Turquie : Erdogan, opposé au confinement, provoque l’agravement de la situation !

0
395

Le nombre de malades en Turquie est en augmentation critique – et Erdogan s’oppose à imposer le confinement ! C’est l’un des pays les plus infectés au monde quand, au cours de la dernière journée, on a relevé plus de 4 000 nouveaux malades du corona. Erdogan a placé des civils en isolement et a envoyé des masques à la maison – mais a évité la fermeture globale afin de ne pas paralyser l’économie. La pression sur le gouvernement augmente: « Beaucoup vont mourir, on doit rester à la maison »

Ynet

Recep Tayyip Erdogan a pris des mesures visant à freiner la propagation du corona en Turquie mais le nombre de patients dans le pays augmente, du fait du refus du président turc d’imposer une fermeture totale. Il craint une paralysie de l’économie. Il est sévèrement critiqué.

La Turquie a interdit la réunion de et les déplacements d’une ville à l’autre, forçant ses citoyens à ne quitter leur domicile qu’avec des masques. Mardi, le parlement turc a commencé à discuter d’une loi proposée par le gouvernement qui prévoit la libération d’un tiers des prisonniers dans les prisons surpeuplées de Turquie. Ces mesures sont sévères, mais contrairement à de nombreux pays dans le monde, Erdogan rejette les appels à l’isolement généralisé.

Selon les chiffres publiés hier en Turquie, 812 personnes sont mortes à ce jour et 38 226 ont été infectées. La Turquie est l’un des plus grands nombres de malades au monde. Seuls huit pays ont signalé davantage d’infections.

Le rythme des patients augmente rapidement alarmant: la Turquie a signalé un premier malade le 11 mars. Le 28 mars, le nombre de personnes atteintes arrivait à 7 400. Au 1er avril, il y avait déjà 15 000 malades. Comme mentionné, il y en a maintenant plus de 30 000. Seuls 4 117 malades ont été diagnostiqués le dernier jour.

Le gouvernement turc a rapidement réagi à la propagation du corona. Il a fermé des écoles et des lieux publics et suspendu des vols. Dans des dizaines de localités et de villages, les résidents de plus de 65 ans – et de moins de 20 ans – ont dû entrer en isolement. Le ministère turc de l’Intérieur a déclaré hier que plus de 150 zones – dont deux districts – sont des résidents isolés.

Le gouvernement a décidé d’interdire la vente de masques et a commencé hier à envoyer des masques à domicile – avec une lettre d’Erdogan. Dans cette lettre, Erdogan a déclaré que la Turquie est « l’un des pays les mieux équipés » dans la lutte contre le corona et a salué la qualité des hôpitaux. Le ministre de la Santé, Fahertin Koja, a tweeté sur Twitter qu’il y avait une baisse des soins intensifs, soulignant: « Notre succès dépend de l’isolement ».

Compte tenu de l’augmentation du nombre de malades et de victimes, la pression sur le gouvernement pour déclarer le couvre-feu – comme dans les pays européens – augmente. « Tout le monde doit rester à la maison, c’est la meilleure chose à faire », a déclaré un médecin qui traite des patients du corona à l’USI d’Istanbul. « Nous recevons de plus en plus de malades chaque jour. Nous atteindrons bientôt la limite de nos capacités. »

Les partis d’opposition, le plus grand syndicat de médecins du pays et d’autres syndicats, ont appelé le gouvernement à interdire aux gens de quitter la maison. « Il serait impossible de contrôler l’épidémie si des millions de personnes travaillent », a déclaré Sinan Ediman, président de l’Association des médecins turcs.

Le maire d’Istanbul, Akram Immolo, du camp d’opposition, a appelé à l’intensification des mesures dans la ville qui est responsable de la majeure partie de la contagion en Turquie. « Même si seulement 15% de la population sort de chez soi, nous atteindrons rapidement deux millions de personnes, le danger pourrait être plus grand. »

Erdogan a jusqu’ici exhorté les Turcs à entrer dans « l’isolement volontaire », choisissant de ne pas les obliger à rester chez eux. Le président ne veut pas nuire gravement à l’économie, qui se trouve après des années de crise. La semaine dernière, Erdogan a déclaré: « La Turquie est déterminée à continuer de faire bouger les roues de l’économie dans toutes les situations ».

Avant même que les restrictions ne soient imposées, certains Turcs ont décidé de prendre des mesures de précaution. Les zones qui sont occupées les jours ordinaires – comme le boulevard Istikalal d’Istanbul – sont presque désertes actuellement. De nombreux citoyens préfèrent rester à la maison. Certains ont renoué avec une tradition ancienne et ont pris par la fenêtre un panier pour le remplir de produits alimentaires, d’autres dépendent des services de livraison.

Le médecin de l’hôpital d’Istanbul fait l’éloge des citoyens qui comprennent la gravité de la situation et les «bonnes mesures» du gouvernement, qui a porté le taux de tests à plus de 200 000 au total. Cependant, le médecin a prévenu: « Si le nombre de patients continue d’augmenter à ce rythme, le résultat sera le même partout : de nombreuses personnes mourront. Nous avons déjà perdu longtemps. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire