Décès de la rabbanith Jungreis

0
1135

La rabbanith Esther Jungreis était fort connue – en France également – par ses ouvrages et par ses conférences partout dans le monde. Cette dame a fondé une association du nom de Hinéni, et oeuvrait sans cesse pour le Kirouv, pour rapprocher le public du judaïsme.

La rabbanith Jungreis est née à Szeged, en Hongrie en 1936, où son père rav Avraham HaLevi Jungreis  était rav. La famille Jungreis a été déporté avec d’autres Juifs de Szeged. Après avoir souffert dans les camps de concentration, la famille est finalement arrivée en Suisse.

En 1947, après avoir été épargnée des horreurs de la Shoah, la famille Jungreis arriva à Brooklyn. A leur arrivée, la rabbanith épousa un lointain cousin, rav Mechoulam HaLevi Jungreis. Le couple Jungreis, nouvellement marié, s’installa dans un quartier de New York, North Woodmere, où le rav Jungreis devint le chef spirituel de la commnuauté Ohr HaTorah.

La rabbanith ainsi que son époux ont lutté toute leur vie contre l’Holocauste spirituel qui se jouait sous leurs yeux aux États-Unis. Elle a mené une bataille acharnée contre les mariages mixtes, la sécularisation, et d’autres formes d’assimilation, qu’elle voyait être une menace existentielle pour l’existence du Klal Israël.

Elle a publié plusieurs best-sellers, « Une flamme ardente : l’âme juive », « Une vie engagée », et « Un Mariage engagé », traduits dans de nombreuses langues et vendus à des millions d’exemplaires disséminés dans tous les coins du globe. Son dernier ouvrage – « La vie est un test » – a également eu un grand succès.

Elle a été enterrée à New York.

LIRE  Un sénateur allemand exhorté à démissionner pour avoir tenu des propos antisémites

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire