Le Candélabre de Hanouka représente la sagesse juive, Tora orale qui éclaire le monde par son éthique et sa droiture

0
57

Autour de la table de Chabbath, n°415 Mikets-‘Hanouka

Le Candélabre de ‘Hanouka représente la sagesse juive, Tora orale qui éclaire le monde par son éthique et sa droiture.

Ces paroles de Tora seront étudiées pour Le-yilouï Nichmat de Haïa Sara (Valérie) Bat Ginette (famille Link) תנצבה

Je commencerai mon bulletin par une petite histoire. Vous connaissez les événements du 7 octobre dernier. Ces évènements ont secoué toute la population en Erets Israël et dans le reste du monde. Des amis m’ont rapportés ce fait très intéressant. Dans les réseaux sociaux, on a vu un homme relativement jeune, rescapé de la tuerie qui s’est déroulée à quelques encablures de Gaza. Or, ce quidam est très connu du grand public israélien puisqu’il est présentateur d’une émission télévisée (« A’him »). Il apparait dans le clip tatoué de la tête aux pieds… et il dit son message d’une voix secouée par des pleurs (on est juste quelques jours après le drame) : « Merci l’Iran. Merci le Hamas. Merci les Palestiniens. Merci Gaza… Vous m’avez fait découvrir que je suis JUIF ! » Fin du clip sensationnel. Si mes lecteurs n’ont pas de larme en lisant ces faits, c’est qu’ils ne connaissant pas l’éloignement d’une partie de la population. Imaginez un homme de père et de mère juifs, qui habite au fin fond de l’Auvergne ou la Normandie (à côté des vaches grasses) et pour couronner le tout, marié avec une Clothilde de la région (habillée à la mode de Normandie..). Seulement, après avoir vu les scènes d’horreurs il déclare : « je pleure tous les jours (en cachette afin que Clothilde ne le sache pas…) et je souffre avec mes frères de Terre sainte, sic. Et je veux aussi savoir où je peux me procurer ces petites boites noires que j’ai vu sur le front des grands religieux qui priaient au Mur des Lamentations lors de l’émission de télévision du dimanche matin (bien-sûr, toute cette confidence est top secrète, pour conserver son Chalom Baït…) » fin de l’interview exclusive pour « Autour de la Table du Shabbat ». N’est-ce pas une réaction à couper le souffle, mes chers lecteurs de Provence et de Navarre ?

Cette petite introduction nous apprendra beaucoup sur la manière dont Hachem S’y prend pour faire revenir son troupeau égaré, vers des pâturages, qu’il pensait au départ verts et qui au final se sont transformés en terrain bourbeux et sans retour (si ce n’est l’abnégation du berger qui ira chercher son troupeau coûte que coûte). Je m’explique, au cours de notre histoire plusieurs fois millénaires, à maintes reprises le Clall Israël a pris des nouvelles voies (à ne pas suivre). Au départ c’était les cultes idolâtres, puis c’est devenu plus élaboré avec la Grèce antique. Plus proche de nous, c’était la réforme qui a fait des ravages ainsi que les mouvements socialistes, sionistes laïques et j’en passe. Or, Hachem par sa grande miséricorde envoie les nations du monde pour nous rappeler que nous ne sommes pas fait de la même trempe (et je dis bien miséricorde, car Hachem a un plan établi pour notre rédemption finale).

Les Sages, de mémoires bénies, comparent le Clall Israël à de l’huile d’olives. De la même manière que l’huile ne se mélange pas avec l’eau, pareillement la communauté ne peut pas se fondre avec les peuples du monde. D’après cet axiome, M. Capelot, si les sinistres membres du Hamas se déchainent, que l’Iran menace, que Poutine est prêt à mettre la main à la pâte (sans compter le Hezbolah), c’est la preuve que le Clall Israël s’est détourné de la pratique. De plus, une partie a décrié vigoureusement la communauté religieuse comme parasite et le kavod, (honneur), dû aux Talmidé ‘Hakhamim/Avrékhim a été rabaissé.

Par ailleurs, on apprend de ces tristes événements combien Hachem nous a protégés jusqu’à présent face à toutes ces bêtes féroces. Encore une fois, j’ai entendu que les réseaux sociaux, cette fois provenant de France, douce, de mon enfance, qu’un quidam noir/black s’est fait interviewer dans les rues de Paris sur la situation générale dans le monde. Il a dit avec un accent inoubliable propre à la France de 2023 : « De toutes les façons vous ne pourrez rien faire contre peuple juif ! La preuve est qu’ils ont passé l’esclavage en Egypte, que les romains ont voulu les anéantir et les chrétiens les ont rôti au feu de l’inquisition et pourtant tous ces Empires ont disparus tandis que le peuple juif reste vivant : vous ne pourrez rien contre eux ! » Les gens qui étaient autour de lui étaient bouche bée (fin de l’interview le 2ème explosif).

L’histoire de ‘Hanouka est particulièrement intéressante puisqu’il s’agit de la confrontation entre l’empire grec, qui représente toute la culture occidentale, avec le monde juif orthodoxe de l’époque. La situation était insoutenable, il ne suffisait que de très peu pour que la pratique juive passe, Hachem Yichmor, aux oubliettes… Ce n’est que grâce à la volonté et à l’abnégation d’un tout petit groupe de valeureux Cohanim (dont les 5 fils de Mattitiahou Cohen Gadol) que le Clall Israël a pu sortir vainqueur de cette lutte à mort. En effet, ces Cohanim, qui étaient 13, ont pris les armes et n’ont pas eu peur de combattre l’armée la plus forte au monde (avec ses éléphants et le soutien des Scuds en provenance de l’Irak sans oublié le Yémen…) mais par grand miracle ce sont les fils de Mattitiahou qui gagneront la guerre et inaugureront le Beth HaMikdach (le Temple de Jérusalem) le 25 Kislev. Mais cela ne s’est pas arrêté là puisqu’il y a eu le miracle de l’allumage du candélabre du Temple qui a brûlé pendant huit jours consécutifs (alors que cela devait durer qu’une seule nuit). D’ailleurs notre allumage est en souvenir de cet allumage. Ce dernier miracle vient nous rappeler plusieurs choses.

1° Que la victoire militaire était miraculeuse (la preuve est l’allumage miraculeux qui a suivi).

2° L’huile vient nous rappeler que le Clall Israël ne peut pas se mélanger aux autres nations 3° Le Candélabre représente la sagesse juive (Tora orale) qui éclaire le monde par son éthique et sa droiture.

Donc ‘Hanouka c’est la fête des lumières, pour nous rappeler que c’est la spiritualité de la Tora et la communauté qui sortira gagnant donc il n’y a pas à avoir peur de tous les mécréants de notre époque tumultueuse.

Un petit peu de lumière repousse beaucoup d’obscurité

Le sippour

Petite leçon de patience d’un Grand de la Tora

Cette semaine, on aura droit à une courte histoire liée avec la fête de ‘Hanouka, rapportée par le rav Elimélekh Biderman chlita. Seulement, son enseignement sera pour tous, chaque jour de l’année! Il s’agit du rav Tsadik, le « Beth Avraham », Admour de la ‘Hassidout Slonim. Ce saint homme a vécu il y a près d’un siècle en Europe Centrale. Pour ‘Hanouka, il avait l’habitude de préparer ses mèches d’huile lui-même, et pour l’occasion de l’allumage il était habillé tout en blanc (propre aux Admourim). Tout cela, afin de profiter au mieux de la sainteté qui se dégageait de son allumage. Une fois, c’était une veille de Chabbat, la maison était superbement bien rangée, l’allumage était prêt et le rabbi s’approchait de sa magnifique ‘Hanoukia en lisant des Psaumes. Le rav ressemblait à un ange descendu directement du ciel !

Il prit une bougie, le Chamach, et l’alluma. Mais sans prévenir, son jeune fils, rabbi Chlomo (David Yehouchoua) bondit d’excitation dans le salon, couru à droite et à gauche et patatras toute la magnifique ‘Hanoukia tomba à terre ! L’huile éclaboussa le sol et les meubles alors que l’on était à quelques minutes de l’entrée du Chabbat! Le salon qui était auparavant astiqué se retrouva être un champ de bataille. Les habits de l’Admour avaient été aussi éclaboussés d’huile. Dans ces conditions, il n’était pas possible de recevoir le Chabbat et de faire un magnifique allumage. Toute la maisonnée observa alors le père de famille pour connaitre sa réaction. Le Tsadik sourit et dit sereinement : « Sachez, que c’est le même Créateur qui m’a ordonné (d’écouter les Sages) et d’allumer les bougies de ‘Hanouka. C’est lui aussi qui m’ordonne de ne pas m’emporter. TOUT provient de Lui ! Je dois LUI montrer que je ne le sers pas comme je veux mais comme Il oriente ma vie, même s’Il a décidé que ma Hanoukia s’éclate par terre… J’accepte sa décision avec AMOUR, DE TOUT MON CŒUR! » Finalement, le Beth Avraham nettoiera tranquillement sa maison avec des chants de Chabbat à sa bouche! Qui veut faire comme rabbi Avraham??

Coin Halakha: A la tombée de la nuit on fera son allumage à sa maison (en particulier en Erets où on allume à l’extérieur). En conséquence, on évitera de faire une visite amicale (ou familiale) au moment de l’allumage. Il faudra d’abord allumer chez soi puis partir chez son ami. On peut même allumer à partir du Plag (près d’une heure avant le coucher du soleil). (Autre possibilité plus rare : nommer un émissaire afin qu’il allume à sa place).

Un invité qui dort chez son hôte devra s’associer à l’allumage en donnant une pièce de monnaie (dans le cas où sa femme n’a pas allumé pour lui dans sa maison), par cela il acquière une partie de l’huile (ou des bougies) de son hôte.

Chabbat Chalom et que la lumière de nos allumages repousse tous les ennemis d’Israël et protège nos soldats et la population juive en Erets et de par le monde

A la semaine prochaine, si D’ le veut.

David Gold tél : 00972 55 677 87 47

Aucun commentaire

Laisser un commentaire