85 maires s’adressent au gouvernement : 300 000 appartements en danger immédiat d’effondrement

0
203

Environ deux semaines après l’effondrement soudain de l’immeuble résidentiel à Holon (notre photo), 85 maires ont envoyé une lettre aux ministres Shaked et Elkin exigeant la restauration des bâtiments qui risquent de s’effondrer. L’association des entrepreneurs a attaqué les maires, en leur imputant la responsabilité de cette situation.

Be’hadré ‘Harédim – Haim Shmueli – Photo : Avshalom Shashoni, Flash 90

L’Association des entrepreneurs a annoncé qu’en Israël il y avait plus de 300 000 appartements dans des immeubles en danger immédiat d’effondrement et a affirmé que les autorités locales devraient les marquer et procéder à leur démolition et leur reconstruction, environ deux semaines après l’effondrement soudain de l’immeuble résidentiel à Holon.

L’annonce de la Builders Israel Contractors Association est intervenue en réponse à une lettre envoyée par le président du Center for Local Government Haim Bibbas et le président du Forum des 15 grandes villes Ron Huldai au ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked et au ministre du Logement Zeev Elkin, exigeant une étude de tous les bâtiments anciens du pays et la préparation d’un plan de réhabilitation qui inclura l’approbation d’un projet de rénovation urbaine dans une procédure accélérée, et la réparation des défauts dans les bâtiments dangereux de la périphérie qui manquent de faisabilité économique pour la rénovation urbaine.

La lettre a été signée par 85 maires, dont le maire de Holon Moti Sasson, le maire de Bené Brak Avraham Rubinstein, le maire de Haïfa Einat Klish Rotem, le maire de Lod Yair Revivo, le président du conseil de Yeruham Tal Ohana et d’autres autorités locales.

LIRE  Israël récupère des archives de Kafka pour mettre fin à une saga

Des dizaines de maires ont indiqué dans la lettre avoir récemment assisté à l’effondrement d’immeubles anciens construits selon des normes et des modes de construction qui ne respectent pas les contraintes de temps, et qui ont été délaissés pendant de nombreuses années par leurs propriétaires.

Selon eux, ces immeubles, dont certains ont été construits par des sociétés de logement comme Amidar et Amigur, sont majoritairement habités par des personnes en difficultés quotidiennes, qui n’ont pas les moyens d’effectuer des travaux de rénovation et de rénover les propriétés dans lesquelles ils vivent. « Il s’agit d’une bombe à retardement et d’une réelle menace vitale pour les occupants des bâtiments, qui pourraient s’effondrer à tout moment », indique la lettre.

Les maires ont demandé aux ministres Elkin et Shaked d’intervenir immédiatement et de mener une enquête sur tous les bâtiments anciens et de promouvoir un plan de restauration des bâtiments. « Nous demandons votre intervention urgente et immédiate, pour promouvoir un plan de restauration et de rénovation des bâtiments anciens et dangereux. Dans un premier temps, une étude et une cartographie des bâtiments anciens du pays, en les classant selon les niveaux de risque en découlant, et dans la deuxième étape immédiatement après d’établir un itinéraire facile et expéditif. C’est l’urgence de l’heure et nous devons tous nous mobiliser pour protéger la sécurité et la vie de nos résidents. »

L’Association des entrepreneurs a répondu à la lettre et a attaqué les maires. « Comme nous l’avons estimé il y a 4 ans, il y a plus de 300 000 appartements dans des immeubles en danger immédiat d’effondrement et les autorités locales doivent les marquer et procéder à leur démolition et leur reconstruction. Toute autre version de traitement cosmétique dans de tels immeubles ne suffira pas », précise la réponse mentionnée.

LIRE  La Pologne décide une double spoliation des biens juifs

Ils ont fait valoir que l’entière responsabilité de promouvoir et d’accélérer la démolition et la nouvelle construction de bâtiments dangereux construits il y a 50 ans ou plus via la TMA 38 et l’évacuation des constructions incombe aux maires. Il s’agit d’un danger, d’une bombe à retardement selon leur expression. L’industrie de la construction et des infrastructures se tiendra aux côtés de toute personne qui promeut des actions pour empêcher un effondrement catastrophique de bâtiments, comme il l’a fait jusqu’à présent », a déclaré la réponse de l’Association des entrepreneurs.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire