Bruits de bottes dans la Mer Egée ?

Bruits de bottes dans la Mer Egée ?

0
195

Une autre guerre en Europe ?  Crainte à Athènes : la Grèce se prépare à l’invasion turque : l’armée grecque commence à creuser des tranchées antichars au nord de Thessalonique et transfère ses forces vers la zone frontalière.  

Erdogan tente d’établir une présence militaire dans les îles orientales de la mer Égée et cela aurait des conséquences désastreuses pour Israël.

La mer Égée est au cœur de la bataille pour le repartage du monde.

Après avoir amèrement dénoncé le voyage du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Washington déclarant que Mitsotakis «n’existe plus» pour lui, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a clairement fait savoir qu’il considérait son voyage comme une rupture de confiance aux implications considérables pour l’Alliance atlantique.

Erdoğan a attaqué Mitsotakis pour avoir impliqué les États-Unis dans le conflit qui oppose la Grèce à la Turquie en mer Égée. «Nous avions convenu avec lui de ne pas inclure des pays tiers dans notre conflit. Malgré cela, il s’est rendu aux États-Unis et a parlé au Congrès, les avertissant de ne pas nous donner de F-16 [avions de chasse]», a déclaré Erdoğan. Il a également accusé la Grèce d’héberger des partisans du coup d’État militaire manqué soutenu par l’OTAN en Turquie le 15  juillet 2016, qui a presque réussi à assassiner Erdoğan.
Erdoğan a encore fait savoir qu’il considérait la construction par les États-Unis de bases de l’OTAN en Grèce visant la Russie et l’influence économique croissante de la Chine dans la région, comme une menace pour son gouvernement. «Et surtout, il y a près de 10 bases en Grèce. Qui la Grèce menace-t-elle avec ces bases? Ou pourquoi ces bases sont-elles créées en Grèce?» a-t-il demandé. La montée du conflit gréco-turc et les tensions au sein de l’OTAN vont de pair avec une escalade dangereuse en mer Égée. La Turquie a affirmé que la Grèce avait récemment violé son espace aérien à deux reprises et qu’elle avait répondu à ces violations «sur la base de la réciprocité et conformément» aux règles d’engagement de l’armée de l’air turque.

 

LIRE  «L'Amérique de Trump, c'est 4,1% de croissance!»

Mesures de représailles turques : migrants et veto aux nouveau venus de l’Otan

La Grèce a également critiqué la Turquie pour avoir «repris sa pratique consistant à autoriser des bateaux remplis de migrants à quitter ses côtes pour se rendre dans les îles grecques de la mer Égée orientale… C’était la première fois depuis longtemps qu’un nombre aussi important de migrants tentait de pénétrer dans les eaux territoriales grecques depuis la côte turque». L’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’Otan se heurtent aux conditions turques. Les responsables américains cependant prédisent encore qu’Erdoğan capitulera devant la pression exercée pour admettre la Suède et la Finlande dans l’OTAN. La secrétaire adjointe américaine à la Défense Kathleen Hicks a déclaré que Washington était «confiant dans le fait que la Finlande et la Suède seront en mesure de résoudre ces [préoccupations] directement avec les Turcs».

Un nouvel épisode

Un nouvel épisode de cette saga guerrière s’est produit mardi 31 mai 2022. En arrière plan, il y a la Turquie qui reproche à la Grèce de surarmer ses îles proches du territoire continental turc en mer Égée. Le ministre turc des Affaires étrangères a fait une déclaration choc à ce sujet, dans laquelle il dit notamment :« La Grèce a violé le statut de ces îles et doit les désarmer. Sinon, un débat sur leur souveraineté commencera ». Autrement dit, la Turquie reproche à la Grèce de ne pas respecter ses engagements historiques et menace de ne plus lui reconnaître ces îles. Rappelons que ce qui intéresse la Turquie ce ne sont pas ces îles en elles-mêmes, mais leurs eaux territoriales adjacentes. Cela fait que la Turquie pourrait profiter de la situation pour enfin s’approprier des eaux (et leur sous-sol) qu’elle considère comme les siennes depuis des années. Le problème, on l’aura compris, c’est que justement si la Grèce surarme les îles en question, c’est précisément parce que de son côté elle considère que sa souveraineté est menacée.

LIRE  Le doyen des rabbins s'élève contre la décision de Lapid : "Quelle honte, quel déshonneur !"

Des mouvements inquiétants

En réalité, il y a de plus en plus de signes que la guerre de l’OTAN avec la Russie menace de provoquer une conflagration régionale à travers le Moyen-Orient. Les préparatifs d’Ankara pour de nouvelles attaques interviennent alors qu’on affirme que la Russie réduit sa présence militaire en Syrie pour renforcer ses forces en Ukraine. Des forces iraniennes se déploient en Syrie pour remplacer les troupes russes qui sont retirées pour combattre sur le front ukrainien. Un cocktail de plus en plus explosif.

JForum – Groupe Israël Eternel et diverses sources

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop