Comment l’un des terroristes a entrainé un journaliste à la Techouva !?

0
325

Zacharia Zubeidi est très certainement le terroriste le plus connu parmi ceux qui ont pris la fuite cette dernière semaine, a poussé en son temps un journaliste israélien à se repentir et à revenir à la pratique !

Kikar haChabbath – Yair Toker

De tous les gens du monde, le terroriste Zakaria Zubeidi, qui rend le pays fou depuis une semaine et demie, suite à son évasion de la prison du Gilboa, était celui qui a joué un rôle central dans le processus de repentance du commentateur des affaires arabes de News 13, Tsvi Ye’hezkeli (notre photo).

« C’était en 2004 », a déclaré Yehezkeli dans une interview qu’il a accordée il y a un mois au journaliste Mendi Kourts, dans une interview accordée au magazine ‘Neshama’ des jeunes ‘Habad et l’hebdomadaire ‘Kfar ‘Habad’. « J’ai ensuite commencé à travailler comme reporter pour les affaires arabes à Galé Tsahal et sur ‘Aroutz richon, et j’ai organisé de temps à autres des rencontres occasionnelles en face à face avec des personnes recherchées et des terroristes bien connus.

« A cette époque, l’adjoint de Zakaria Zubeidi, commandant des Brigades des martyrs el-Aqsa du Fatah à Jénine, a été assassiné, et je suis venu couvrir ses funérailles. Ce que je ne savais pas, c’est que Zubeidi avait des plans pour les funérailles – éliminer le premier journaliste israélien à entrer dans l’enceinte. »

Et Ézéchiel était le premier. Rétrospectivement, il y voit un plan divin ordonné qui l’a conduit, à cette heure, à l’endroit en question, lequel était tellement négatif pour le judaïsme et la pratique des mitsvoth. « Zubeidi m’a vu, a sorti son arme et m’a tiré dessus », se souvient Yehezkeli. « La balle est passé au-dessus de ma tête. J’étais effrayé. Miraculeusement, j’ai réussi à sortir de là vivant, je ne sais pas à ce jour comment.

LIRE  Intéressant : qui est Mme Pavaux Drory ?

« Au bout d’un moment j’ai voulu savoir ce qui lui était passé dan la tête. J’ai contacté Zubeidi, il m’a demandé : qui es-tu ? Quelle est ta définition ? Je lui ai répondu que je suis Israélien. Un nouvel Israélien, un bel Israélien, qui est illimité et peut aussi s’asseoir avec quelqu’un comme lui pour un repas même pour un agneau abattu. Ma réponse ne l’a pas satisfait, et il m’a demandé : « Qu’est-ce que tu es après que tu sois Israélien ? » Je lui ai dit : « Je suis hébreu, je parle hébreu, je suis arabe, je parle aussi l’arabe. » Encore une fois, il a demandé : « Mais quelle est ta réelle appartenance religieuse, qui es-tu vraiment ? »

« Je n’ai pas compris ce qu’il voulait. Qu’est-ce que l’appartenance religieuse ? La religion, pour moi, était alors quelque chose qui avait disparu du monde. Je lui ai dit ça. Pourquoi aurait-je besoin d’une religion ? Je ne suis pas religieux comme toi, je ne suis pas ‘primitif’. » Zubeidi m’a entendu et m’a dit : ‘Tu es stupide, tu sais pourquoi ? Parce qu’à mes yeux tu es juif, et si je te tue présentement, c’est parce que tu es juif. A quel point peux-tu être stupide de mourir pour quelque chose que tu n’es pas ? » C’est ce qu’il a dit : ‘Réveillez-vous, tu es juif, tu es juif à mes yeux, et également à tes propres yeux, tu es venu dans le pays parce que tu es juif.’ A ce point. Ce jour-là, quelque chose a commencé à bouger en moi. »

Avec les années, Ézéchiel se repentit. Il vit à Bat Ayin dans la partie ouest du Gush Etzion. Avec sa femme Meital, il élève les sept enfants sur les fondements de la tradition, la Tora et les mitsvot. Son apparence est orthodoxe, une casquette noire et une chemise blanche, mais il refuse de se laisser encadrer dans un secteur spécifique. « J’absorbe et reçois de tout le monde », dit-il. « Si vous avez encore à choisir, alors j’appartiens au Ba’al Shem Tov et à ceux qui a continué dans son chemin. Aux dirigeants du mouvement ‘hassidique. Rabbi Nachman de Breslav, en particulier, est celui qui m’a donné la recette. Il m’a appris, à travers ses écrits et ses disciples, comment parler au Saint, béni soit-Il. »

LIRE  La che’hita définitivement permise en Belgique

Il s’avère que tout, comme dit, a commencé par une conversation avec Zubeidi.

http://www.kikar.co.il/401068.html

Aucun commentaires

Laisser un commentaire