La crainte en Israël d’une nouvelle explosion d’émeutes arabes

0
59

Israël craint l’explosion d’émeutes dans les villes mixtes, l’usage d’armes à feu contre les forces de sécurité et les civils, et des localités assiégées sur une longue durée, en cas de conflit militaire. L’évaluation de la situation par la police israélienne ces dernières semaines est qu’elle devra renforcer des milliers de policiers et autres réservistes à cette fin.

Be’hadré ‘Harédim – ‘Hizki Neiman

En mai 2021, dans les premiers jours des émeutes qui ont eu lieu dans les villes impliquées lors de l’opération Chomré ha’Homoth, il a fallu trois jours à la police pour contrer et arrêter les émeutiers – et la police a eu du mal à joindre les appels qu’elle recevait de civils en détresse. La police comprend déjà parfaitement qu’une nouvelle flambée d’émeutes dans les villes concernées n’est qu’une question de temps. Ces dernières semaines, le commissaire de police Kobi Shabtai a tenu une série de discussions avec la participation de hauts responsables du commandement, concernant l’état de préparation de la police pour « Chomré ha’Homoth 2 ».

Le journal Yedioth A’haronoth et le site Internet Ynet ont révélé que la police se prépare à environ 35 jours consécutifs d’émeutes et à des événements trois fois plus importants que ceux de « Chomré ha’Homoth », avec des dizaines d’émeutes dans tout le pays et des incendies volontaires. Le commissaire a fait état d’une pénurie d’environ 4 500 policiers et combattants et d’environ 4 000 réservistes. Un officier supérieur de la police a dit franchement : « Lorsque des émeutes éclatent dans les villes concernées, il nous faudra au moins 72 heures pour nous organiser avec des forces de déploiement sur le terrain pour arrêter les émeutiers. »

LIRE  Corona - situation en Israël en début de semaine de Yom Kippour

En plus de tout cela, la police devra faire face à des milliers de scènes de chutes de roquettes sur le front intérieur et à des centaines d’incendies. En outre, la police est consciente du fait qu’en état de combat militaire, des milliers de policiers seront tenus de se présenter à leurs unités en vertu de l’ordre 8, ce qui compromettra gravement la capacité de la police à répondre aux incidents dans le pays.

Selon le rapport de Yedioth A’haronoth, à la demande du commissaire, le département des opérations a été tenu de pointer les différents scénarios dans chacun des districts de police. Au centre, la police pense que les villes de Lod et Ramla seront à nouveau des endroits particulièrement perturbés et que les frictions entre les Juifs et les arabes augmenteront en leur sein. Les fauteurs de trouble tenteront de s’en prendre aux biens et aux gens, à faire brûler les synagogues et à piller des biens à l’aide d’armes à feu. Un autre scénario qu’imagine la police est le blocage de l’accès à ces localités centrales pendant de longues périodes.

Dans le district de Jérusalem, on s’attend à ce que les points de passage soient touchés, et que certains soient même fermés du fait des émeutes qui se développeront dans le secteur de Judée-Samarie et se déverseront à Jérusalem-Est. Il y aura des incidents violents entre Juifs et Arabes tandis que des extrémistes arriveront de tout le pays à Jérusalem. La police s’attend également à ce que des quartiers relativement calmes tels que Beit Tsefafa, Beit Hanina et Shouafat soient également au centre des émeutes.

LIRE  USA: la nomination de Banon dénoncée par la Ligue Anti-Diffamation

Dans le district sud, la police prévoit que des émeutiers nationalistes bloqueront les routes et causeront de graves perturbations de la circulation dans la région du Néguev. Dans le même temps, des émeutes se produiront dans les localités bédouines pour tenter de nuire aux éléments liés au gouvernement. Dans la région de Tel-Aviv, on s’attend à des troubles particulièrement à Jaffa, avec l’implication d’éléments extrémistes qui attiseront les vents, tandis que les extrémistes juifs tenteront de nuire aux Arabes et vice versa.

Dans le district de Judée-Samarie, des foyers d’émeutes se développeront dans tout le secteur, y compris aux points de passage, malgré le bouclage qui sera imposé aux Palestiniens, et même là, la police s’attend à l’utilisation d’armes réelles contre les forces de sécurité et les civils dans la zone. La police devra également répondre aux crimes haineux qui pourraient survenir de la part d’extrémistes.

Dans le district côtier, la ville d’Acre sera probablement au centre d’émeutes mettant l’accent sur les tentatives d’atteinte à la vie humaine et aux biens à l’aide d’armes à feu. Les perturbations de la ville de Haïfa vont également s’étendre, surtout dans les quartiers mixtes et arabes. La route 65 (Wadi Ara) devrait être fermée à la circulation en raison des foules sortant pour infliger des dégâts et à cause d’émeutes dans les rues, et apparemment l’accès à de nombreuses localités ne sera pas autorisé et bloqué. Dans le district Nord, selon ce scénario, il y aura des troubles dans la plupart des principales localités, villes et voies y menant, y compris l’utilisation d’armes à feu. Dans la ville de Nof HaGalil, un foyer d’émeutes pourrait se développer entre Juifs et Arabes, et de nombreuses localités seraient assiégées pendant longtemps.

LIRE  L’été en Israël devient plus chaud, plus long – étude

Les préparatifs de la police pour ce qui est déjà nommé « Chomré ha’Homoth 2 » ont été exposés et publiés dans Yedioth A’haronoth et Ynet.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire