Déclaration de principe de la municipalité de Paris, concernant le traitement des tombes

0
182

Le Grand rabbin de France, M. Korsia, a apporté à la réunion du comité rabbinique européen qui s’est tenu voici peu à Anvers une lettre de Mme Pénélope Komites, chargée des espaces verts et du domaine funéraire près la ville de Paris. Cette lettre marque réellement un changement radical dans les instructions gérant ce domaine, et laisse entrevoir un espoir réel d’amélioration.

En voici le texte :

MAIRIE DE PARIS

Pénélope Komites Adjointe à la Maire de Paris, chargée des Espaces verts, de la Nature en ville, de la biodiversité, de l’Agriculture urbaine et des Affaires funéraires, Conseillère de Paris et du l2e arrondissement

Monsieur le Grand Rabbin,

Paris, le 13 MAI 2019

La Mairie-de Paris est particulièrement attachée à ce que le service public funéraire rendu aux Parisiens soit respectueux de leurs convictions. Je vous remercie de nos échanges qui nous apportent un éclairage précieux pour répondre à cet objectif. Ces discussions ont permis d’améliorer significativement la politique parisienne en matière funéraire pour une meilleure prise en compte des convictions de la communauté juive mais aussi plus généralement de l’ensemble des Parisiens quelle que soit leur religion ou absence de religion. Ainsi, la Maire de Paris a tenu à ce que les concessions funéraires dont les derniers ayants-droits vivants ont disparus en déportation pendant la Seconde Guerre mondiale, soient transformées en sépultures-cénotaphes conservées indéfiniment par la municipalité. À l’initiative d’Anne Hidalgo, ce dispositif a été adopté par le Conseil de Paris. Je suis heureuse de vous confirmer qu’il est désormais entré en vigueur depuis le mois de septembre 2017.

LIRE  Mort de Jakiw Palij, ancien gardien SS de camp nazi

Par ailleurs, la Mairie de Paris tient à réaffirmer son strict attachement à ce qu’aucune crémation du corps d’un défunt ne puisse être réalisée contre la volonté du défunt et de ses proches.

Pour cela elle a souhaité mettre en place des procédures allant au-delà de la réglementation. Depuis 2015, avant toute inhumation, la Mairie de Paris sollicite de manière explicite les proches du défunt sur une éventuelle opposition à la crémation. Cet avis est systématiquement versé au dossier de la concession et permet de s’assurer durablement d’une éventuelle opposition. Il peut bien entendu être complété ultérieurement en écrivant au service des cimetières de la Ville de Paris.

En outre, les corps issus de concessions anciennes arrivant à échéance ou bien faisant l’objet d’une reprise suite à un abandon sont systématiquement sont déposés en ossuaire dans des reliquaires nominatifs. Cela a été rendu possible grâce à la construction d’un nouvel ossuaire à Thiais.

Je reste bien entendu à votre écoute afin de continuer à travailler à une meilleure prise en compte des convictions des usagers du service public funéraire et vous prie d’agréer, Monsieur le Grand Rabbin, l’expression de mes salutations distinguées.

Evidemment, c’est du sort de quelques tombes dont il est question là, à savoir celles dont les ayant-droit ont disparu durant la Shoah. Qu’en est-il des autres, des dizaines de milliers d’autres ? On ne sait pas. On ne peut qu’imaginer…

Mais cette disposition réelle et déclarée permet d’avancer, et d’espérer que tout le dossier va finir par aboutir sur une solution sérieuse et acceptable.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire