Débat en Israël après la mort de Saeb Erekat

1
119

Des journalistes et des politiciens ont exprimé leur chagrin après la mort de Saeb Erekat; à la Droite, on est furieux…

Be’hadré ‘Harédim

Suite à l’annonce de la mort du haut responsable de l’Autorité palestinienne Saeb Erekat des suites du corona, des politiciens et des membres des médias ont exprimé leur chagrin et ont déploré ce décès. Dans la Droite, la colère est grande face à une telle conduite. Erekat a été hospitalisé à Hadassah Ein Kerem depuis que son état de santé s’est détérioré.

La mort du membre dirigeant du Fatah Saeb Erekat ce matin (mardi) à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem fait sensation à la lumière des réactions d’hommes politiques et de journalistes qui pleurent le décès de l’homme qui a encouragé le terrorisme tout au long de sa vie.

L’un des premiers à pleurer dans la classe politique israélienne a été le Ministre Tza’hi Hanegbi, qui a déclaré dans une interview avec Amir Ivgi à la radio Galé Tzahal qu’il ressentait de la tristesse à cette nouvelle.

Ayman Odeh, président de la liste arabe commune, a également exprimé sa tristesse et a déclaré que « Saeb ne verra pas son peuple libéré des chaînes de l’occupation, mais des générations de Palestiniens se souviendront encore de lui comme l’un des géants qui ont consacré sa vie à l’indépendance ».

Le journaliste Barak Ravid a également pleuré et écrit: « Saeb Erekat avait 36 ​​ans lorsqu’il a rejoint la délégation jordanienne-palestinienne à la Conférence de Madrid en 1991. Il est arrivé à la cérémonie d’ouverture avec une cape sur les épaules. Yitzhak Shamir a explosé de colère et a menacé de partir. La cape est restée et a fait partie intégrante de son personnage. Il est mort aujourd’hui sans voir la paix. Que sa mémoire soit bénie », a écrit Ravid.

LIRE  Covid-19 et lien psychique

L’annonce de l’hôpital Hadassa : « Il est arrivé dans un état critique qui a nécessité une réanimation immédiate. Pendant son hospitalisation, Erekat a reçu des soins intensifs. Malheureusement, son état ne s’est pas amélioré et est resté critique. Dans un tableau d’insuffisance multisystémique, il est décédé. Hadassah partage le chagrin de sa famille, de ses proches, de ses amis et du peuple palestinien. « 

L’ancien député Sheli Yechimovich a écrit : «Saeb Erekat, qui est maintenant décédé en Israël, est peut-être l’un des derniers modérés à prôner le dialogue et la voie politique. Je l’ai rencontré, c’était un homme modéré, amusant et intelligent. Il m’a dit un jour: ‘Si vous, et Tzipi Livni et Zehava Gal-On deviez diriger Israël, il y aurait la paix. Qu’il ait raison ou non, je regrette sa mort et partage le chagrin de sa famille. »

La journaliste Yinon Magal n’a pas hésité et a commenté les paroles de Yechimovich: « Elle a dit il y a deux jours à propos de Trump qui aime Israël, « béni soit Celui qui nous en a débarrassé ». Mais elle pleure le décès d’un personnage qui a détesté Israël, disant de lui qu’il était « un homme modéré, amusant et intelligent, désolé pour sa mort.  » Magal a ajouté et a attaqué Ynet sur la terminologie employée : à propos du Grand rabbin Bakshi Doron, a été dit qu’il est mort. A propos du secrétaire général Saeb Erekat, qu’il a quitté le monde… C’est de l’ignorance, de la paresse ou de la méchanceté. « 

Le journaliste Raviv Drucker s’est également joint aux personnes en deuil et a décrit sa relation étroite avec le défunt: « Saeb Erekat était un homme de paix. Certains porte-parole de droite ont essayé de le dépeindre comme un ennemi, un adepte du terrorisme. Il n’y avait rien de plus éloigné de la vérité. Il s’est toujours prononcé contre la violence, si Erekat ne peut pas être notre partenaire, aucun Palestinien ne le peut l’être. C’est un jour très triste, il est difficile de voir beaucoup plus de déserteurs de l’autre côté et c’est probablement ce que veulent certains des bons. Je l’ai accompagné la dernière fois qu’il s’est battu pour sa vie. Nous avons beaucoup correspondu pendant le corona. Il savait très bien combien il est dangereux pour lui avec sa greffe de poumon. Il est mort de corona, mais son cœur a été brisé beaucoup plus tôt. »

LIRE  « Les intellectuels de gauche se sont compromis dans le déni » - entretien avec André Versaille

Le Forum « Bo’harim ba’hayim » des familles endeuillées a exprimé son choc face aux réactions qui sympathisent avec Erekat et a déclaré: «Le Forum ne verse pas une larme sur la mort d’une personne dont toute l’essence était une activité contre l’État d’Israël. Au lendemain des attentats terroristes, il s’est occupé de faire verser des salaires aux terroristes et a ainsi encouragé davantage de terroristes à agir. Pour ceux qui ont oublié, il était l’un des principaux partisans du boycott d’Israël et a agi contre nous à tous les niveaux. C’est une opportunité en or de rappeler sa conduite. « 

Bezalel Smotrich a également attaqué « les Israéliens qui expriment leur chagrin après la mort d’un partisan terroriste qui était l’un des leaders dans la lutte contre Israël est quelque chose d’indescriptible. Cela relève de la perte d’identité et de la distorsion morale. »

1 Commentaire

  1. Au delà de l’attitude totalement irrationnelle (avant et maintenant) de certains concernant ce personnage, espérons ne pas devoir prier pour que d’autres encore plus irrationnels n’en viennent à reprocher à Israël son départ…

Laisser un commentaire