De retour à la synagogue de Milan, le rabbin a trouvé une meguilath Esther…

0
151

Illustration : Souccoth à Milan, à ‘Habad. Photo antédiluvienne…

La synagogue Beit Menahem de Milan rouvre ses portes après deux mois de fermeture. Le rav de la communauté a trouvé les meguiloth Esther sur les tables…

Be’hadré ‘Harédim

« Revenir à la synagogue après 10 semaines, c’était comme rentrer de guerre », décrit le rav Yigal ‘Hazan, rav de la communauté de Beit Menahem. Rabbi Hazan, un ‘hassid ‘Habad âgé de 49 ans, est retourné à la synagogue et a découvert que des rouleaux d’Esther étaient toujours déposés sur les tables et que personne n’y avait touché : « C’était merveilleux, mais c’était étrange », a-t-il déclaré.

La réouverture des synagogues en Italie, où plus de 32 000 personnes sont mortes du virus, est une étape importante pour la communauté juive européenne car presque partout ailleurs sur le continent, les synagogues sont toujours fermées. Cependant, en Italie, première site où l’épidémie s’est déclarée en Europe et l’un des pays les plus touchés du continent, les synagogues ont ouvert leurs portes avec des restrictions toutefois. « Nous sentons beaucoup de bonheur dans le fait que nous soyons revenus, mais c’est triste », a déclaré le rav Hazan.

La vie de la communauté juive de Milan a changé. Aux termes de l’accord entre l’unification des communautés juives italiennes et l’équipe de traitement anti-virus du gouvernement, seules huit des 15 synagogues de Milan ont été ouvertes.

Les fidèles doivent porter un masque facial dans la synagogue à tout moment, ils doivent apporter avec eux tout ce dont ils ont besoin, y compris des châles de prière, les tefilinnes et des livres de prière. Les fidèles doivent rester éloignés les uns des autres. La synagogue Beit Menahem, qui compte 200 sièges, ne peut accueillir que 40 personnes à l’intérieur.

LIRE  Jibril Rajoub insulte Donald Trump et Binyamin Netanyahou : « Fils de chien ! »

« Les masques faciaux sont inconfortables », explique le rav Hazan. Mais lui et d’autres membres de la communauté sont plus préoccupés par la demande du gouvernement que les portes de la synagogue restent ouvertes pendant les prières. Pour augmenter le flux d’air et réduire le risque d’infection.

« Cela signifie probablement que nous avons besoin de plus de personnes pour garder la synagogue », explique le rav, vu le risque élevé d’attentats terroristes du type de ceux qui se sont produits dans les synagogues de l’Europe occidentale. Mais cela obligera les synagogues à apporter la sécurité privée, ce qui coûterait beaucoup d’argent sans aucun soutien gouvernemental. La communauté est très inquiète.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire