Biden doit écarter l’idée d’un retrait de Syrie

Biden doit écarter l’idée d’un retrait de Syrie

0
22

Le Washington Institute appelle Biden à rejeter l’idée d’un retrait de Syrie

Même si la sortie américaine prévue d’Afghanistan était connue de tous ceux qui y sont directement impliqués dans le conflit, la sortie américaine précipitée, que l’on pourrait bien appeler, rien d’autre que l’évasion, a choqué le monde entier et semé la peur dans le cœur de ses alliés qui craignaient que le système américain ne change.

Des organismes de recherche du monde entier ont examiné « à la loupe » ce qui s’est passé et l’impact sur les autres régions dans lesquelles les États-Unis sont impliqués dans des combats aux côtés de leurs alliés, et le Moyen-Orient n’a pas fait exception.

Le retrait précipité d’Afghanistan n’est pas encore terminé et des rumeurs ont déjà commencé, qui se sont ensuite avérées fausses, à ce moment que les États-Unis ont également commencé à retirer leurs forces de l’est de la Syrie, ce qui a grandement troublé leurs alliés kurdes.

Il n’est donc pas surprenant que l’un des instituts de recherche américains traitant du sujet se soit empressé de lancer un appel à l’administration Biden pour qu’elle reconsidère sa volonté de se retirer de Syrie ces jours-ci.

Le Washington Institute for Near Eastern Policy* exhorte l’administration du président américain Joe Biden à écarter l’idée d’un retrait du nord-est de la Syrie.

Dans le rapport, l’institut déclare : « Après le retrait d’Afghanistan, l’administration Biden doit continuer à rassurer les FDS, haut et fort, que Washington n’a pas l’intention de quitter ses zones de contrôle en Syrie ».

Le rapport estime que le partenariat entre les États-Unis et la milice des FDS revêt une importance particulière en raison de la situation à l’ouest de l’Euphrate et de la propagation des cellules de l’EI dans les zones contrôlées par le régime Assad.

LIRE  Le grave danger de la partialité des médias

Il a ajouté : « Les conseillers de la Coalition internationale pour la lutte contre l’EIIS devraient envisager la possibilité que l’organisation y rétablisse sa présence régionale dans un avenir proche, surtout si les forces d’Assad décident de concentrer leurs forces ailleurs, comme Deraa ou Idlib. « 

Les services de renseignement américains ont déclaré que la menace de la Syrie, de l’Irak et du Yémen était plus grande et plus dangereuse que l’Afghanistan et le mouvement taliban.

La directrice du renseignement national, Avril Haynes, a déclaré que « la menace la plus dangereuse pour les États-Unis sont les organisations terroristes basées en Afrique et au Moyen-Orient, pas en Afghanistan ».

Il convient de noter que les États-Unis prévoient d’avoir 900 soldats en Syrie pour soutenir les milices kurdes des FDS contre l’Etat islamique, et il est peu probable qu’il y ait des changements dans la mission américaine en Syrie.

Il convient de noter que le Washington Institute a les meilleurs conseillers qui ont travaillé dans le passé dans divers gouvernements américains et au sommet du système militaire américain.

*Washington Institute for Near East Policy est spécialisé dans la lutte contre le terrorisme et les opérations militaires, en particulier contre les groupes djihadistes.

Crédit photo : Réseaux Sociaux

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop