Décès du dernier fils du rav de Brisk, rav Mechoulam David zatsal

0
517

Le doyen des Raché Yechivoth, et le dernier des enfants du rav de Brisk, rav Yits’hak Zeèv Soloveitchik, est décédé ce matin, dimanche le 31 janvier, à Jérusalem, après plusieurs mois durant lesquels il a souffert du corona.

Cette nouvelle est perçue dans le monde de la Tora et des Yechivoth en Israël et dans le monde comme un événement très dur, malgré l’âge avancé de rav « David », 99 ans. Il est vrai que jusqu’à ce que le virus l’attaque, il avait toute sa tête et donnait encore cours !

Le rav Mechoulam David Soloveitchik zatsal est né à Brisk (Brest-Litosvk) où se tenait une communauté juive ancienne et de haute renommée. Son grand-père, rabbi ‘Hayim, puis son père, rabbi Yits’hak Zeèv, en ont été le rav. A la Seconde Guerre mondiale, le rav Yits’hak Zeèv est parvenu à quitter l’Europe avec une partie de ses enfants (et l’autre partie, ainsi que son épouse, ont été tués alors), et il s’est installé à Jérusalem. Lui-même a été amené à donner cours à un petit groupe de Talmidé ‘Hakhamim de haut niveau, mais plusieurs de ses enfants ont ouvert eux-mêmes par la suite de vrais Yechivoth plus classiques (ne comprenant toutefois pas d’internat ou de responsables pédagogiques – Machguichim).

Son grand frère, rabbi « Yoché Bèr » (Yossef Dov, du nom de leur ancêtre, l’auteur du Beth haLévy), a été le premier à fonder une Yechiva, que son fils, rav Avraham Yehochoua’, dirige de nos jours. Elle compte près de mille élèves.

Rabbi Mechoulam David, marié avec une soeur de rav Moché Sternbuch, l’une des hautes personnalités du peuple juif dans le domaine de la Halakha et de l’enseignement (il préside lui-même à une Yechiva), a fondé également une telle institution, également sous le nom générique de Brisk, et il y a donné cours jusqu’à voici peu. Cette Yechiva compte 300 élèves.

LIRE  Les violences arabes israéliennes se poursuivent…

Deux autres frères ont également ouvert des structures, mais plutôt destinées à des gens mariés, et ont perpétué eux aussi la « Tora de Brisk », souvent à la suite des concepts adoptés par leurs brillants ancêtres (« Chné dinim », selon la formule souvent suivie par eux).

Avec le décès de rabbi Mechoulam David, c’est cette génération des enfants du Brisker Rov qui nous quitte, avec tout ce que cela peut signifier. Mais, comme dit, rabbi Avraham Yechoua’ a pris depuis une trentaine d’années la relève de son père, et le fils de rav Mechoulam David en fait de même depuis de nombreuses années durant lesquelles il a lui aussi enseigné dans l’enceinte formée par son père zatsal.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire