l’ai moi-même beaucoup respectée, affectionnée, voire admirée, notamment lors de retrouvailles à des mariages d’élèves communes …
    Et c’est pour elles que je voulais faire entendre – de nouveau – ma voix!
    Pour leur dire que même si cette histoire risque de constituer une véritable épreuve à leur egard:( עקבתא דמשיחא) D’ ne donne d’épreuve qu’à celui qui a la capacité de la surmonter.
    Les pseudos spéculations ésoteriques et hymne à un amour irréel ne doivent pas nous oter toute lucidité !!!
    Faites de cette histoire un tremplin pour vous renforcer dans la prise de conscience de votre être, votre lien avec D’ et surtout votre harmonie conjugale !
    N’hesitez pas à consulter des conseillers professionnels et empreints de la crainte de D’ et du דעת תורה (je peux vous aider dans cette recherche)…
    Et surtout gardez en tete : l’Amour, le vrai, est à votre portée, pourvu que vous vous y investissez avec humilité et détermination.
    Il n’a rien à envier au coup de foudre.
    Il est un feu ardent qui éclaire et réchauffe le couple lui-même, le foyer et tous ceux qui convergent autour d’eux mais ne fait point de dégats alentours…
    Veillez à le renforcer afin que toute tempête aussi forte soit-elle (ח »ש)ne puisse jamais le déraciner.
    Et oeuvrer à le cultiver, a entretenir la flamme entre vous, à la ranimer aussi parfois…
    Mettez-le au centre de vos priorites !
    Vous en sortirez un peu plus grandies et épanouies à chaque fois ..
    Il sera à la fois comme votre roc de soutien et comme une source régénerescente et revigorante ..
    Vous y puiserez les forces d’y construire votre « nid douillet » où évoluront au mieux vos petits oisillons gaiement…
    Avec toute mon affection
    Et la bébédiction du Tout Puissant !

  31. 1) quelqu’un s’occupe des anciennes élèves de cette rabbanite qui doivent être complètement déstabilisées et pour certaines c’était peut être LA personne religieuse qui les a renforcé et qui voient donc maintenant tout leur base s’effondrer?
    J’imagine qu’il yen a plus que quelques une, sachant que ce séminaire était ouvert pendant presque 20 ans

    2) a propos du jeune homme, personne ne sait s’il n’a pas était victime dans son enfance d’un quelconque harcèlement qui se traduit aujourd’hui sous cette forme ?

  32. A mon sens, votre 1ere préoccupation est essencielle et constitue, probablement, ĺa responsabilité prioritaire – et peut-être unique – pour laquelle nous nous devons de nous investir face à cette histoire ..

  33. Hazak et bravo maayana j espère que ce dernier commentaire viendra mettre un terme à tts ces élucubrations meshihistes ou autres.

  34. a eliz/ZolOubegadol/Kistiakowsky/ISMEOU
    Enlevez vos masques et montrez à tout le monde que c’est vous la rabbanit répugnante de cette histoire et arrêtez de vous donner raison sur la famille detruite de vos enfants et de la famille du garçon qui ne lui parle plus, à part le père, et lachez ce maudit kabbaliste qui vous a dit que c’était שורש נשמתך votre comportement est lamentable et comment salir le site de Kountrass en vous justifiant !

  35. Il semblerait que la ‘mission’ se soit ingérée dans certains commentaires. Le style y est similaire au discours d’abbayes avec de longues tirades décousues et dépourvues de sens. Si on est en présence de tels individus la marche à suivre est de cesser tout dialogue et de s’en éloigner au plus vite. Il en est de même pour les commentaires teints de dérisions. C’est un sujet grave qui demande le plus grand sérieux, le but n’étant pas de juger les personnes en cause (ce que nous ne pourrions et ne voudrions jamais) et cela ne nous concerne pas mais bien de tenter de se relever après un tel coup de massue et de comprendre que la voie de la Tora qu’elle a pu representer à une periode est toute autre. Un peu comme apres la chute de Chabbatai Tsvi ou de nombreuses personnes se sont suicidées ayant perdues tout espoir.

  36. La Rabbanit a causé des préjudices en brisant sa famille, ses relations et en bafouant la norme par égoïsme.

    Selon ce point de vue, la Rabbanit a pris des décisions qui ont eu des conséquences négatives sur sa famille, ses enfants, ses petits-enfants, son ex-mari, son nouveau mari, ses anciennes élèves et même ses nouveaux beaux-parents. En choisissant de suivre son propre désir et d’ignorer les attentes traditionnelles, elle aurait rompu des liens importants et causé de la souffrance à ceux qui l’entourent. Cela pourrait être perçu comme une trahison envers les valeurs et les normes établies depuis longtemps.

    Mais il est important de considérer les circonstances et les perspectives différentes.

    Il est essentiel de ne pas juger hâtivement sans connaître tous les détails de la situation. La masquana propose une perspective plus nuancée qui souligne le besoin de prendre en compte les éléments qui nous échappent. Il est possible que la Rabbanit ait été confrontée à des difficultés personnelles ou à des problèmes dans sa relation précédente, ce qui l’a conduite à faire des choix difficiles. Sans connaître tous les faits et les émotions impliqués, il est impossible de porter un jugement définitif. Personne ne sait et personne n’est sensé s’intéresser à ce qui se passe entre les draps des gens, laissez la question « d’interdite à l’amant » au bon D’ et bénissez le nouveau couple.

    De plus, il est important de reconnaître la légitimité des individus à poursuivre leur propre bonheur et épanouissement, même si cela implique des changements et des sacrifices. La halakha doit être respectée, mais tant que l’on reste dans ses quatre coudées, on est légitime (et même après, ce n’est pas Kountrass magasine de faire le procès). Chacun doit avoir la liberté de suivre sa propre voie, en tenant compte des conséquences et en agissant avec responsabilité.

    Il convient également de remettre en question la légitimité des nouveaux beaux-parents à rejeter leur enfant en raison de ses choix. L’amour et le soutien familial devraient être inconditionnels, même si les décisions prises sont différentes de ce qui était attendu. Il est important de cultiver la compréhension et la compassion, tout en favorisant le dialogue et la résolution pacifique des conflits.
    S’ils considèrent qu’il fait une bêtise, alors la réaction du yid devrait être de faire techouva d’avoir élevé son bambin pendant vingt-quatre ans et de ne pas être capable de le comprendre.

    Enfin, il est crucial de ne pas céder à des stéréotypes ou à des généralisations négatives sur les autres. L’accusation d’égoïsme doit être examinée avec prudence, car nous ne pouvons pas prétendre connaître les motivations réelles de quelqu’un sans une compréhension approfondie de sa situation.

    • Les motifs réels sont ce qu’ils sont – bien que la manière la plus simple de les comprendre en cette occurence est fort élémentaire, l’influence du Yétser hara’ que nous connaissons tous. Mais le fait est qu’outre cette mauvaise conduite, cette dame a brisé l’image de rabbanioth face au public, et c’est impardonnable. Des Bené Tora sont éduqués avant tout à s’opposer à leurs impulsions et à leurs tentations, et s’ils n’en sont pas capables, alors en quoi sommes-nous mieux que les Chrétiens ? Quel ‘Hilloul Hachem, et c’est ce contre quoi nous protestons avec virulence.

  37. La Rabbanit a causé des préjudices en brisant sa famille, ses relations et en bafouant la norme par égoïsme.

    Selon ce point de vue, la Rabbanit a pris des décisions qui ont eu des conséquences négatives sur sa famille, ses enfants, ses petits-enfants, son ex-mari, son nouveau mari, ses anciennes élèves et même ses nouveaux beaux-parents. En choisissant de suivre son propre désir et d’ignorer les attentes traditionnelles, elle aurait rompu des liens importants et causé de la souffrance à ceux qui l’entourent. Cela pourrait être perçu comme une trahison envers les valeurs et les normes établies depuis longtemps.

    Cependant, il est essentiel de ne pas juger hâtivement sans connaître tous les détails de la situation. La masquana propose une perspective plus nuancée qui souligne le besoin de prendre en compte les éléments qui nous échappent. Il est possible que la Rabbanit ait été confrontée à des difficultés personnelles ou à des problèmes dans sa relation précédente, ce qui l’a conduite à faire des choix difficiles. Sans connaître tous les faits et les émotions impliqués, il est impossible de porter un jugement définitif.
    Y a t il eu zeunous avant le mariage? Ça n’intéresse que les addicts au DEDIKODU, et le bon Dieu, en tout cas, absolument pas le Kountrass magasine.
    On a le droit à la limite de souhaiter du bonheur au couple.

    De plus, il est important de reconnaître la légitimité des individus à poursuivre leur propre bonheur et épanouissement, même si cela implique des changements et des sacrifices. Halakha doit être respectée, mais cela ne signifie pas que vous avez le droit d’aller fouiner entre les draps des gens.
    Chacun doit avoir la liberté de suivre sa propre voie, en tenant compte des conséquences et en agissant avec responsabilité.

    Il convient également de remettre en question la légitimité des nouveaux beaux-parents à rejeter leur enfant en raison de ses choix. L’amour et le soutien familial devraient être inconditionnels, même si les décisions prises sont différentes de ce qui était attendu. Il est important de cultiver la compréhension et la compassion, tout en favorisant le dialogue et la résolution pacifique des conflits.

    Enfin, il est crucial de ne pas céder à des stéréotypes ou à des généralisations négatives sur les autres. L’accusation d’égoïsme doit être examinée avec prudence, car nous ne pouvons pas prétendre connaître les motivations réelles de quelqu’un sans une compréhension approfondie de sa situation.

    Cordial shalom et mazel tov aux jeunes mariés

    • Non et non ! Une mauvaise conduite de cet ordre, comprenant la situation catastrophique dans laquelle cette mère de famille nombreuse a osé jeter ses enfants, doit être critiquée en public.

    • Intéressant!
      Donc pour vous il faut juger favorablement des בעלי עבירה mais par contre vous n’avez aucun problème de porter jugement sur la famille du garçon qui aurait peut être coupé contact et vous leur donnez même des conseils comment il aurait falut réagir !
      C’eest un peu absurde, vous ne trouvez pas??
      Ça c’est בדיוק la עיצת היצר!
      L’intelligence est de savoir quand est-ce qu’il y a l’obligation de juger favorablement et quand est-ce que non.
      Il ne faut pas jouer les יפי נפש.
      Mieux vaut d’abord travailler au jour le jour sur notre devoir de שמירת הלשון et de juger לכף זכות notre conjoint, nos enfants, nos amies etc…..
      Intéressant de savoir si vous jugez tellement bien comment réagirez vous si je vous propose en שידוך ce garçon apres son divorce à quelqu’un de votre famille !
      On verra la bonne bouche à ce moment là !

    • interressant!
      donc pour vous il faut juger favorablement des בעלי עבירה mais parcontre vous n avez aucun probleme de porter jugement sur la famille du garcon qui aurait peut etre couper contact et vous leur donner meme des conseils comment il aurait fallut reagir!!!
      c est un peu absurde vous trouvez pas??
      ca c est בדיוק la עיצת היצר!
      l intelligence est de savoir quand est ce qu il y a l obligation de juger favorablement et quand est ce que non.
      il faut pas jouer les יפי נפש.
      mieux vaut d abord travailler au jour le jour sur notre devoir de שמירת הלשון et de juger לכף זכות notre conjoint , nos enfants, nos amies etc…..
      interressant de savoir si vous jugez tellement bien comment reagirez vous si je vous propose en שידוך ce garcon apres son divorce a quelqu un de votre famille!!!!!
      on verra la bonne bouche a ce moment la!!!!!

  38. Super décevant de la part de notre inconditionnel Kountrass!
    Nous n’avions pas besoin de ces lignes pour savoir que les charlatans courrent les rues, les histoires de fausses unions ne sont malheureusement pas nouvelles,
    où étiez-vous lors du scandale de Maklev, Walder ou d’autres ?
    Si ce n’est de faire monter le writting en flêche, je ne vois pas l’intérêt.

    • Ce n’est pas dans les rues que cette affaire se passe, c’est entre nos murs !
      Et obligation il y a de protester, afin que le bon peuple sache que cela n’est pas une conduite à suivre.
      Pour Maklev, là, il faudrait plus de détails. Pour Walder, nous nous étions exprimés – pas tout à fait dans le sens où la majorité s’est engagée, et nous avons préféré nous retirer, tout en conservant par devers nous l’idée que cette affaire-là a été traitée de mauvaise manière, menée par de grands ennemis de la communauté orthodoxe et poussée sans témoignages réels, et non en présence du principal inculpé. Mais laissons.

  39. Bonjour à tous,

    J’ai enfin décidé de prendre la parole après de nombreuses sollicitations.
    Connaissant les 2 protagonistes je tiens à les défendre car sans rentrer dans les détails j’aurai pu moi même succomber à la tentation de cette Rabbanit avec sa prestance, son aura incroyable et ses conseils exceptionnels qui m’ont énormément aidé et m’ont poussé vers le chemin de la Tora et aucun mérite ne peut lui être enlevé.
    Son séminaire a fait sortir un nombre incalculable de filles incroyables qui seront les futurs mamans du peuple d’Israël et la Rabbanit n’y est pas étrangère à cette éducation inculquée.
    Je ne cautionne pas ce qu’il s’est passé mais cela me tenait à cœur de souligner que l’on est à la place de personne et qu’il est très facile de juger un individu sans y être plongé à sa place.
    Et je tiens à préciser pour tous ces rigolos qui m’envoient des messages en me disant ce n’est pas pour rien si leur Chabbat ‘Hatan était parachath Nasso où l’on parle de la Sota, le sot voit des signes partout comme j’ai pu entendre que de cette union sortira le Machia’h avec toutes sortes d’allégations et de guematrioth totalement erronées et biscornues.

    • Ces considérations sont du niveau du Beth Din d’en-Haut : qu’en sera-t-il des mérites de cette personne. Pour notre part, nous avons face à nous une conduite inacceptable, tant par rapport à son mari et à ses enfants, qu’avec ce jeune homme, et nous nous devons de protester, afin que le public sache que cela n’est pas une conduite acceptable.

  40. מצפה לישוע » ה  »
    Je pense que vous avez bien raison.
    Tout a ete dit .
    La voix du bon sens et de la Torah en toute coherence s’est faite entendre..
    Il s’agit d' »un sujet grave exigeant d’etre traite avec le plus grand serieux. »
    Il ne s’agit pas de juger les protagonistes .
    Mais plutot de mettre en garde le public .
    La derision n’a pas sa place …
    Les speculations esoteriques et les poemes d’amour deconnecte de toute conscience morale ne sont que ruine de l’ame…
    Prions que les 2 familles surmontent leur epreive
    Et que notre communaute en sorte renforcee !!!!
    שה’ ירחם על עמו,יכוון אותו ויגאל אותו בקרוב !!

  41. Encore une fois de plus nous assistons la au paroxisme du marasme de la courance du judaisme orthodoxe toujours contre toute idee de modernite. Soyez a la page chers amis, nous vivons dans un monde ou le transhumanisme reigne. A l’ere des inteligence artificielle ou des antispeciques qui veulent permettre l’accouplement avec les animaux si le probleme de la douleur serait regler, je pense qu’une petite histoire de moeurs a la romeo et juliette facon macroniste n’est pas des tres choquante. Laissez leur amours s’exprimer sous peine de ratter cette revolution ou l’humain se revelera comme le sauveteur de la marole divine.
    En tout cas nous acceuilleront volontiers les jeunes marier dans notre communaute Judaisme en mouvement a la synagogue de Beaugrenelle (entre nous c’est leur seule option de pouvoir continuer leur petites galipette dans le respect de la religion)

    • Ah bon, chez vous on accepterait qu’une mère de 8 enfants largue son mari et ses enfants au profit d’un jeunot, quitte à se brouiller à tout jamais avec eux – c’est du meurtre, pas moins ! Sans parler de ce jeune, espoir de sa famille, qui a fait que les liens avec elle sont rompus, et qu’il s’est marié sans leur présence ! Ni de son avenir dans le monde de la Tora et de son enseignement, ni non plus de sa descendance, car à cet âge, il n’y a pas grande chance qu’il puisse y en avoir.
      Et aussi, chez vous une personnalité brillante et applaudie peut un beau jour abandonner tous les principes du groupe, et surtout ceux dont elle parlait avec tant de brio, dans le domaine du Chalom Bayith, et aller gambader dans d’autres prairies, et s’avère être incapable d’assumer la paix dans son foyer, au moins pour le bien de ses nombreux enfants ? Que peuvent penser ses nombreuses élèves, et le public qui accourait à ses conférences ?
      Vous êtes prêts à les accueillir en vos rangs ? C’est très décevant de votre part, ça…
      Il se peut que vous ayez raté une occasion de garder le silence.

      • Mais enfin rav Kahn vous ne voyez pas que c’est un pseudo. Je ne cautionne pas le judaisme libéral loin de là, que Hachem me préservé d’une telle déviation mais là pour le coup elle n’y est pour rien. Le judaisme libéral n’irait pas jusqu’à là… enfin j’espère ! Et vous vous semblez y croire et vous répondez.
        Je penque nous avonss suffisamment perdu du temps tous avec cette histoire sordide. Elle ne mérite pas tt l’intérêt qu’on lui donne…

        • Non, je n’ai pas pensé que cela pouvait être un faux. Sachez bien que la plupart des gens nous envoient leurs réactions avec des adresses fausses, alors que faire ? On ne peut plus rien savoir quant à l’identité de nos intervenants. En tout cas, si c’est d’un faux qu’il s’agit, nous ne pouvons que présenter nos excuses à la personne dont l’identité a été usurpée.
          Quant à l’intérêt que l’on accorde à cette affaire, il me semble que, justement, cela nous force d’en parler, parce qu’effectivement le public qui est le nôtre prouve par là qu’il est terriblement choqué par cette histoire.
          Il faut donc l’évoquer et lui apporter des réponses, ou au moins des indications quant à la la manière dont il faut la prendre.
          C’est notre rôle premier, celui des medias émanant du monde orthodoxe.

          • Ce que ses anciennes élèves voudraient savoir en tout cas c’est ce qu’en pensent les Rabbanim, et Rabbanim qui la connaissent personnellement et à qui elle a forcement dû se confier. Ce serait bien de vous renseigner Kvod Harav.
            Pour ma part, je pense que le destin tragique de cette femme pose la question suivante : jusqu’où peut aller l’abnégation d’une femme ? Cette femme était dans l’abnégation totale avec ses enfants, ses élèves et toutes ses activités. Elle avait un emploi du temps plus que chargé, des invités le Chabbat etc etc… En y réfléchissant bien, c’etait de la folie ! Eh bien si tout ca l’a menée à un tel désespoir il y a des questions à se poser quant aux limites, quant à la peur d’exprimer ses probêmes quand on est une personnalité connue et influente.
            Ce serait bien d’en parler lors d’un prochain article.

          • Merci de ces questions pertinentes, et de l’idée de rédiger un article à ce sujet.
            Nous avons parlé avec plusieurs rabbanim qui sont proches de l’affaire et du cas, ne vous en faites pas. Mais en bref, il n’y a rien d’exceptionnel dans cette histoire : on y voit juste ce que le Yétser hara’ est capable de faire… De vous faire croire que vous oeuvrez pour le Klal, de vous faire monter haut au-dessus de la tête des gens à donner des conférences et des cours, puis de vous faire tomber dans les deux grandes fautes : le crime (face aux enfants et au mari), la débauche (sans commentaire), mais peut-être aussi le paganisme, par rapport à soi-même ou par rapport à des sorciers à la robe kabbalistique.
            C’est gênant, il faut l’avouer, et mais c’est comme cela quand on fait confiance à des gens qui ne sont pas des Guedolé Israël ou des rabbanim de tout premier niveau. A plus forte raison quand il s’agit d’une femme, excusez-moi de le dire, qui ne peut pas être un Talmid ‘Hakham…

  42. En réponse à Delphine Horvileur

    Oï ! Quelle malchance que j’habite si loin de Beaugrenelle car vu la distance, je ne pourrai assister ce Chabbath à votre discours sur la paracha de cette semaine dont je devine déjà le thème : « Bil’am l’antispécique ». Quel exemple d’ouverture, de progrès, de bousculade des normes ! Vous le recevriez sans doute avec honneurs au sein du Judaïsme en mouvement…
    Non je ne viendrai pas car je ne voyage pas le Chabbath et dans la ville orthodoxe où j’habite, on lira aussi l’histoire de Bil’am mais justement, la leçon qu’on en dira est que l’Amour ne justifie pas toutes les abominations, la passion tous les crimes, et cet homme qui ne respecte pas les conduites élémentaires que l’on attend d’un être créé « à l’image de Dieu » (ceci n’a pas été dit au sujet des animaux) va finalement perdre tout ce qu’il avait.
    Apparemment, Descartes était peut-être un bon philosophe mais n’était pas un bon comptable : le bon sens n’est pas la chose du monde la mieux partagée, certains en manquent cruellement, ce serait bien de redistribuer les richesses…

  43. Je crains fort qu’une bande de Letsim se soit infiltrée dans les commentaires
    Qui sont ils ? Comment les attraper ?

    Le jeu de piste est officiellement ouvert

  44. Un ami m’a présenté cette discussion exceptionnelle qui se fait dans le site de Kountrass. Qu’est-ce que ça fait plaisir de voir le public qui s’exprime ! J’invite tout le monde à donner son avis, non seulement sur cette affaire mais sur tous les articles de Kountrass. Le public doit faire partie et exprimer son avis. C’est magnifique !
    Mais une question pourrait nous intriguer toutefois. Pourquoi un tel sujet amène à un tel dialogue ? à un tel échange ? Pourquoi dans cette histoire les gens ont tellement envie de s’exprimer ? Je vous invite à écouter ce qui s’est passé à l’intérieur de vous quand vous avez entendu parler de cette histoire. Est-ce que vous êtes habitué à écouter vos sentiments ? Qu’est-ce qui se passe en vous ?Vous avez sûrement ressenti une peur. « Mais dans quel monde je me trouve ? Des personnes qui ont une telle influence, qui apportent tellement de bien aux autres peuvent faire des choses tellement déstabilisantes. Des choses qui ne coordonnent pas avec les valeurs auxquelles on a été éduqué ! Alors à qui je peux faire confiance ? » On se sent impuissant devant ce monde. Quels sentiments désagréables ! De l’impuissance ! De la peur ! De l’inconfiance ! On n’aime pas sentir ces sentiments de faiblesse. C’est pourquoi l’instinct nous mène à s’échapper de ces sentiments. Et la  manière préférée de notre instinct dans ce cas, c’est d’en parler. On parle du sujet et ça nous donne une impression de dominer le sujet et ça nous calme. Mais c’est s’échapper de nos peurs d’une manière erronée. Car la peur en réalité reste en nous. Et puis souvent nous chercherons des moyens d’échappatoire mauvais, comme le Lachon Hara’. 
    En réalité, on doit se laisser se confronter à cette peur. La logique nous dit que le monde n’est pas instable. Les gens dans leur grande majorité sont fidèles et bien. Mais le sentiment nous fait des mauvais tours. « J’ai peur dans ce monde. Je sens que je perds le contrôle ». Mais à  nous de remettre les pendules à l’heure. « C’est pas toi qui dirige le monde. N’aies pas peur ! Tu es entre les mains de Hachem ! Tout ce qui se passe est dicté par Hachem. Tu n’es pas dans l’impuissance, Tu es avec Hachem qui est puissant. Parles à Hachem et dis Lui ce que tu ressens quand tu entends une telle histoire. Ensuite tu verras que tu ne te sentiras pas déstabilisé et tu n’auras même pas le besoin d’en parler. Car tu ne te seras pas enfui de toi même et de ce que tu ressens. Tu auras vécu ta vie avec Hachem »

  45. Si cette histoire nous interpelle tant, nous les femmes, c’est probablement du à cette question pertinente : jusqu’où doit/ peut aller l’abnégation d’une femme pour son mari, ses enfants, ses élèves, son entourage, sans mettre en danger son équilibre et son épanouissement personnel… sans lequel tout l’édifice pourrait s’effondrer…
    Car, à mon avis, le לכף זכות- le jugement positif d’une telle histoire ne peut avoir comme toile de fond qu’un משבר רציני dépression ou qq chose du genre…
    Ce qui n’enlève rien à la gravité de la situation… malheureusement.

    • Je vous demande : et pourquoi, à ce titre, ne pas accepter qu’une femme tue son mari et ses enfants ?!
      Or on n’en n’est pas loin, la famille (des deux côtés) est brisée, sans courage.
      Dans la vie, on doit savoir lutter, y compris contre soi-même, accepter beaucoup de situations difficiles, et savoir que tout nous vient de la Main de Hachem.
      C’est attendu de tout un chacun, mais encore beaucoup plus de la part de gens qui prennent la parole et veulent enseigner la bonne voie au bon peuple, et plus encore quand ils sont responsables d’écoles et d’éducation, et plus encore, quand cela se passe sous la direction de personnalités aussi importantes de notre communauté, comme c’est le cas dans l’affaire présente.
      Cela n’a pas été la conduite adoptée ici, et c’est pourquoi une réaction virulente s’impose, et c’est pourquoi vous êtes choquée, ainsi que le public en général. Et c’est à juste titre.

      • Rav, je suis désolée mais vos termes « assasinat », « meurtre » etc… ne sont pas adaptés. Déjà ils enferment la famille dans un destin sans aucun espoir alors que b »H malgre cette terrible épreuve, les enfants vivront leur vie, se marieront auront des enfants etc, le mari je l’espère se remariera.. Certes tout cela avec la cicatrice laissee par cette terrible histoire je vous l’accorde.
        Ensuite, je suis désolée, mais il y a parfois des choses dans la vie qui détruisent totalement et parfois à petit feu une personne et c’est ce qui semble ici etre le cas. C’est CE POINT LA où il faut faire preuve de compassion et où, je suis désolée, nous n’avons pas été confrontés à cette épreuve donc on ne peut pas juger. Pour le reste, nous somment d’accord que c’est une catastrophe, c’est bien evident. Ne mettons svp pas tout dans le même panier.

        • En fait, si cette personne cesse de donner des cours et comprend qu’elle a fait une erreur terrible, on peut suivre votre avis. Si cela n’est pas le cas, alors non, car sa propre situation fait que tout discours sortant de sa bouche ne fait qu’augmenter la profanation du Nom divin qu’elle a faite là.

  46. Dites, je lis tous les commentaires et me demande : est-ce que quelqu’un a tous les tenants et les aboutissants ? Parler d’une situation sans la connaître c’est quand même aberrant. L’article est censé être une mise en garde contre un gourou manipulateur, on se retrouver à parler d’une famille comme si on avait vécu avec eux, au sein du couple. De ce que je sais : elle a 45 ans, 10 enfants, et est coach et non psy. Si déjà, ces infos (basiques) sont erronées, ça en dit long sur l’authenticité de l’article et ses informations. Le fait que le couple a divorcé ne nous regarde pas, le fait qu’ils soient rav et rabbanite ne changent ça en rien (vous saviez-vous ce qu’il se passait entre eux ?). Le fait qu’elle se soit remariée avec un jeune de 24 ans ? Mouais c’est étonnant, mais franchement qu’est-ce qu’on s’en fout ? Quelqu’un a été tue? Vole? Viole? Forcé? Ah et pour info, elle n’a abandonné personne, elle s’occupe encore des petits apparemment donc je ne sais vraiment pas de quoi vous parlez mais de grâce, vérifiez vos infos avant d’écrire un torchon, qui, a visiblement pour vocation de salir des personnes que vous ne connaissez pas.

    • Comme déjà dit auparavant, vous avez tort : si tant de personnes s’y sont intéressées, c’est qu’elles se sentent concernées.
      Pourquoi ?
      Parce que quand une personne qui dirige une institution et qui prend la parole par ci et par là se conduit d’une telle manière, allant contre tous ses enseignements en particulier sur le Chalom Bayith, c’est que quelque chose ne va pas.
      A nous de le dire, afin de protester contre une telle conduite.
      Et c’est vrai, l’histoire du kabbaliste n’ajoute pas un baume positif à cette histoire.
      Nous pensons que c’est de notre devoir de protester, 1. pour que le public sache que les rabbanim sont opposés à une telle conduite, 2. pour que nul n’ose agir de la sorte.

      • A Rivka!
        Desolé de vous contredire mais chez vous aussi il y a beaucoup de faux en connaissance de cause.
        faites confiance à nos rabbanim qui ont totalement condamné ce cas et interdit à cette femme de continuer ses cours au public.
        Ce n’est pas des midoth tovot de toujours voir le positif et de se cacher la face face à un comportement terrible.
        Imaginez-vous un seul instant si ‘hass veshalom un de vos proches avait agi de la sorte, quel aurait été votre jugement.

      • Je rejoins Rivka pour dire que les intentions de l’article ne sont effectivement pas claires et c’est sans doute cela qui cree la confusion et un gd nombre de commentaires. Ce n’est pas à cause de ce pseudo gourou que cette histoire s’est passée (or c’est ce que vous sousentendez dans l’article). Dans les commentaires vous dites que vous devez protester contre cette femme, son attitude et son union avec Mr X. Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir écrit un article clair dans ce sens, qqch du style « nous nous opposons vivement aux chiourim donnés par Madame X à cause de … ». Là cela aurait été bcp plus franc et le public n’aurait pas eu à se creuser pour comprendre vos intentions (trop farouches à mon gout dans votre manière de vous exprimer et les mots choisis).

        • D’abord, que vous dire, M. ou Mme Anonyme ? Pourquoi taisez-vous votre nom ? C’est bien facile, cela.
          Or notre rôle ne l’est pas : nous devons jongler entre le silence qui s’impose, et la publicité à donner à ce cas, du fait de sa gravité et de son importance.
          La place du gourou dans l’affaire ? Vous la connaissez, vous êtes au courant ? Alors, dites-nous le. A notre connaissance, cette personne a apporté son avis dans cette histoire, lui permettant de prendre la direction que nous voyons, et c’est parfaitement ignoble, indigne de n’importe quelle autorité de notre peuple.
          Quant aux chiourim donnés par cette personne, vous le dites, c’est donc que c’était bien clair.
          En bref, les critiques anonymes sont très faciles.

          • Désolée si mon message vous a vexé, ce n’était pas le but. Je ne sais pas ce que ça changera que j’écrive mon nom puisque nous ne nous connaissons pas.
            Je reformule plus gentiment : tourner l’article sous l’angle du gourou me semble être une erreur. On a affaire à 2 personnes qui connaissent très bien le monde de la Tora et des grands Rabbanim, pas à 2 personnes susceptibles d’être bernées or c’est ce qui semble ressortir de votre article.
            Vos veritables intentions ressortent dans les commentaires et c’est peut-être ce qu’il aurait fallu mettre dans l’article directement : Kountrass encourage à ne pas aller aux Chiourim de Madame X pour telle et telle raison.
            Personnellement je ne suis pas au courant des détails de l’histoire, j’ignorais même qu’elle donnait encore des cours. Etes-vous sûr de cela ?

          • Pas vexé réellement, mais comprenez – c’est énervant ! Taper sur des gens d’une manière ou d’une autre, et le faire sans avancer son nom, c’est trop facile.
            Un des points révoltants de cette histoire est le fait que de telles personnes avancent que ce « kabbaliste » (que nous connaissons) leur a dit qu’ils étaient faits l’un pour l’autre, et qu’ils ont présenté aux rabbanim qui ont tenté de les dissuader cette invitation du kabaliste.
            Ce n’est pas seulement que Kountrass invite à éviter les cours de cette personne, c’est un phénomène bien plus large que nous soulignons : une personne qui joue un jeu d’importance et de rabbinat (directrice d’école) face au public doit respecter son rôle. Si finalement elle se conduit dans les questions de Chalom Bayith comme la pire des personnes, à massacrer ses propres enfants et à destabiliser son mari, elle n’a pas le droit de se présenter devant le public pour lui apporter la Parole divine et pour lui enseigner la Tora !
            Probablement c’est la raison pour laquelle le public a lu avec tellement de passion le court mot présenté sur le site (et sur le journal), car il sent lui aussi que quelque chose de déplorable s’est passé là.
            Que Hachem ait pitié de Son peuple !

          • Chère Rivka,
            Je suis un peu choquée par votre façon de dédramatiser cette situation. Moi même je ne connais pas personnellement ces personnes mais je dois vous dire que j’ai été profondément touchée par cette nouvelle au vu tout d’abord de l’exemple que cette dame représentait au sein de la communauté orthodoxe en France et en Israël mais aussi de la souffrance indicible que sa démarche a pu occasionner pour tous ceux qui sont proches des intéressés. On ne peut objectivement passer sous silence un tel fait et le journal de Kountrass en tant que porte-parole de la hachkafa se devait de réagir pour condamner publiquement ce comportement, uniquement au regard de la position publique que cette dame occupait, car je pense qu’il ne se serait pas du tout exprimé s’il s’agissait d’un simple fait divers qui n’aurait pas eu sa place dans un journal réputé pour son approche toranique authentique. C’est, à mon sens, ce qui peut expliquer la « passion » des débats que cet article a suscités. Notre but n’est pas de tomber au niveau d’un vulgaire débat de spéculations pour satisfaire une curiosité malsaine d’un drame humain mais de dénoncer une suite d’événements qui, chacun pris à part de façon isolée, peut tout au plus nous faire hausser les sourcils, mais mis bout à bout, nous interpellent sérieusement et peuvent ébranler notre confiance en des personnes reconnues. Je vous renvoie au commentaire de James Bieler qui a cité une agada de la Guemara très significative qui nous prouve que même si chaque acte isolé n’était pas forcément interdit, l’image finale était incompatible avec la morale et allait à l’encontre des valeurs d’altruisme de notre chère Torah, signant ainsi malheureusement le décret du חרבן. On ne peut pas montrer « patte blanche » avec tout ça! et en cette période de deuil pour le Beit hamikdash, nous devons nous remettre en question et faire connaître le droit chemin.

Laisser un commentaire