De nouveaux détails concernant l’opération destinée à savoir ce qui s’est passé avec Ron Arad

0
249

Au cours du week-end, de nouveaux détails ont été publiés sur l’opération menée par le Mossad afin de connaître le sort du navigateur disparu Ron Arad. Selon la publication provenant de sources iraniennes, le Mossad a enlevé le général iranien à Damas et l’a amené pour interrogatoire à Tel-Aviv ! Voilà qui ne va pas aranger les relations avec l’Iran…

Be’hadré ‘Harédim – Yanki Farber, G. Cheshon

Selon des sources iraniennes bien informées, le général en chef, qui aurait été enlevé par le Mossad israélien, faisait auparavant partie des forces des gardiens de la révolution arrivées au Liban après l’invasion israélienne du Liban en 1982, et a assumé les tâches d’entraînement des premiers groupes de combattants. qui devint plus tard une partie du Hezbollah. Il a également été rapporté que le général iranien avait été enlevé par le personnel du Mossad à Damas, emmené à Tel-Aviv, interrogé ici et finalement relâché en Afrique du Sud.

Le général, surnommé « Sabri », a servi dans la Force Quds aux côtés de Qassem Suleimani, qui a pris le commandement de cette force en 1997 jusqu’à son assassinat dans la capitale irakienne, Bagdad, début 2020 par un drone américain près de l’aéroport international.

Depuis le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011 et la décision iranienne de soutenir le régime syrien et le président Bachar al-Assad, Sabri a rejoint l’équipe de conseillers envoyée par l’Iran pour travailler aux côtés des forces syriennes.

Des informations obtenues par l’« Independent » britannique en arabe montrent que le général a choisi de vivre à proximité de l’ambassade d’Iran à Damas, dont les environs regorgent de caméras de sécurité.

LIRE  Une photo relance l'énigme du tueur du diplomate nazi

Sabri faisait du sport tous les matins entre sa maison et le bâtiment de l’ambassade, et un minibus se tenait près du trottoir à proximité. Lorsqu’il s’est approché de ce véhicule, le personnel du Mossad l’a fait entrer et est parti. Cela faisait partie du plan pour le faire sortir de Syrie pour aller en Israël.

La raison qui a motivé l’institution israélienne à kidnapper ce général iranien, selon le rapport, Israël croyait qu’il occupait un poste ou disposait d’informations liées au sort du pilote israélien, Ron Arad. Sabri était actif au Liban à l’époque en 1986, et pouvait avoir des informations. Selon le rapport, ceci serait lié au fait qu’Israël aurait prélevé un échantillon de corps au Liban il y a plusieurs mois.

Selon The Independent, le Mossad a réussi à emmener Sabri du territoire syrien à Tel-Aviv, afin d’obtenir des informations sur le sort du pilote. Le processus a été mené rapidement, dans le but de le libérer avant que l’Iran ne prenne des mesures d’escalade contre Israël dans le contexte du conflit qui existe entre les deux parties.

Après qu’il soit devenu clair que le général iranien ne savait rien en termes d’information, il a été transféré dans le pays sud-africain, où il a été libéré dans les rues de Johannesburg, les personnes qui s’en occupaient lui auraient donné le numéro de téléphone de l’ambassade d’Iran et lui auraient demandé d’appeler son ambassade.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire