« Bennett ne connaissait pas le nom de mon fils… »

0
77

Nitza, la mère de Barel Hadaria Shmueli qui a été grièvement blessé à la frontière de Gaza, a déclaré dans une interview : « Benjamin Netanyahu a appelé hier à 00h00. Il a posé des questions, a salué et a pleuré au téléphone. Il a pleuré. Il était au courant de tous les détails. M. Bennett a appelé à 22h30 et il ne savait même pas quel était le nom du soldat – il a demandé dans quel hôpital il se trouvait. Quelle honte ! »

Be’hadré ‘Harédim

Hier (dimanche), le Premier ministre Naftali Bennett a appelé les parents du combattant de la patrouille frontalière Barel Hadaria Shmueli, qui a été grièvement blessé par des tirs palestiniens à la frontière de la bande de Gaza Chabbath, mais ne connaissait pas son nom et dans quel hôpital il était hospitalisé. . « Il demande au père de Barel, qui s’appelle Yossi, ‘Comment va Yossi ? Comment se sent-il ?’ Yossi lui a dit qu’il s’appelait Barel », a déclaré Nitza dans une interview à Radio 103.

« Avec l’aide de D’, mon fils se lèvera et la conversation enregistrée avec Bennett sera diffusée dans le monde entier », a ajouté la mère endolorie. D’autre part, elle a déclaré que l’ancien Premier ministre Netanyahu, qui est en vacances à l’étranger, a également appelé et pleuré avec eux.

« Benjamin Netanyahu a appelé hier à 00h00. Il a posé des questions, a salué et a pleuré au téléphone, il a pleuré. Il connaît tous les détails du soldat », a déclaré la mère. « M. Bennett a appelé à 22h30 du soir et ne savait même pas comment s’appelait le combattant – il a demandé dans quel hôpital il se trouvait. Quelle honte ! »

LIRE  Selon une responsable de la gauche israélienne : « Mélenchon est un odieux antisémite »

Sur l’état de Barel, Nitza a déclaré : « Hier, il a subi près de 8 heures d’opération. Une opération des yeux et de la tête. Il lui reste un œil. Priez pour des miracles. Je demande et supplie le peuple d’Israël de prier pour que notre le cher Barel se relève, qu’il revienne à sa famille, à la vie. »

Elle a durement critiqué l’establishment de la Défense, qui, selon elle, n’a pas fourni de réponses à ce qui s’est passé : « Il s’est battu avec son corps, son sang et son âme pour rien. Le pays ne le vaut pas, je n’obtiens pas de réponses. Un terroriste de 12 ans lui a tiré dessus à une distance nulle et tous savent que nos combattants n’ont pas le droit de tirer. Pourquoi envoient-ils alors mon fils ? Pourquoi ? Je veux une réponse. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire