Un enfant israélien tué par une roquette a été présenté à l’ONU comme un enfant palestinien tué par Tsahal

0
141

La délégation israélienne auprès des Nations Unies a fermement condamné la délégation de l’Autorité palestinienne concernant l’image d’un enfant israélien tué par une roquette du Hamas comme un enfant palestinien tué par les forces israéliennes. Les représentants israéliens ont exhorté le directeur général de l’ONU basé à Genève, Tatiana Walovia, à supprimer l’exposition.

Be’hadré ‘Harédim – Israël Lefkowitz

Le compte Twitter officiel de la Mission israélienne auprès des Nations Unies à Genève a publié un message de condamnation ferme contre la délégation palestinienne auprès des Nations Unies après une exposition qu’il a publiée, qui comprenait les noms et les photos d’enfants palestiniens qui auraient été tués par les bombes de Tsahal. Y était présentée également la photo du garçon israélien Ido Avigal.

Au cœur de la polémique se trouve la photo d’Ido Avigal, un garçon juif de cinq ans tué par une roquette du Hamas sur Sderot en 2021. La photographie a été montrée lors d’une exposition de l’Autorité palestinienne aux Nations Unies, qui prétendait montrer des enfants qui auraient été tués par Tsahal.

La délégation israélienne a publié une déclaration disant : « Le Hamas a tué Ido. Mais aujourd’hui, la délégation palestinienne a présenté une exposition aux Nations Unies à Genève, qui présentait Ido comme un garçon palestinien qui aurait été assassiné par Israël à Gaza. C’est ignoble. »

Les représentants israéliens ont exhorté la directrice générale des Nations Unies à Genève, Tatiana Valovia, à retirer l’exposition, la qualifiant de source de désinformation et d’outil de propagande.

Cet événement n’est pas la première fois que l’image d’Ido Avigal est utilisée à mauvais escient. Le député Ahmed Tibi (Hadash-Ta’al) a inclus en septembre une photographie d’Ido dans une collection censée montrer des enfants affectés par les opérations de Tsahal.

La mère d’Ido, Shani Avigail, a exprimé son choc et sa consternation de voir l’image de son fils utilisée dans un contexte aussi trompeur. Elle s’est tournée vers Ahmed Tibi en réponse : « Hé Ahmed, quoi de neuf, tu entends ? C’est parfaitement bien de prendre toutes sortes d’enfants, de les mettre sur une seule photo et de dire au monde que Tsahal les a tués, mais y a-t-il un moyen de le faire ? puis-je prendre la photo de mon enfant à partir de là ? » Je suis presque sûr que le Hamas l’a assassiné et a blessé ma fille, ainsi que mes neveux et moi-même, mais je ne suis pas une fille, qu’il en soit ainsi. Oh oui, ils ont tiré sur la maison. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire