Ba’hrein : plus petit que le Gouch Dan, mais s’oppose à l’Iran !

1
146

Illustration : des Juifs à Barkhrein…

Le royaume, qui n’avait pas peur d’utiliser les pays qui lui sont voisins pour réprimer les manifestations chiites lors du printemps arabe, a déjà reconnu le droit d’Israël à exister et a accueilli un ministre israélien dans les années 1990. C’est le prochain pays à signer un traité avec Israël.

Ynet

Bahreïn, qui signera mardi l’accord établissant des relations avec Israël, est une petite île du golfe persique d’une superficie totale d’environ 765 kilomètres carrés seulement – la moitié de la superficie de Gush Dan.

Le royaume du Golfe, qui est relié à l’Arabie saoudite par un pont de 30 kilomètres, est dirigé par la minorité sunnite du pays et dirigé par le roi Hemed bin Issa.

Le gouvernement sunnite dans un pays à forte majorité chiite a connu de nombreuses tensions internes: lors du printemps arabe en 2011, les citoyens sont sortis pour protester pour réclamer l’égalité pour les chiites du pays.

Les manifestations ont duré en alternance pendant environ deux ans, au cours desquels plusieurs civils ont été tués. À la demande de Bahreïn, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont contribué à réprimer la manifestation – en envoyant 1 500 soldats pour arrêter les manifestations. Le mouvement chiite « Al Wafak », qui s’est retiré du parlement en raison du traitement réservé par le gouvernement aux manifestants, a publié hier soir un communiqué condamnant l’accord en cours de formation avec Israël.

Bien que les relations entre Israël et Bahreïn ne prennent effet officiellement que dans les prochains jours, dès 1994, une délégation israélienne a effectué une visite officielle. Le ministre de la Protection de l’environnement de l’époque, Yossi Sarid, est venu en visite dans le cadre des pourparlers de paix avec les pays arabes.

LIRE  Plus de 132.000 juifs séfarades ont demandé la nationalité espagnole en quatre ans

Au fil des ans, il y a eu des rapports non officiels sur diverses visites de responsables israéliens dans le royaume, et la ministre des Affaires étrangères en 2007, Tzipi Livni, a même rencontré son homologue bahreïnite à l’Assemblée générale des Nations Unies – ce qui a provoqué une tempête au parlement bahreïni.

Les détails de cette réunion ont été publiés dans l’agence de presse jordanienne Petra. Selon le rapport jordanien, les deux se sont rencontrés un mois auparavant déjà, et le ministre des Affaires étrangères Khaled al-Khalifa a demandé à garder l’appel secret et à attendre les résultats de la conférence d’Annapolis pour laquelle beaucoup avaient de grands espoirs. Après que les détails de la réunion à New York soient devenus publics, un débat houleux a éclaté au Parlement bahreïni. Au cours du même débat, les députés islamistes ont attaqué le ministre et l’ont appelé à «se purifier la main», après avoir serré la main de Livni.

En 2018, Bahreïn a également reconnu officiellement l’existence d’Israël, et le ministre des Affaires étrangères Khaled Ben Ahmad a même annoncé qu’Israël avait le droit de se défendre face à la menace iranienne. « Tant que l’Iran maintient la situation actuelle et menace d’autres pays avec des missiles et l’usage de la force – tous les pays de la région, y compris Israël, ont le droit de se défendre et de détruire la source du danger. »

Le royaume n’a pas caché son attitude chaleureuse envers la communauté juive. En 2008, Huda Ezra Nono, de la communauté locale de Bahreïn, a été nommée ambassadrice aux États-Unis. Nono a été le premier ambassadeur juif au nom d’un État arabe.

LIRE  Le Royaume-Uni "étroitement impliqué" dans la résolution de l'ONU

Huit ans plus tard, une vidéo a été publiée d’un émissaire Habad à Bahreïn dansant avec un cheikh local lors d’un événement d’allumage des bougies de Hanoukka.

Un émissaire Habad danse avec un cheikh en allumant une bougie de Hanoukka: ici

1 Commentaire

Laisser un commentaire