3ème tour : tous coupables d’égocentrisme anti-national

0
77

Tout le monde est à blâmer pour la troisième élection – analyse

Les sondages d’opinion montrent que les gens blâment le plus Netanyahou, puis Liberman, suivi du leader bleu et blanc Benny Gantz avec une énorme marge entre eux.

Avec en cours, une troisième élection en moins d’un an, une question raisonnable à poser est de savoir comment en sommes-nous arrivés à cette situation inextricable? Et qui est le responsable à blâmer?

Personne ne prend la responsabilité, sans que cela représente une surprise. Tout le monde pointe du doigt tout le monde. Le Likoud dit que c’est à cause de Bleu et Blanc, Bleu et Blanc dit que c’est à cause du Premier ministre Benjamin Netanyahou, et le chef de Israël Béténou, Avigdor Liberman, dit qu’il a “zéro pour cent” de prise d’un rôle dans tout cela, car ce sont les deux grands partis les coupables.

Les sondages d’opinion montrent que les gens blâment le plus Netanyahou, puis Liberman, suivi du leader bleu et blanc Benny Gantz, avec une énorme marge entre eux.

Ils sont certainement tous fautifs. Ils ont tous joué un rôle dans les centaines de millions de shekels gaspillés entre le coût de la tenue d’une élection et les pertes du marché d’un autre jour de congé. Ils participent tous à la paralysie politique de l’année écoulée, affaiblissant notre sécurité, nos services sociaux et notre économie, nous plongeant davantage dans la dette nationale.

La 20e Knesset aurait pu durer jusqu’au mois dernier, si elle avait vécu les jours qui lui étaient destinés.

Tout le cycle électoral précoce a été lancé lorsque Liberman a démissionné du ministère de la Défense il y a un an et a retiré son parti de la coalition, car il estimait que la réponse d’Israël aux attaques de Gaza était trop faible et ses mises en garde avaient été à plusieurs reprises rejetées par le cabinet de sécurité. Plusieurs semaines plus tard, des élections anticipées ont été déclenchées.

LIRE  Pourquoi Israël reprend les recherches du soldat israélien mystérieusement disparu ?

Après avoir mené une campagne entière au cours de laquelle il a déclaré qu’il recommanderait Netanyahou comme Premier ministre et l’élection d’avril, Liberman a fait volte-face et a refusé de rejoindre une coalition dirigée par Netanyahou. Il a posé des conditions sur les questions de religion et d’État – qui n’étaient pas au centre de la campagne – qui seraient très difficiles à accepter pour les partis ‘harédi. Lorsque Shas et Judaïsme Unifié de la Tora ont convaincu leurs conseils respectifs des érudits de la Tora de faire un compromis sur le projet de loi de conscription des ‘Harédi dans Tsahal, Liberman les a rejetés comme n’allant pas assez loin. Ensuite, il a mené sa prochaine campagne électorale en incarnant un guerrier laïc.

Avant la deuxième élection, Liberman a déclaré qu’un gouvernement d’unité était la seule voie à suivre. Il a gardé cela jusqu’à ce jour, même au détriment d’une troisième élection, qui, selon lui, serait un désastre pour Israël. Il a refusé de rejoindre un gouvernement étroit de droite dirigé par Netanyahou ou un gouvernement minoritaire dirigé par Gantz avec le soutien extérieur de la Liste commune, qui aurait pu empêcher une troisième élection en un an.

Netanyahou assume également la majeure partie du blâme. Il y a un an, il a déclenché des élections anticipées, apparemment parce qu’il ne pouvait pas maintenir une coalition avec une majorité d’un siège, et il ne pouvait pas amener les partis de son gouvernement à s’entendre sur un projet de loi sur la conscription ‘harédi qui satisferait le Haute Cour de justice avant la date limite fixée. L’autre raison, selon des sources, est que Netanyahou pensait qu’il pourrait être réélu avant que le procureur général Avichai Mandelblit ne recommande des accusations de corruption contre lui. Cela n’a pas fonctionné, les recommandations venant en février et les élections d’avril.

Après la première élection, les partis comptant 65 sièges à la Knesset ont recommandé Netanyahou comme Premier ministre, mais Liberman ne rejoignait pas la coalition de Netanyahou pour les raisons susmentionnées. Netanyahou n’a pas réussi à convaincre Liberman ou les ‘harédim de faire suffisamment de compromis. Plutôt que d’essayer de former un gouvernement avec seulement 60 sièges à la Knesset, ce qui serait fragile, mais pas impossible, ou de suivre le processus énuméré dans la loi, qui permettrait à Gantz d’essayer de construire une coalition, Netanyahou a poussé à une nouvelle élection, en dissolvant la Knesset.

LIRE  Le héros du jour : le rav Litsmann, ministre israélien de la Santé !

En septembre, la droite a non seulement perdu Liberman, mais elle a fait pire qu’avant, avec seulement 55 députés recommandant Netanyahou. Le Premier ministre a convaincu les dirigeants des autres partis de droite de former un bloc qui resterait avec lui, et il leur est resté fidèle. La logique était que s’il ne les gardait pas dans sa proximité, l’un d’eux pourrait accepter de rejoindre une coalition dirigée par Gantz, donnant à l’opposant de Netanyahou une majorité. Ce plan a fonctionné, mais cela signifiait que les négociations étaient au point mort depuis des mois, car les positions politiques de Bleu et Blanc, en particulier sur les questions sociales, ne pouvaient pas fonctionner avec celles des parties à la droite du Likoud.

Finalement, Bleu et Blanc a commencé à hésiter sur cette question, mais Netanyahou a insisté pour être le premier dans une rotation pour le poste de Premier ministre, par souci de continuité, a-t-il expliqué, et pour profiter de ses liens étroits avec le président américain Donald Trump, mais, par là il n’a pas dit que le fait d’être jugé comme premier ministre lui donnerait probablement un avantage.

Ensuite, il y a Bleu et Blanc. Dès le départ, c’était la soirée «tout le monde sauf Bibi». Sa raison d’être était de provoquer le retrait de Netanyahou de ses fonctions, mais il n’avait pas beaucoup de chance d’y parvenir avant septembre.

Bleu et Blanc n’a pas vraiment négocié avec le Likoud lorsque Netanyahou avait le mandat de former un gouvernement, a annulé les réunions à la dernière minute, ou s’est présenté mais sans rien dire de substantiel. Puis, quand ce fut le tour de Gantz, il a essayé de négocier, mais il était clair dès le départ qu’il ne voulait pas faire partie d’un gouvernement avec Netanyahou. Après tout, il avait déclaré depuis les premières élections que Netanyahou était corrompu et ne pouvait pas diriger le pays, tout en faisant face à ses nombreux problèmes juridiques. Et comme mentionné précédemment, il voulait que le Likoud abandonne les autres partis de droite.

Gantz semblait disposé à faire des compromis sur divers points, mais Yair Lapid et Moshé Ya’alon, deux des autres dirigeants du parti, ne font pas confiance à Netanyahou. Ils voulaient former un gouvernement d’unité uniquement si Netanyahou n’était pas Premier ministre pour commencer à gouverner – une offre qu’ils savaient qu’il refuserait – parce qu’ils pensaient qu’il déclencherait des élections avant de devoir abandonner le poste de premier ministre à Gantz. Netanyahou est même allé jusqu’à dire qu’il ne serait Premier ministre que six mois avant que Gantz ne le remplace, mais pour Bleu et Blanc, c’était la place de premier ou rien.

LIRE  Tensions entre Druzes et Arabes israéliens : deux mosquées attaquées

Depuis que Mandelblit a annoncé les dernières accusations contre Netanyahou, Bleu et Blanc est revenu à sa position selon laquelle Netanyahou est trop corrompu pour être Premier ministre, et il a appelé Netanyahou à renoncer à son droit de demander à la Knesset l’immunité de poursuites, mais Netanyahou a refusé.

Pour citer une malédiction shakespearienne : «Un fléau sur vos deux maisons!» Il n’y a pas de parti innocent dans cette querelle électorale. Aucun des principaux acteurs de ce drame politique n’est plus à blâmer que les deux autres pour la troisième élection et les citoyens d’Israël sont entraînés dans une situation que personne ne semble vouloir.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire