Antisémitisme: une ville italienne dit non à un mémorial de l’Holocauste le qualifiant de facteur de … division

0
37

Une ville italienne dit  » non  » au mémorial de l’Holocauste, le qualifiant de facteur de division

Le conseil municipal de la ville italienne de Schio, 40 000 habitants, a rejeté une proposition visant à honorer ses citoyens qui ont péri dans les camps de la mort avec Stolpersteine.

Le conseil municipal de la ville italienne de Schio, qui compte 40 000 habitants, a rejeté une proposition visant à honorer ses citoyens qui ont péri dans les camps de la mort avec Stolpersteine.

Les Stolpersteines sont des pierres commémoratives en laiton gravé placées devant l’ancienne résidence des victimes de l’Holocauste.

Le projet artistique a été créé en 1992 par l’artiste allemand Gunter Demnig. Chaque pierre porte le nom, l’année de naissance, la date de l’arrestation et le sort de la personne honorée. Il y a actuellement environ 70.000 pierres dans 21 pays en Europe.

Alberto Bertoldo, membre de la coalition gouvernementale de centre-droit, a déclaré qu’une telle initiative aurait risqué  » de générer de nouvelles haines et divisions. Laissons les victimes reposer en paix« , a-t-il déclaré, comme l’a rapporté le quotidien italien La Republica jeudi.

La motion pour l’installation de 14 pierres a été présentée par un membre du conseil de l’opposition du Parti démocratique de centre-gauche.

Ce rejet a suscité l’indignation de nombreux représentants des autorités locales et nationales, ainsi que de la communauté juive italienne.

Le fait que le conseil municipal de Schio ait considéré les  » pierres d’achoppement  » comme une provocation constitue une légitimation honteuse de la tentative d’oubli des crimes du régime « , a déclaré le président du Conseil municipal de Schio.

LIRE  «Céline n’était pas un antisémite de salon mais un antisémite pro-hitlérien»

Elle a ajouté qu’une décision similaire prise par une institution publique est « pire encore que les actes individuels, car avec cette décision, la négation de l’Holocauste devient un acte officiel ».

Le maire de Schio Valter Orsi a défendu le rejet. « Nous ne soutenons pas l’exploitation politique. Une plaque en hommage aux victimes des camps existe déjà dans notre ville« , a-t-il déclaré, selon le quotidien italien Corriere della Sera.

Source www1.alliancefr.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire