Danemark, Suède, ONU et UE financiers du FPLP terroriste

Danemark, Suède, ONU et UE financiers du FPLP terroriste

0
71

ill : Membres du FPLP en 1969, en Jordanie.

Comment le Danemark, la Suède, l’ONU et l’UE ont été aspirés à financer une organisation terroriste

L’hybride grotesque du FPLP, mixte entre une arme terroriste et un réseau d’ONG, assassine des innocents tout en ramassant des millions d’€uros en Occident

PAR YOSEF KUPERWASSER

Les arrestations en décembre 2019 de 50 membres présumés de l’importante infrastructure terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) à Ramallah, responsable de l’attaque terroriste au cours de laquelle l’adolescente Rina Shnerb a été assassinée et son père et son frère ont été blessés l’été dernier (23 août 2019), a révélé l’importance considérable des réseaux terroristes du FPLP et leur capacité à frapper en Israël. Peut-être plus inquiétant encore, il a également révélé l’aveuglement volontaire sous lequel de nombreux militants de gauche opèrent en Europe et aux États-Unis.

Les bailleurs de fonds du FPLP voient ou prétendent voir l’activité de délégitimation exercée par les organisations affiliées au FPLP comme des actions pacifiques / non violentes qui ne sont pas liées aux opérations terroristes du FPLP. Cette hypocrisie a atteint un nouveau sommet dans une lettre envoyée récemment par le représentant de l’Union européenne à l’Autorité palestinienne, qui a garanti aux ONG palestiniennes, dont beaucoup sont affiliées au FPLP, que l’UE continuera à les financer malgré leur affiliation à des organisations. qui ont été officiellement désignées par l’UE comme des organisations terroristes – une promesse faite après que les ONG ont refusé de s’engager à éviter de telles affiliations.

Le FPLP est désigné comme organisation terroriste par les États-Unis, l’UE, l’Australie, le Canada et le Japon. À l’époque où son unité terroriste s’appelait encore «Les Aigles rouges», le FPLP a attiré l’attention du monde entier en raison de son implication dans des détournements d’avions (Leila Khaled, qui a participé à deux de ces attaques, est membre du bureau politique du FPLP et du Conseil national palestinien) et le massacre qu’il a commis à l’aéroport israélien de Lod en 1972.

La branche terroriste actuelle du FPLP, les «Brigades Abu Ali Mustafa», opère à partir d’un quartier général à Damas, où elle maintient une coopération opérationnelle avec l’Iran et le Hezbollah. Le FPLP a des cellules actives dans de nombreux gouvernorats de l’Autorité palestinienne avec des dizaines de membres actifs en Judée et en Samarie. Grâce à ces armes terroristes, le FPLP a perpétré certaines des attaques terroristes les plus méprisables, notamment le meurtre du ministre israélien Rehavam Ze’evi (octobre 2001); six attentats-suicides au cours de la deuxième Intifada qui ont fait 13 morts, dont l’attentat suicide du 1er novembre 2004 dans le marché bondé du Carmel à Tel Aviv, qui a fait trois morts; et la tentative d’assassiner l’ancien grand rabbin israélien Ovadya Yosef en 2005 (Salah Hamouri, qui a joué un rôle clé dans la planification de l’attaque, est un activiste de premier plan dans le groupe affilié au FPLP)

En novembre 2014, le FPLP a commis le meurtre brutal à la hache et au fusil de cinq fidèles juifs alors qu’ils priaient à la synagogue Har-Nof à Jérusalem, ainsi que d’un policier qui tentait d’arrêter l’attaque. L’attaque a été menée par deux frères qui étaient liés à un ancien terroriste du FPLP et le FPLP a pris la responsabilité de l’attaque et en a fait l’éloge, bien que certaines sources le contestent. Le FPLP a effectué de nombreuses attaques à la roquette depuis Gaza lors de l’opération Bordure protectrice en 2014 et participe à la salle d’opération qui a mené les attaques terroristes depuis Gaza dans les nombreuses séries de conflits qui ont eu lieu depuis.

Pour de nombreuses organisations de gauche en Occident, la coopération avec le FPLP vient naturellement. C’est un rappel de l’ère «glorieuse» où l’Union soviétique était une superpuissance en compétition pour la domination mondiale contre «l’Occident capitaliste corrompu» (ce vocabulaire est encore souvent utilisé par le FPLP). Lorsque le bloc soviétique s’est effondré, ces groupes ont dû trouver une nouvelle cause célèbre autour de laquelle s’unir. Le FPLP a été parmi les premiers groupes à comprendre le potentiel de recrutement d’éléments anti-israéliens plus doux dans ses réseaux et à tirer parti de ces éléments afin d’obtenir le soutien financier de donateurs internationaux naïfs.

LIRE  Des responsables du Likoud: "Il faut oeuvrer pour avoir des juges d'idéologie de droite"

Sur le plan fonctionnel, le FPLP est une organisation entièrement hybride. D’une part, certains de ses membres (qui se comptent par milliers) encouragent sans relâche les attentats terroristes. D’autre part, le FPLP occupe la position de leader parmi les ONG palestiniennes menant la campagne internationale pour calomnier Israël et nier sa légitimité à exister en tant qu’État-nation du peuple juif (le FPLP soutient une solution à un État qui abolirait Israël).

Khalida Jarrar, 57 ans, une militante politique de premier plan du FPLP et l’un des trois membres du FPLP du parlement palestinien (dont les dernières élections ont eu lieu en 2006), est un bon exemple de l’intégration fonctionnelle des «militaires» du FPLP et de leur recyclage dans des activités «politiques». Jarrar a été arrêtée à plusieurs reprises pour son implication dans des activités liées au terrorisme, et est actuellement accusée de remplir un rôle de haut rang dans l’infrastructure terroriste du FPLP récemment exposée. Dans le même temps, Jarrar a également joué un rôle essentiel dans la campagne de délégitimation du FPLP en Occident. Elle et plusieurs de ses collègues des infrastructures terroristes ont occupé des postes clés dans l’organisation BDS Addameer, qui tente d’améliorer les conditions des terroristes palestiniens incarcérés dans les prisons israéliennes. Dans l’univers des ONG, Jarrar et Addameer se présentent comme des militants des droits humains; dans la sphère israélo-palestinienne, ils promeuvent avec diligence des attaques physiques vicieuses contre la vie humaine.

Le FPLP a été créé en 1967 par le Dr George Habash et s’en tient à l’idéologie et à la structure communistes sur lesquelles il a été construit. Il a une conférence nationale qui est convoquée toutes les plusieurs années (la dernière réunion – sa septième – a eu lieu en 2013), qui a nommé le secrétaire général Ahmad Sa’adat, qui a 67 ans et est actuellement emprisonné en Israël en raison de son rôle dans le meurtre du ministre Ze’evi.

Le Comité central du FPLP compte 76 membres. 34 sont de Cisjordanie et de Jérusalem, 22 de la bande de Gaza, 15 sont des Palestiniens qui vivent à l’étranger et cinq sont emprisonnés par Israël. Le Comité central nomme le secrétaire général adjoint ; l’occupant actuel de ce poste est Abu Ahmad Fouad, 80 ans, qui est né à Silwan et fait partie des pères fondateurs du FPLP. Il réside actuellement à Damas. Il nomme également un Politburo (composé de 18 membres – sept de Cisjordanie, six de Gaza et cinq de l’étranger) qui est chargé de gérer les affaires quotidiennes du FPLP au niveau politique. Le chef du comité des relations extérieures du Politburo est Maher al-Taher, un militant chevronné qui vit également à Damas. Le chef du FPLP à Gaza est Jamal Mazhar. Les autres membres clés du Politburo sont Khalida Jarrar, Omar Shahada, Husein Mansour, Maryam Abu Daqqa, Kaid al-Ghoul, Ghazi Sourani, la célèbre terroriste Leila Khaled, Marwan Abd El-Al et Abu Sami Marwan al-Fahoum. (Rabah Mihna, une figure dominante du Politburo, est décédé en 2019.)

Le FPLP est membre de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), à travers laquelle il recevait une grande partie de son budget de l’Autorité palestinienne, bien qu’il présente une opposition à l’organisation au pouvoir, le Fatah. Une partie de son budget terroriste est couverte par l’Iran. Le FPLP entretient des relations étroites avec le principal rival du Fatah, le Hamas, et s’abstient de participer aux principaux organes exécutifs de l’OLP et de l’AP. Depuis 2017, la rivalité entre le Fatah et le FPLP a conduit le président de l’OLP Mahmoud Abbas (Abu Mazen) à cesser de livrer de l’argent au FPLP, qui a réagi par des attaques féroces contre Abu Mazen.

LIRE  Samuel Sandler : « Nos enfants, eux, ont pris perpétuité »

Le FPLP est capable de maintenir son infrastructure terroriste en dépit de ses désaccords avec l’Autorité palestinienne principalement parce qu’aux yeux des dirigeants du Fatah, toutes sortes de terreur et de violence contre le sionisme sont légitimes, même si à certains moments elles ne sont pas recommandées. C’est pourquoi l’Autorité palestinienne n’agit jamais contre les militants terroristes du FPLP et verse de beaux salaires aux terroristes du FPLP incarcérés dans les prisons israéliennes, et aux familles de ceux qui sont morts dans le contexte de la lutte contre le sionisme. En tant qu’organisation fondatrice de l’OLP post-1968, le FPLP est très respecté par l’AP et le Fatah, même lorsque les relations entre les deux organisations sont tendues.

Il convient également de noter que le ministre des Affaires étrangères de l’AP, Riad al-Maliki, qui était l’un des chefs de file du processus d’adhésion de l’AP à la Cour pénale internationale (CPI) en tant qu’État, occupait autrefois une position de leader au sein du FPLP. La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a rencontré deux organisations affiliées au FPLP déguisées en organisations de défense des droits de l’homme (Al Haq et le Centre palestinien des droits de l’homme) lors des délibérations qui ont conduit à sa décision d’instruire la plainte de l’AP contre Israël. Ces organisations étaient également une source essentielle d’informations pour les comités d’enquête du Conseil des droits de l’homme anti-Israéliens des Nations Unies contre Israël. En d’autres termes, les membres du FPLP n’ont pas abandonné leurs activités terroristes pour la lutte civique mais ont plutôt ajouté une autre couche pour rendre leur activité plus efficace.

Le FPLP entretient également des liens et des affiliations étroits avec les anciens partis communistes et radicaux du monde entier et en particulier dans les communautés arabes et palestiniennes en exil; le parti gère des cellules dédiées de supporters tant dans les universités palestiniennes que dans les universités à l’étranger. Dans le même temps, il entretient également des relations politiques et opérationnelles étroites avec le Hezbollah et l’Iran. Ces alliances qui se chevauchent ont positionné le FPLP comme un axe très utile pour l’alliance «rouge-verte» contre Israël en Occident.

L’hybride grotesque terrorisme-ONG que le FPLP a mis au point est particulièrement remarquable pour son succès à obtenir des financements de l’UE et de pays européens individuels tels que les Pays-Bas, la Suisse, la Norvège et la Suède. Ces entités sont tout à fait conscientes de l’affiliation de ces organisations avec le FPLP et des rôles que jouent les militants terroristes dans le réseau des ONG «droits de l’homme» du FPLP. Shawan Jabarin, qui dirige Al Haq, est un ancien activiste terroriste; Moustafa Awad de Samidoun a été formé par le Hezbollah au Liban et a récemment passé un an dans une prison israélienne pour avoir personnellement transféré des fonds pour des activités terroristes.

Néanmoins, les organisations et gouvernements européens invitent ces militants et d’autres comme Leila Khaled et Khaled Barakat (membre du Comité central du FPLP impliqué dans les activités de Samidoun, où son épouse, Charlotte Kates, est directrice internationale) à prendre la parole et tenir des réunions en Europe, y compris au Parlement européen. Finalement, sous la protestation israélienne, Leila Khaled s’est vu refuser l’entrée en Italie en 2017 et Barakat s’est vu refuser l’entrée en Allemagne en février 2020. Pourtant, l’assistance européenne à ces organisations aide le FPLP, qui se débat parfois avec des pénuries de budget, à payer ses militants, qui sont utilement enregistrés en tant qu’employés d’ONG financées par l’Europe. Et tandis que les États européens refusent l’entrée aux militants du FPLP, l’Université d’État de San Francisco (SFSU) est déterminée à accueillir Leila Khaled pour une Zoom conférence le 23 septembre prochain, en dépit du fait qu’elle est une membre active d’une organisation terroriste et qu’elle a personnellement mené des attaques terroristes et n’a montré aucun remords. Justifier cela par la nécessité et le droit d’écouter une variété d’opinions est bien sûr scandaleux.

LIRE  “Mogherini ne tient pas compte des preuves claires que son organisation finance le BDS et le terrorisme”

Les militants de gauche en Europe et aux États-Unis qui sont mobilisés pour la cause palestinienne et les organisations qui se présentent comme attachées aux droits humains (comme Amnesty International, Human Rights Watch et même les agences de l’ONU) ne voient aucun problème avec l’ identité de l’ONG hybride terroriste du FPLP. Par exemple, une délégation de l’organisation américaine IFPB (Interfaith Peace Builders, maintenant connue sous le nom de «Eyewitness Palestine») a été accueillie en 2017 dans le camp de réfugiés de Dheisheh près de Bethléem dans la maison d’un terroriste du FPLP qui était également impliqué dans une ONG. L’IFPB savait que le terroriste était recherché par Israël. Les membres de l’IFPB, qui ont publié des photos de la réunion sur les réseaux sociaux, étaient ravis de dire que le même activiste qu’ils ont rencontré a été tué par la suite dans une confrontation avec Tsahal.

«Dream Defenders», une organisation radicale relativement petite basée en Floride qui opère au sein de la coalition Black Lives Matter et qui compte à son conseil des personnalités bien connues comme Angela Davis et Linda Sarsour, coopère directement avec le FPLP. Pour eux, aucune feuille de vigne n’est nécessaire; le FPLP lui-même est un symbole de lutte, y compris apparemment son engagement à poignarder, tirer et faire exploser des innocents. Dream Defenders effectue des voyages annuels dans les zones contrôlées par l’Autorité palestinienne, en particulier dans le camp de réfugiés de Dheisheh, où les participants rencontrent des militants du FPLP dans ce bastion de l’organisation terroriste. Plus tôt cette année, le co-fondateur de Dream Defenders, Umi Selah, également connu sous le nom de Phillip Agnew, a été embauché par la campagne de Bernie Sanders.

Les ONG israéliennes de gauche coopèrent également occasionnellement avec des ONG palestiniennes affiliées au FPLP (telles qu’Al Haq, Samidoun, le Centre palestinien pour les droits de l’homme, l’Union des comités de travail agricole, Defence of Children International – Palestine et Addameer) ainsi qu’avec des organisations dans laquelle le FPLP est un acteur clé, comme le Comité national palestinien BDS (BNC) et sa Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI).

Il convient de souligner dans ce contexte que le FPLP est un partenaire majeur des Forces nationales et islamiques palestiniennes (PNIF) – l’organisation coordinatrice de tous les groupes terroristes palestiniens qui est utilisée pour coordonner la lutte palestinienne contre Israël. Le PNIF a été l’outil avec lequel la campagne de terreur connue sous le nom de deuxième Intifada a été coordonnée et il a joué un rôle important dans l’escalade à Gaza qui a eu lieu dans le cadre de la «Marche du retour» au cours des deux dernières années, et est également le principal membre du Comité national palestinien du BDS. Le PNIF sert de point de rencontre où le FPLP peut coordonner et coopérer avec le Hamas en dépit de leurs divergences idéologiques pour poursuivre leur intérêt commun de porter atteinte à Israël et de promouvoir la campagne de délégitimation.

Ceux qui souhaitent se convaincre que la coopération avec les organisations civiques affiliées au FPLP fait partie d’une lutte pacifique contre l’occupation israélienne en Judée et en Samarie sont dans la même démarche que ceux qui prétendent qu’une distinction doit être faite entre les composantes terroriste et politique du Hezbollah. La dénonciation de l’infrastructure terroriste du FPLP devrait être considérée comme un appel au réveil des Européens et de la gauche américaine et israélienne à se désengager du FPLP et de ses affiliés; sinon, ils continueront d’être directement responsables de la perte de vies humaines innocentes.

 

Le brigadier général (réserve) Yosef (Yossi) Kuperwasser dirigeait la division de recherche et d’évaluation du renseignement militaire israélien. Il est actuellement directeur principal de projet au Jerusalem Center for Public Affairs.

tabletmag.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro