Affaire Pegasus : Netanyahou n’est pas intéressé par une commission d’enquête d’Etat

0
52

Contrairement à la logique selon laquelle Netanyahou voudrait une commission d’enquête d’État après que la police a illégalement espionné ses associés – il s’avère que le président du Likud a en fait peur d’une telle commission. Pourquoi est-il contre ?

JDN – Mordechai Halperin

Cette semaine, mardi dernier, une audience spéciale s’est tenue au bureau du Premier ministre autour de l’affaire NSO et de la surveillance illégale exercée par la police contre des civils innocents. Le public a exigé la création d’une commission d’enquête d’État et Bennett a annoncé qu’une vaste enquête serait mise en place plus tôt au bureau du procureur de l’État. Mais ce matin (vendredi), il s’avère que Netanyahou n’est pas non plus intéressé par une commission d’enquête d’État. Cela a été rapporté par Amit Segal.

Lors d’une discussion au bureau du Premier ministre, les opinions sur la question ont été divisées en deux – lorsque certains pensaient que la personne qui avait divulgué les détails de l’affaire était intéressée par l’élimination de la cyber-industrie offensive d’Israël, et certains pensaient qu’il s’agissait d’une tentative d’aider Benjamin Netanyahu à obtenir un procès équitable.

Alors que les chefs de faction de la coalition se réunissaient pour discuter officiellement de la question de savoir si le logiciel espion Pegasus était utilisé illégalement par la police contre des citoyens israéliens innocents, dans la pratique, ils ont discuté de la question de savoir si la création d’une commission d’État chargée d’enquêter sur l’affaire était un cadeau pour Netanyahu dans ses affaires juridiques.

Cependant, selon le rapport, non seulement Bennett et les dirigeants de la coalition ne sont pas intéressés par une commission d’enquête d’État sur la question – mais aussi le chef de l’opposition et président du Likud, le député Benjamin Netanyahu, ne l’est pas. Lors d’une réunion de la faction du Likud à la Knesset cette semaine, Netanyahu a déclaré qu’il avait exigé une « enquête indépendante », et pas en vain. La raison de l’opposition de Netanyahu à la création du comité est sa peur de prendre un temps inutile au lieu de localiser immédiatement les responsables de l’espionnage de ses associés.

LIRE  Un Israélien d’origine française échappe de peu à un lynchage sur le route de la vallée du Jourdain

Aucun commentaires

Laisser un commentaire