Affaire des enfants yéménites: le gouvernement va approuver des indemnisations

0
49

Après de très longues décennies de déni, le gouvernement va approuver des indeminsations pour les familles yéménites dont des enfants ont « disparu » en son temps, dans les années 50…

Les enfants yéménites « perdus » des années 1950 ne retourneront probablement jamais dans leur famille en deuil, tant ils ont sans doute été adoptés par des familles étrangères ou locales, mais sans qu’elles ne sachent jamais l’origine de ces enfants. Officiellement, ils sont décédés… Le dossier a fait l’objet de maints rejets par les autorités officielles, tant il était délicat et gênant, et également d’attaques de la part de personnes émanant de cette communauté, dont Ouzi Mechoulam zal. Le résultat : nul, on ne sait pas ce que sont devenus les 500 enfants dont on a perdu les traces.

Mais néanmoins – peut-être consolation mineure -, le gouvernement va-t-il approuver un accord de compensation pour les familles qui seront indemnisées par enfant d’un montant de 150 à 200 milliers de NIS , et des montants similaires pour les autres enfants contre preuve de leur disparition alors, entre 1948 et 1954.

L’accord financier destiné à indemniser les enfants des familles d’immigrants yéménites disparus dans les années 1950 sera approuvé par le gouvernement demain, a rapporté N12 ce soir. Selon la publication, l’accord comprendra une compensation en deux montants différents: pour les familles dont le sort n’était pas encore connu, l’État indemnisera les membres de la famille avec 200000 NIS, et pour les familles dont les proches sont décédés mais les informations n’ont pas été communiquées au famille en temps réel, ou la cause réelle du décès n’a pas été précisée – les familles recevront 150 000 shekels.

LIRE  Le mois d'Eloul approche, et les préparatifs pour l'ouverture des Yechivoth bat son plein

L’accord comprend également une compensation pour plusieurs enfants d’une même famille, auquel cas une compensation sera accordée pour chaque enfant, ce qui augmentera considérablement le montant de l’indemnisation pour un certain nombre de familles.

La proposition des décideurs ce soir a publié une déclaration officielle au nom du gouvernement, selon laquelle « le gouvernement israélien exprime ses regrets sur les événements qui ont eu lieu dans les premiers jours de l’Etat et reconnaît la souffrance  de ces familles.

L’affaire des enfants d’immigrants yéménites, de l’Europe de l’Est et des Balkans est une affaire douloureuse dans l’histoire de l’État d’Israël. « La question continue d’accompagner l’agenda public depuis des décennies et est une plaie ouverte dans la société israélienne », indique le communiqué.

Il a en outre été déclaré que l’octroi d’une indemnité ne permettra pas de réclamations futures en la matière: « La réception du montant pour chaque membre de la famille sera subordonnée à la remise de son engagement écrit de renoncer et de rejeter toute réclamation pécuniaire dans le présent question », a souligné la décision.

L’affaire des enfants yéménites a agité le pays dans ses premières années et est restée pour de nombreuses familles yéménites une plaie ouverte qui ne se fermera probablement jamais. L’ouverture des dossiers et la lutte pour la reconnaissance ont été le lot des familles blessées, qui recevront des sommes d’argent, mais leurs proches perdus ne seront probablement jamais rendus, malheureusement.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire