Bagarres à la Guiv’ath haMathos à Jérusalem avec des représentants de l’UE

0
126

À la suite d’un appel d’offres pour la construction de logements de l’autre côté de la Ligne verte, des représentants de l’UE sont venus manifester sur le terrain, mais ont rencontré des militants de droite et des habitants leur lançant des insultes…

Ynet

Des représentants de l’Union européenne arrivés ce matin (lundi) à la Giv’ath Hamatos à Jérusalem, un jour après un appel d’offres pour la construction de 1 257 logements de l’autre côté de la Ligne verte. Ils ont été accueillis par des militants de droite qui les ont traités d’«antisémites». Ils ont été contraints de quitter les lieux.

Il s’agit de l’autorisation accordée par les autorités de construire des appartements dans la zone située entre les quartiers de Har Homa et de Har Gilo. Elle est devenue un foyer de discorde au fil des ans. Selon les Palestiniens, sa construction constituera un tampon entre les quartiers arabes de la ville et les empêchera d’avoir une future continuité territoriale, en particulier dans le quartier voisin de Beit Tsefafa. Le plan, qui a été approuvé il y a six ans, est au point mort en raison de la pression internationale et n’est mis en œuvre que maintenant. La date limite de présentation de dossiers est fixée au 18 janvier, deux jours avant le changement de l’administration américaine…

Au cours de la visite, initiée par le mouvement Peace Now et Ir ‘Amim, les habitants de Giv’ath Hamatos sont arrivés sur les lieux avec d’autres militants de droite tels que le mouvement Im Tirtsou, dirigé par le maire adjoint de Jérusalem Aryeh King, pour protester contre les représentants de l’UE. Les militants ont crié sur les membres de l’UE leur disant : « Antisémites, sortez d’ici » et les traitant de « partisans du terrorisme ». Enfin, après des émeutes, mais sans incidents violents, les responsables de l’UE ont quitté les lieux – et au lieu de faire une déclaration sur place, ils se sont rendus au siège de l’ONU dans le palais du commissaire.

LIRE  Israël est le 5ème pays le plus innovateur au monde

Le chef de la délégation et le représentant de la Cisjordanie et de Gaza de l’Union européenne, Sven Con von Burgdorf, ont déclaré que sans dialogue, il n’y a pas de progrès pour la paix et a expliqué les considérations de la délégation pour venir sur le terrain eux-mêmes: « Nous avons appris hier à neuf heures en Israël que pour la première fois en 23 ans un projet de construction d’une telle envergure est approuvé dans une zone que le droit international considère comme territoire palestinien, nous avons donc décidé non seulement de publier une déclaration, mais de venir voir par nous-mêmes ce que cela signifie. Nous sommes très préoccupés par la promotion de ce projet. » Il a également noté que la construction du quartier endommagera continuellement Jérusalem et la Cisjordanie et rendra la tâche difficile pour les Palestiniens.

Von Burgdorf a également évoqué le moment de l’annonce de l’appel d’offres: « La décision a été prise à un moment critique, c’est-à-dire après la mise en place du nouveau président américain. Le calendrier de l’ouverture de l’appel d’offres jusqu’à sa clôture dans la semaine de l’inauguration donne l’impression que les autorités veulent établir les faits sur le terrain avant l’arrivée du prochain président. Il est important de montrer l’uniformité au sein de la communauté internationale: aucun projet de ce type, aucune construction non conforme au droit international ne peut être lancé actuellement ».

Nurit Baruchi, une habitante de Giv’ath Hamatos depuis 30 ans, a protesté contre la visite de la délégation: «Les habitants de Giv’ath Hamatos ont toujours été ici. Nous avons été autorisés à vivre ici. J’ai des enfants et des petits-enfants ici. C’est à nous et personne d’autre ne peut décider de nous», a-t-elle déclaré à Ynet.

LIRE  Trois Arabes ont été pris en flagrant délit de pillage d'un site archéologique à Modiin !

Meirav Hagag, la mère de feu le capitaine Shir Hagag, s’est également jointe à la manifestation: «Une fois de plus, nous assistons à l’intervention de l’UE. Comme dans les tribunaux qui protègent les terroristes, nous les voyons ici aujourd’hui pour empêcher la construction légitime de Juifs en Terre d’Israël. Ils n’ont rien à nous dire. Nous construirons ici sans leur demander autorisation. Espérons qu’ils retireront leurs mains sales du sang des Juifs d’Israël. « 

La controverse sur la région existe depuis de nombreuses années. Cependant, en février dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a annoncé qu’il avait approuvé la construction d’environ 4 000 logements à Giv’ath Hamatos, dont 1 000 pour les résidents palestiniens et 3 000 autres pour les Juifs. Il y a deux plans en vigueur à Giv’ath Hamatos: l’un d’eux est d’environ 500 unités d’habitation situées sur des terres privées de Palestiniens vivant à Beit Tsefafa, dont la plupart ont déjà été construites. Un autre plan prévoit 2 610 logements. L’appel d’offres publié hier et qui a provoqué la nouvelle tempête concerne 1 257 logements du même second plan – et tous sur des terres domaniales.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire