Apathie arabe envers les Palestiniens

1
933

Par Khaled Abu Toameh / Gatestone

https://www.gatestoneinstitute.org/11995/palestinians-arabs-apathy

Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com

Cette apathie arabe envers les Palestiniens est le résultat d’une croyance de longue date dans le monde arabe que les Palestiniens sont un peuple ingrat qui n’hésite pas à mordre la main qui les nourrit.

L’Autorité palestinienne (AP) a travaillé dur pour persuader les pays arabes de soutenir sa position dans l’impasse avec l’administration américaine.

La direction de l’Autorité Palestinienne à Ramalla craint que sans le soutien des pays arabes, l’administration américaine « impose » le « traité du siècle » du président Donald Trump – le plan de paix au Moyen-Orient qui reste à annoncer.

Les pays arabes, cependant, semblent être préoccupés par d’autres questions.  Pour l’instant, les Palestiniens obtiennent beaucoup d’éloges de la part de leurs frères arabes, y compris des promesses de faire pression sur l’administration Trump pour éventuellement «modifier» son plan afin de le rendre moins «mauvais» aux exigences et aux aspirations palestiniennes.

Ce qui se passe réellement, c’est que les dirigeants de l’AP sont terrifiés à l’idée que de nombreux pays arabes soutiendront le plan Trump, abandonnant ainsi leurs frères palestiniens et les exposant à la pression internationale pour accepter «l’accord du siècle». Cette peur ne semble pas injustifiée.

Les responsables palestiniens ont déjà exprimé leur inquiétude que l’Arabie saoudite, l’Egypte, la Jordanie et certains pays du Golfe soient de collusion avec l’administration Trump pour « imposer » le plan de paix, dont les détails doivent encore être rendus publics.

Ces pays arabes, soulignent les Palestiniens, ont adopté une approche plus pragmatique et conciliante envers le plan de paix réputé et ne manifestent plus d’opposition forte, malgré les affirmations palestiniennes selon lesquelles les points principaux de « l’accord du siècle » endossent les positions du gouvernement israélien.

Contrairement aux Palestiniens, les pays arabes ne sont évidemment pas intéressés à ruiner leurs relations avec l’administration américaine. Leurs commentaires sont plus susceptibles de préserver de bonnes relations avec Washington que de soutenir les politiques du gouvernement israélien.

Les Palestiniens semblent être les seuls dans le monde arabe qui manifestent quotidiennement contre un plan que personne n’a vu.

Il ne se passe guère de jour sans qu’un avertissement palestinien ne prévienne le plan de «liquidation» ou de «gifle du siècle» de Trump, comme certains ont commencé à le faire. Les Palestiniens disent qu’ils sont également déterminés à déjouer le plan, malgré les conséquences.

« Les Palestiniens ne se soucient pas de la date à laquelle le plan de Trump sera annoncé parce qu’ils le rejettent », a déclaré Nabil Sha’ath, un ancien ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne qui est conseiller principal du président Mahmoud Abbas.

LIRE  La méfiance entre le peuple et les dirigeants de l'AP, qui n’ont pas tenu leurs promesses

« Ce qui a déjà été divulgué sur le plan est suffisant pour nous de le rejeter.Nous n’accepterons pas un plan américain qui permet aux Etats-Unis de restaurer son exclusivité sur le processus de paix.Si Washington veut contribuer au processus de paix, il doit être dans le cadre d’un forum multilatéral international.  »

Un autre haut collaborateur d’Abbas, Azzam al-Ahmed, a déclaré que « l’affaire du siècle » de Trump ne passerait pas parce qu’elle ne conduirait pas à la création d’un Etat palestinien. Les Etats-Unis, a-t-il ajouté, ne sont plus qualifiés pour jouer le rôle d’unique parrain de tout processus de paix entre les Palestiniens et Israël.

Le secrétaire général de l’OLP, Saeb Erekat, a également réitéré l’opposition palestinienne à « l’accord du siècle » de Trump. Accusant l’administration américaine de chercher à « liquider » la cause palestinienne et d’imposer ses préceptes aux Palestiniens, Erekat s’est plaint dans un « rapport politique » qu’il a soumis aux membres de la faction dirigeante du Fatah à Ramallah la semaine dernière que les « lignes audacieuses » du plan de Trump n’offre aux Palestiniens rien d’autre que «l’autodétermination éternelle» et un état «démilitarisé».

Au cours des dernières semaines, la direction de l’AP a fait campagne pour rassembler le soutien arabe pour son opposition au plan Trump. Jusqu’à présent, cependant, l’effort palestinien n’a été que partiellement réussi, voire pas du tout.

Lors d’une récente réunion à Bruxelles des ministres arabes des Affaires étrangères avec leurs homologues de l’UE, les Palestiniens ont exigé que les pays arabes approuvent leur position vis-à-vis du plan Trump. Les Palestiniens réclament également un plus grand rôle de l’UE dans le processus de paix avec Israël afin que les Etats-Unis n’aient plus d’exclusivité sur le rétablissement de la paix.

Cependant, la réponse arabe à la campagne palestinienne a été décevante pour les Palestiniens.

Les ministres arabes ont rejeté la demande palestinienne de diminuer le rôle des États-Unis dans le processus de paix. « Nous ne voulons pas exclure le rôle américain, qui reste majeur », auraient dit les ministres arabes aux Palestiniens.

Les pays arabes ont également refusé de soutenir la rhétorique anti-américaine des Palestiniens. A en juger par le ton des dirigeants de l’Arabie saoudite, de l’Egypte, de la Jordanie et du Maroc, ils semblent adopter une approche douce vis-à-vis de l’administration américaine et de son plan de paix qui reste à être annoncé.      Contrairement aux Palestiniens, les pays arabes ne considèrent pas le plan comme une « conspiration visant à liquider la cause palestinienne et les droits nationaux ».

LIRE  Logement : les Israéliens achètent plus d'ancien que de neuf

De plus, on dit à Ramallah que certains pays arabes ont fait pression sur les dirigeants de l’AP pour qu’ils acceptent le plan Trump.

« Plusieurs pays arabes pro-américains exercent toujours des pressions sur les dirigeants palestiniens pour qu’ils ne rejettent pas le plan américain », a déclaré l’analyste politique Rasem Obeidat. « Ils demandent même à la direction palestinienne de traiter le plan d’une manière positive. » Il a appelé les Palestiniens à cesser de compter sur les Arabes et à unir leurs rangs et à renforcer leur front intérieur.

Les Palestiniens espéraient que la réponse des pays arabes et islamiques à la décision de Trump du 6 décembre de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël serait beaucoup plus difficile. Le minimum que les Palestiniens attendaient était que ces pays répondent en expulsant les ambassadeurs américains ou en fermant les ambassades américaines dans les capitales arabes et islamiques. Ceci, bien sûr, ne s’est pas produit, au grand dam des Palestiniens, qui se sentent encore une fois abandonnés par leurs frères arabes et musulmans.

Les pays arabes semblent en avoir marre des Palestiniens. Tout au plus, ils sont prêts à offrir aux Palestiniens des déclarations publiques de soutien et des promesses pour les aider à réaliser leurs droits. Chacun de ces pays a ses propres problèmes et la question palestinienne n’est plus en tête de la liste des priorités des Arabes.

L’Egypte, par exemple, est préoccupée par sa guerre contre les terroristes djihadistes au Sinaï et la prochaine élection présidentielle, prévue pour fin mars. Les Egyptiens ont des souvenirs amers d’ingérence dans les affaires internes des Palestiniens. Au cours des trois derniers mois, les Égyptiens ont essayé, sans succès jusqu’à présent, de persuader le Hamas et la faction du Fatah d’Abbas de procéder à l’accord de «réconciliation» que les deux parties ont signé au Caire en novembre 2017.

La semaine dernière, une délégation de la sécurité égyptienne a eu des   discussions intensives avec les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza dans le but de résoudre la crise, mais en vain. Une délégation du Hamas qui s’est rendue au Caire le mois dernier pour discuter des moyens de mettre en œuvre l’accord de « réconciliation » patente est rentrée les mains vides dans la bande de Gaza, après avoir passé trois semaines en Egypte.

Les Saoudiens, pour leur part, sont également occupés avec leurs problèmes domestiques. Le prince héritier Mohammed bin Salman, souverain de facto de l’Arabie saoudite, est préoccupé par son projet d’introduire des réformes majeures dans le royaume et de collecter des milliards de dollars auprès des princes corrompus et des hauts fonctionnaires. De toute façon, la direction de l’Autorité palestinienne ne semble pas avoir beaucoup confiance dans le jeune prince héritier et le soupçonne également de collusion avec l’administration Trump pour « imposer »  ‘ »l’affaire » aux Palestiniens.

LIRE  Les deux années "honteuses" de l'Allemagne au Conseil de Sécurité de l'ONU

De même, la Jordanie tente de résoudre ses propres problèmes, qui semblent énormes. La récente décision du gouvernement jordanien de supprimer les subventions sur le pain a déclenché une vague de manifestations dans tout le royaume.

Le Qatar et les Emirats arabes unis (EAU), quant à eux, travaillent séparément à la promotion de leurs propres programmes dans le paysage politique palestinien.

Les Qataris soutiennent le régime du Hamas dans la bande de Gaza, tandis que les EAU tentent de promouvoir leur mandataire palestinien, le chef du Fatah déchu, Mohammed Dahlan, en tant que prochain dirigeant palestinien. Les Emirats Arabes Unis auraient demandé à Dahlan de former un nouveau parti qui se présenterait aux prochaines élections présidentielles et législatives palestiniennes, si et quand elles auront lieu.

La direction de l’AP n’est pas satisfaite de l’interférence du Qatar et des EAU dans les affaires internes des Palestiniens. Il n’est pas non plus satisfait de la façon dont l’Egypte semble avoir soutenu Dahlan, un ennemi juré d’Abbas. L’Autorité palestinienne considère que l’ingérence arabe dans les affaires palestiniennes est nuisible et contre-productive. Il n’a pas encore récupéré de l’époque où chaque pays arabe avait approuvé sa propre faction palestinienne.

Les Palestiniens sont de nouveau contraints de faire face à la vérité désagréable que leurs frères arabes sont plus intéressés par leur propre survie que de la question palestinienne.

Cette apathie arabe envers les Palestiniens est le résultat d’une croyance de longue date dans le monde arabe que les Palestiniens sont un peuple ingrat qui n’hésite pas à mordre la main qui les nourrit. Le soutien palestinien à l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990 – un pays qui fournissait chaque année des millions de dollars aux Palestiniens – a marqué un tournant dans les relations entre les pays arabes et les Palestiniens. Depuis lors, les Palestiniens dépendent presque entièrement des financements américains et européens.

Lorsque Trump annoncera finalement son plan de paix au Moyen-Orient, les Palestiniens découvriront qu’ils sont seuls à menacer de le contrecarrer. Les Palestiniens ont de bonnes raisons de croire que les pays arabes sont sur le point de les laisser à eux-mêmes. Et, après un demi-siècle de leadership raté et corrompu, les dispositifs palestiniens laissent beaucoup à désirer.

1 Commentaire

Laisser un commentaire