Confirmé par la commission : la liste de Balad a été disqualifiée pour se présenter à la Knesset

0
50

La commission électorale centrale a disqualifié le parti Balad de se présenter aux élections à la 25e Knesset | Les membres du bloc d’extrême droite se sont abstenus et n’ont pas voté au sein de la commission, mais la disqualification a été adoptée avec neuf voix des membres du centre contre cinq dissidents | Ra’am a été approuvé avec 14 opposants à sa disqualification, sans personne en sa faveur.

Be’hadré ‘Harédim

Contrairement à la position de la conseillère juridique du gouvernement, Gali Beharev Miara, la commission électorale centrale a rejeté la liste Balad des élections à la 25e Knesset. Le cas de Ra’am a été discuté, et sa disqualification a été rejetée par le comité par 14 opposants sans partisans positifs en faveur de ce parti.

Lors du vote sur la disqualification de Balad, 21 représentants des partis représentant Yesh Atid, Likoud, Judaïsme de la Torah, Havoda et Shas étaient absents, 5 membres des partis de liste commune, Balad, Ra’am et Meretz opposés, et 9 représentants de le camp étatique, Ka’hol lavan, Nouvel Espoir, Derech Eretz, Beit Yehudi et Yisrael Beitenu ont voté pour.

La demande de disqualification de Balad a été déposée par le parti « Nous sommes ensemble – pour un nouvel ordre social » au motif que ce groupe politique nie l’existence de l’État d’Israël en tant qu’État juif et démocratique, et la pétition contre Ra’am a été déposée par les organisations « Choosing Life Forum » et « So Far – Young People for Israel » au motif que groupe soutient la lutte armée d’une organisation terroriste. Selon les pétitionnaires, Ra’am, par l’intermédiaire de l’association « Aid 48″, transfère des budgets aux familles des prisonniers de sécurité et des terroristes tués dans des actes terroristes.

LIRE  Le rav Kanievsky : « Nous ne soutiendrons pas l’abandon de nos terres aux arabes «

Comme nous l’avons signalé, plus tôt, la conseillère juridique du gouvernement a soumis à la Commission électorale centrale sa position concernant les demandes de Balad et Ra’am de se présenter aux élections. Dans la position soumise, il était indiqué que l’application de l’arrêt de la Cour suprême concernant la disqualification des partis montre qu' »il n’y a aucune base factuelle à la base de la demande soumise à la commission électorale pour établir un recours pour la disqualification d’une liste des candidats à la Knesset. »

La conseillère juridique du gouvernement a maintenu la réponse qu’elle a présentée sur la difficulté inhérente à la plate-forme de Balad et les preuves accumulées au fil des années concernant l’existence de motifs concernant le déni de l’existence de l’État d’Israël en tant qu’État juif et démocratique. .

Dans le même temps, le conseiller juridique du gouvernement a précisé que « même si Balad et Odeh est proche de la zone interdite qu’une liste en dehors de laquelle ne peut pas concourir aux élections à la Knesset, aucune preuve n’a été apportée que ces dernières années Balad a travaillé pour mettre hors tension les parties durcies de la plate-forme. »

Par conséquent, le conseiller juridique estime que les preuves présentées dans la demande de disqualification ne sont pas suffisantes pour répondre aux normes strictes et rigoureuses établies dans la décision de la Cour suprême, pour prouver l’un des motifs de disqualification dans la loi.

Miara a souligné qu’au fil des ans, plusieurs demandes ont été soumises pour disqualifier Balad, et après que la Cour suprême a examiné la plate-forme du parti par rapport à « l’Etat de tous ses citoyens », il a été décidé que cela ne suffisait pas à l’empêcher de se présenter en les élections.

LIRE  Un cimetière juif en Pologne vandalisé pour la deuxième fois en un mois

Ra’am a affirmé que les demandes sont « très éloignées » du seuil fixé et n’atteignent pas « même le minimum » du seuil requis pour prouver que le parti soutient une lutte armée ou une organisation terroriste. Son représentant a également ajouté que le parti lui-même n’œuvre pas pour promouvoir le terrorisme, et concernant les activités des associations, il a affirmé qu’il s’agissait de « prétentions non fondées » qui ne répondent pas aux motifs de disqualification. Ra’am a également mentionné des décisions antérieures du tribunal qui n’ont pas accepté les demandes de disqualification de la parti ou ses membres.

Le parti Balad a affirmé que « l’échec de la tentative de faire taire la voix politique de principe de Sami Abu Shahada et de Balad par le raciste Lieberman – l’architecte du gouvernement de Lapid, prouve que Balad en tant que parti national et démocratique est un parti fort et stable et un courant dominant dans la société arabe qui ne peut pas être éliminé même pas par des exercices politiques puants et pas par des disqualifications. Balad peut et sera la surprise des élections. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire