Avis aux jeunes étudiants de Tora bloqués en France

0
309

Le Igoud Bené Hayechivoth section française et le I’houd, son organisme supérieur, ont consulté les grands de la génération en ce vendredi veille de Roch ‘Hodech ‘Hechvan, date qui marque en général le retour des ba’hourim en Israël. Ils leur ont transmis les directives unanimes de cette consultation jusqu’à ce que la situation s’apaise. Les grands de la génération recommandent à tous les ba’hourim bloqués en France de prendre contact avec une Yechiva locale qui possède une structure proposant une étude avec les Sedarim et ‘Havroutoth, des Tefiloth et une atmosphère adéquate qui permettra b.h le jour venu lors d’un retour à la normale -qu’on espère proche – pour un Ba’hour de pouvoir se replonger dans sa structure en Israël.

Le Igoud Bené Hayechivoth section française œuvre afin que les Yechivoth qui existent en France absorbent ces centaines de jeunes hommes de Yechivoth.

Que la Tora assure dans chaque endroit la protection et la garde que nous lui connaissons !

Ce jeudi était prévu à Paris une grande réunion de jeunes français étudiant en Erets Israël sous le couvert du Igoud Bené Hayechivoth dans l’enceinte de la communauté Ohel Moché de Paris, pour la guérison complète du rav Shimon ben Rivkah avec la participation du rav Chimon Galai chlita, mais la guerre a éclaté en Terre d’Israël et la reprise de l’étude de la Tora dans les Yechivoth d’Erets a déjà eu lieu. Le rav Galai a donc été empêché de quitter le pays d’une part, et en revanche, les jeunes français qui étaient en France dans leur famille pour les fêtes n’ont pas pu revenir en Terre sainte.

Ainsi, le contenu de l’événement prévu à Paris s’est déroulé avec la participation des rabbanims locaux et des Raché Yechivoth de France dans la communauté Ohel Moché du 19e arrondissement de Paris, avec au programme une étude spécifique sur la sujet/souguia qui traite des 100 bénédictions à réciter par jour, sujet qui a amené les trois cents jeunes présents à se plonger dans une étude de Tora de grande intensité.

A la fin de cela, les ba’hourim ont reçu un cour sur le sujet mentionné ci-dessus par le rav Binyamin Shelli, Dayan à Paris.

Et puis, suite à la situation, des paroles de ‘Hizouk ont été prononcées  par les trois dirigeants des Yechivoth de Paris, le rav Yitz’hak Sabag chlita, l’un des dirigeants de la Yechivath ‘Hazon Baroukh, le rav Yehouda Katz chlita, fils et bras droit de son père le rav Yitz’hak Katz chlita, Roch Yechivath Nichmath Israël, et le rav Mordekhai Rotenberg, le rav de l’Association des Communautés et dirigeant de la Yechivath Emet Leya’akov de Paris.

Le rav Ya’hya Touboul, dayan de Lyon, qui a déployé un effort particulier pour participer à ce grand événement, a suscité une grande émotion et de profondes larmes dans le public.

A la fin de son intervention, il a officié en tant que Chelia’h Tsibour pour une tefila spécialement conçue par rav Galai chlita avec la récitation des Psaumes et de Avinou Malkénou, dans une ambiance qui rappelait Yom Kippour.

De nombreux rabbanim ont également participé à cet événement, parmi lesquels rav Emmanuel Tobiano, machgia’h de la Yechivat Nichmath Israël/Paris, le rav Yitzhak Shnéior, responsable de la Yechivat Or Torah, le rav Sénior, rabbin dans le 16ème arrondissement de Paris, le rav Matslia’h Attoun, rabbin de la communauté des Tunisiens, le rav Yehezkel Cohen, rav de la communauté Romainville, rav Eyal Cohen, rabbin de la communauté Toraténou de Paris.

Enfin pour conclure, les ba’hourim qui débutent ce dimanche Roch ‘Hodech ‘Hechvan dans les grandes Yechivoth de France qui leur ont ouvert leurs portes du fait de la situation ont remercié chaleureusement à cette occasion les institutions d’Ohel Moché – Paris et le igoud Bené Hayechivoth section française pour l’élévation et le ‘hizouk qui leur a été apporté par cette événement. Certains d’entre eux ont parlé avec enthousiasme de la fierté de maintenir leur appartenance au monde de la Tora et des Yechivoth malgré les difficultés et les fluctuations auxquels ils sont confrontés actuellement.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire