Yair Netanyahou attaque : la Haute Cour provoque des troubles, du chaos et de la violence dans les rues

0
298

Soucieux de l’intégrité de la coalition suite à la loi rabbinique et à la loi sur la conscription, le fils du premier ministre a trouvé les coupables.

Be’hadré ‘Harédim – Kobi Uziéli – Photo prise d’Instagram

Yair Netanyahou, le fils du Premier ministre qui vit actuellement à Miami, en Floride, fait référence à la tempête sur la lois des rabbins qui ébranle la coalition et menace de la faire tomber. Netanyahou Jr. a trouvé les coupables.

Netanyahou écrit : « Le gouvernement ne voulait pas toucher à des lois telles que la loi des rabbins et la loi sur la conscription. C’est la Cour suprême qui a imposé cela au gouvernement à travers des décisions qui obligent les représentants des orthodoxes à la Knesset à légiférer en la date limite (que la Cour en question a fixée) pour cette session d’été. »

Selon lui, « la Haute Cour ne se soucie pas des orthodoxes quand il y a un gouvernement de gauche au pouvoir (avec ou sans les orthodoxes). Le Bagats (Cour suprême) n’a eu aucun problème avec la même loi de conscription que le gouvernement présente actuellement, lorsque la même loi a été soumise par le gouvernement de gauche de Bennett Lapid, Lieberman, les frères musulmans et Gantz ».

Il affirme en outre : « La Haute Cour ne se soucie pas du fait que les Arabes israéliens ne se mobilisent pas et ne portent pas le fardeau. La seule raison pour laquelle la Haute Cour a statué sur ces choses est de provoquer des conflits et le chaos, la violence dans les rues dans le but d’entrainer la dissolution du gouvernement, en ce qui concerne la Haute Cour, est l’établissement d’un gouvernement fantoche de gauche, qui se rendra au Hamas et au Hezbollah leur place et établira un État palestinien. »

La loi sur les rabbins, censée donner plus de pouvoir au conseil rabbinique en chef dans la nomination des rabbins des villes, ébranle la coalition et est qualifiée par ses opposants de « loi des jobs ».

Celui qui s’oppose à cette législation est le président de Shas, Aryeh Deri, qui a réussi à mener à une démarche inhabituelle : la destitution des membres de la commission constitutionnelle du Likoud, Moshe Saada et Tali Gottlieb, et leur remplacement par Ofir Katz et Tzaga Malko qui a accepté de voter pour lui au sein de la commission qui était censée se réunir ce matin pour l’approuver avant son arrivée au plénum de la Knesset, où la bataille devrait être plus difficile et plus exigeante, mais ce soir, le Premier ministre Netanyahou a décidé après consultation avec le président de la coalition, Ofir Katz, de retirer la loi de l’ordre du jour.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire