Abou Mazen refuse l’enquête conjointe et déclare : « Israël paiera le prix. »

1
169

Le président de l’Autorité palestinienne Abou Mazen s’est exprimé à Ramallah aujourd’hui lors d’une cérémonie en l’honneur de la journaliste tuée à Jénine et a catégoriquement rejeté la possibilité d’une enquête conjointe sur sa mort | Il a déclaré : « Nous imputons l’entière responsabilité à Israël, nous refusons une enquête conjointe avec les Israéliens, ils ont commis le crime et nous ne leur faisons pas confiance. »

Be’hadré ‘Harédim – Hizky Neuman

Un jour après la mort de la journaliste Sheerin Abu Akla lors d’un échange de coups de feu à Jénine, son corps, qui a été autopsié par des Palestiniens, a été transporté à la Mouqata à Ramallah, où le président de l’Autorité palestinienne Abou Mazen lui a rendu hommage lors des funérailles, affirmant que l’Autorité palestinienne ne mènerait pas d’enquête conjointe avec Israël, ajoutant que les Palestiniens se tourneraient vers la Cour internationale de justice de La Haye pour punir les responsables.

Il a ajouté : « Son assassinat n’est pas le premier crime d’Israël. Nous tenons Israël entièrement responsable de sa mort. Il a également évoqué les actions d’Israël dans le sud des montagnes de ‘Hévron (faisant référence à la décision d’évacuer environ 1 000 personnes) et a déclaré que ces mesures vont actionner les décisions du Conseil central de l’OLP sur l’accord avec Israël. Abou Mazen a également noté que Sheerin deviendrait un modèle pour les Palestiniens. »

Auparavant, le ministre palestinien chargé des relations avec Israël, Hussein a-Sheikh, avait annoncé que les Palestiniens avaient clairement indiqué qu’ils mèneraient et termineraient l’enquête sur la mort de manière indépendante et mettraient à jour de manière transparente ses résultats en les transmettant au Qatar, aux États-Unis et à tous les organismes officiels. C’est en réponse à la demande d’Israël de mener une enquête conjointe et de remettre la balle qui a conduit à la mort du journaliste d’Al-Jazeera Sheerin Abu Akala à Jénine hier. A-Sheikh a ajouté que tous les signes et preuves indiquent que ceux qui l’ont tuée étaient des unités spéciales d’Israël.

Le journaliste Sheerin Abu Akla a été tuée hier lors d’un échange de coups de feu entre les forces de Tsahal et des terroristes dans le camp de réfugiés de Jénine, alors qu’elle couvrait l’incident, ou par des tirs de militants palestiniens. En outre, Israël a demandé de recevoir la balle qui a entraîné la mort du journaliste pour un examen balistique.

Les informations obtenues par Israël montrent que le directeur de l’Institut de médecine légale de l’université a-Najah de Naplouse, qui a procédé à l’autopsie d’Abu Akala, a déclaré à son personnel et aux hauts responsables palestiniens qu’« il n’a pas été possible de déterminer si elle était morte des tirs des FDI ou d’une balle palestinienne. »

1 Commentaire

  1. « il n’a pas été possible de déterminer si elle était morte des tirs des FDI ou d’une balle palestinienne. »
    D’un médecin, on attend un avis sur des problèmes de médecine
    Et d’un expert en armes à feu, sur des problèmes d’armes à feu.
    Comment peut-il tirer des conclusions dans un domaine qui n’est pas le sien ?

Laisser un commentaire