De manière exceptionnelle, un tribunal civil israélien a ordonné d’ouvrir une tombe d’un enfant yéménite à Péta’h Tikva

0
197

La Cour suprême a ordonné l’ouverture d’une tombe dans le cimetière de Segoula à Péta’h Tikva pour en vérifier le contenu.

Dans un geste inhabituel, la Cour suprême a ordonné au procureur général d’autoriser l’ouverture d’une tombe dans le cimetière de Segoula à Peta’h Tikva. La raison : un examen pour savoir si le bébé Uziel Khoury y a été enterré il y a environ 70 ans. L’histoire a été révélée par le journaliste Amotz Shapira dans Cahn News.

La famille Khoury a immigré de Tunisie en 1948. En 1952, Uziel et son frère sont nés. À l’âge d’un an, il est tombé malade et a été pris en charge par les services sociaux. Il a ensuite été transporté à l’hôpital, puis la famille a été informée de son décès.

Cependant, alors que la Commission d’enquête d’État sur le cas des enfants yéménites disparus a déterminé qu’il était mort et a été enterré au cimetière de Segoula à Peta’h Tikva, la sœur de Khoury, Mazal Barko et les membres de sa famille ont soupçonné qu’il n’était pas mort ou qu’il n’avait pas été enterré du tout – dans le milieu yéménite, un grand nombre d’enfants ont été de la sorte pris de leurs familles et transmis à d’autres dans le but d’adoption, tandis que les parents biologiques ont été informés de la mort de leurs enfants, mensonge parfois même appuyé par l’octroi fictif d’une tombe.

La famille, en la présente occurence, a donc saisi le tribunal, lequel a fini par ordonner aux représentants du procureur général de coordonner l’ouverture de la tombe dans un délai de deux mois.

LIRE  Pollution plastique: que fait vraiment Israël ?

Comme indiqué, il s’agit d’un précédent pour l’utilisation de l’ordonnance temporaire qui a été promulguée en raison de la tempête publique sur le sujet, mais les tribunaux continuent de discuter des demandes soumises pendant cette période.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire