Miss Irak dirigera une manifestation israélienne à l’ONU sur les réfugiés juifs des États arabes

0
86
Miss Irak dirigera une manifestation israélienne à l’ONU sur les réfugiés juifs des États arabes

En 2017, après avoir été photographiée avec Miss Israël, l’ancienne Miss Irak  Sarah Idan a été forcée de fuir son pays et a émigré aux États-Unis.

Début décembre, la mission israélienne aux Nations Unies devrait organiser un événement unique au siège des Nations Unies à New York.

Cet événement accueillera des représentants de l’ONU et des ambassadeurs du monde entier. Il est organisé avec les Juifs autochtones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (JIMENA) dans le cadre d’une campagne diplomatique en faveur de la reconnaissance des réfugiés juifs expulsés des pays arabes après la création de l’État d’Israël, dans le but de mettre cette question à l’ordre du jour de la communauté internationale.

Sarah Idan, élue Miss Irak en 2017, figurera parmi les principales conférencières. Après avoir été photographiée avec Mlle Israël Adar Gandelsman, Idan a été contrainte de fuir l’Irak et a émigré aux États-Unis. Depuis lors, elle est devenue une porte-parole assidue en faveur d’Israël, n’écartant aucune critique de sa patrie. Dans ses récents discours, elle a condamné les activités terroristes du Hamas et les violations systématiques des droits de l’homme en Irak. À la lumière de ses déclarations, sa citoyenneté irakienne a été révoquée.
Elan Carr, l’envoyé spécial de l’administration Trump pour la surveillance et la lutte contre l’antisémitisme, sera également présent aux côtés d’Idan. Carr, le fils d’un réfugié juif irakien, devrait raconter l’histoire de son père lors de son discours, afin de souligner l’importance de l’événement, ainsi que l’histoire de sa mère, qui a été forcée de fuir l’Irak.
Envoyé spécial des États-Unis pour la surveillance et la lutte contre l’antisémitisme, Elan Carr est interviewé par Yaakov Katz, rédacteur en chef du Jerusalem Post, lors de la conférence du GC4I à Jérusalem.
L’événement aura lieu au lendemain de l’Assemblée générale des Nations Unies qui marque l’anniversaire du 29 novembre 1947, date à laquelle les Nations Unies ont voté en faveur de la résolution 181 des Nations Unies, qui visait à partager la Palestine mandataire entre deux États juif et arabe. (La commémoration de cette année aura lieu le 3 décembre en raison des vacances de Thanksgiving.)
Chaque année, à l’occasion de l’anniversaire de la décision de l’ONU, la délégation palestinienne tente d’attirer l’attention de l’organe mondial sur le problème des réfugiés palestiniens et appelle à soutenir le droit au retour. Dans le but de rééquilibrer les problèmes, la délégation israélienne s’efforce de mettre l’accent sur la dimension juive de la question des réfugiés.
L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies, Danny Danon, a déclaré que “l’histoire de près d’un million de Juifs qui ont été brutalement expulsés de leurs maisons n’a jusqu’ici pas attiré l’attention des Nations Unies, et a même été délibérément minimisée pour se concentrer uniquement sur le récit palestinien. L’État d’Israël doit exprimer son soutien aux réfugiés juifs et remédier à cette injustice historique. “
Sarah Levin, directrice exécutive de JIMENA, a déclaré : “À l’aube de la cinquième année du Jour de commémoration des réfugiés juifs, il devient de plus en plus urgent de centrer la question et d’élever la voix des Juifs mizrahi et séfarades, dont les expériences et les perspectives collectives constituent un prisme important pour aborder les questions contemporaines d’antisémitisme, de droits des minorités au Moyen-Orient et d’efforts visant à délégitimer Israël. “
Adaptation : Marc Brzustowski
LIRE  Voici les chiffres fournis par la Sécurité Routière pour 2018...

Aucun commentaires

Laisser un commentaire