Crise gouvernementale – fin du psychodrame

0
662

La crise gouvernementale déclenchée par Netanyahou au sujet de la nouvelle autorité de radiodiffusion est, après un mois de psychodrame, enfin terminée.

Et le Premier ministre Benjamin Netanyahou, qui a su manœuvrer le ministre des Finances Moshe Kahlon et obtenu que la nouvelle autorité indépendante n’inclue pas l’actualité et la politique, a été universellement proclamé vainqueur par les commentateurs.

Une dépêche maussade en première page de Haaretz annonçait que « Ka’hlon et Avichaï Mandelblit ont capitulé et accepté d’éliminer le radiodiffuseur ». L’accord, comme l’explique Israël Hayom en refrénant son exultation, donnera naissance à une autre entité dédiée à l’actualité politique, et l’autorité publique de radiodiffusion « Kan », sans actualité, sera mise en place sous peu.

Haaretz a réservé son vitriol pour son éditorial, dans lequel il piétine Ka’hlon pour avoir plié sous la pression. Selon le journal, l’accord n’est pas un compromis mais  «un effondrement complet de Ka’hlon face à l’obsession de Netanyahou pour les médias à cause de sa crainte d’élections anticipées».

Selon Matti Tuchfeld, d’Israel Hayom, les plus grands perdants dans l’affaire sont les élites médiatiques. « L’accord qui a été signé hier laisse les élites des médias défaites et amères ». L’important n’est pas le conflit entre Netanyahu et Ka’hlon, suggère-t-il. Le radiodiffuseur public était le projet fétiche d’élites couardes qui « ont renforcé la main de Ka’hlon pour qu’il mène leur guerre par procuration, et ont dénoncé Netanyahou qui a essayé de détruire [le diffuseur]. »

Yedi’oth A’haronoth, lui, fait valoir que c’est en fait la droite politique qui perd avec cet accord car personne ne comprend la justification de ce mélodrame et les partenaires de la coalition ne comprennent pas comment on a failli à en arriver à des élections anticipées.

LIRE  Grèce : vague sans précédent de conspirationnisme antijuif

Ce qui est certain, c’est que les dirigeants orthodoxes ont été très actifs dans la résolution de la crise. Avant la réunion des leaders de la coalition dimanche, les ministres Dérhy et Litzman et le député Gafni ont fait pression sur Netanyahou et Ka’hlon pour qu’ils résolvent leur différend. Dérhy avait d’ailleurs annoncé à l’avance que « lors de la réunion de coalition la crise sera résolue, nous ne les laisserons pas sortir de la pièce jusqu’à ce qu’ils se mettent d’accord ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire