Comment le Hezbollah échappe aux sanctions américaines

0
22

Révélations sur les activités financières du Hezbollah : Al-Qard Al-Hassan au centre de la controverse

Le journal israélien « Globus » a mis en lumière les pratiques financières du Hezbollah libanais via l’association « Al-Qard Al-Hassan », présentée comme une institution caritative offrant des prêts et gérant des fonds communautaires pour la communauté chiite au Liban. Cependant, selon les informations révélées, cette association servirait en réalité de couverture pour des activités financières douteuses du Hezbollah, permettant d’éviter les sanctions américaines et de financer des opérations suspectes.

Les détails de ces pratiques ont été exposés suite à une cyberattaque par un groupe de pirates informatiques se faisant appeler « SpiderZ » contre la Fondation Al-Qard Al-Hassan. Les hackers ont divulgué des informations concernant environ 400 000 comptes liés à l’association, révélant ainsi la véritable nature de ses activités.
Il apparaît désormais que Al-Qard Al-Hassan ne fonctionne pas comme une organisation caritative, mais plutôt comme une banque parallèle opérant en dehors du système financier légal libanais. Les documents obtenus révèlent des flux financiers vers des membres haut placés du Hezbollah, dont le chef des Brigades Radwan et le guide suprême iranien Ali Khamenei, laissant entrevoir l’utilisation de fonds pour financer des opérations du groupe et échapper aux sanctions internationales.
Les pirates ont également alerté les clients de l’association, les encourageant à retirer leurs fonds et à cesser de rembourser leurs prêts « avant qu’il ne soit trop tard », mettant en lumière les risques pour ceux qui sont impliqués dans ces transactions financières.

Adel Mansour, PDG de l’association, a qualifié l’attaque de « trahison » et d’« attaque de renseignement », soulignant l’importance stratégique de Al-Qard Al-Hassan pour les activités financières du Hezbollah. Les experts confirment que cette association constitue en réalité la principale institution bancaire du groupe terroriste, permettant de gérer ses fonds et de contourner les sanctions internationales.

La légalité de Al-Qard Al-Hassan est également remise en question. Selon l’avocat libanais Majd Harb, l’association utilise un vocabulaire ambigu pour dissimuler ses véritables activités bancaires, opérant sans autorisation de la Banque centrale libanaise et pratiquant des activités financières illégales sous couvert d’actions caritatives.

Ces révélations soulèvent des préoccupations quant à la complicité de certains acteurs financiers dans le financement des activités terroristes du Hezbollah et soulignent la nécessité d’une vigilance accrue de la part des autorités internationales pour contrer ces pratiques illicites.

Jforum.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire