Le député Yigal Guetta, l’homme par qui vint le scandale !

10
1249

Le député de Schass Yigal Guetta a commis l’erreur de sa carrière : il s’est rendu au « mariage » de son neveu, lui et sa famille. Il aurait sans l’ombre d’un doute mieux fait de s’en abstenir.

Ne pas assister à un mariage d’un proche !? Pourquoi ? Parce que ce neveu a fait le choix de sa vie, celui de se « marier » avec un « ami ».

Bien qu’a priori, ce genre d’unions est encore exclu en Terre sainte, mais il aura semble-t-il inventé une quelconque cérémonie plagiant un mariage normal. Or un député, représentant un parti orthodoxe, ne pouvait raisonnablement pas assister à une telle mascarade, venant « sanctifier » l’une des conduites les plus gravement interdites par la Tora, qui la traite d’abomination. Il semble donc avoir du démissionner de la Knesset.

 

Mais en vérité le sujet est encore plus grave : le neveu, Elie Tsoak, s’est exprimé sur le site de Yedi’oth A’haronoth – pas moins – expliquant ce qui s’était passé avec lui. Il était orthodoxe, étudiant la Tora avec assiduité, donnant des cours, « arrivant au niveau d’un Roch Yechiva moyen » dit-il sur lui-même. Peut-être. Il avait 45 ans, et ne s’était pas encore marié. Un peu surprenant. « Je n’étais pas attiré particulièrement par cela ». Jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre de sa vie, avec un autre homme, donne un acte de répudiation au Maitre du monde, et finisse par se « marier » avec ce compagnon. Le député Guetta s’est même rendu à son union, et de là, naquit ce scandale.

Autrement dit, cette personne a étudié la Tora, et n’y a rien compris ! En particulier, à la nature de la vie, aux incitations possibles des forces du mal, puis à la puissance de la touma, qui peut, même aujourd’hui encore, s’emparer d’une personne et l’amener aux fins fonds de l’impureté et du rejet. Pauvre personnage.

 

C’est un point important : nos Sages (Sanhédrin 102b) disent, sur une autre forme de Yétser hara’ qui avait cours dans le temps, que si l’on avait vécu à cette période-là, les plus forts d’entre nous auraient pris leurs jambes à leur cou et se seraient pressés de se rendre dans des temples païens pour pratiquer le culte qui y était pratiqué… Or la présente conduite n’est autre chose qu’une pratique répondant totalement aux impératifs des ces forces – du mal –, et son impact peut être d’une puissance extrême pour qui y succombe.

Mais, nous dira-t-on, il faut être prédisposé à cela, et quiconque n’a pas cette tendance ne sera pas concerné ; et le contraire, quiconque est marqué par cette pulsion ne peut pas agir autrement que de la suivre, sous peine de rester toute sa vie dans la difficulté. Assumez-vous, leur dira-t-on.

Il faut savoir que nos Sages ont indiqué de prendre diverses précautions, afin de ne pas tomber dans ce genre de pratiques: entre autres, que deux célibataires ne dorment pas dans un même lit (Kidouchain 82). Pourtant, il ne doit évidemment pas s’agir de personnes qui sont connues pour avoir cette tendance, car, dans un tel contexte, nos Sages n’auraient plus rien à leur dire… Il ressort de cela que n’importe quel homme peut, s’il ne prend pas ce  genre de précautions minimales, tomber dans ce travers.

Tout homme peut en arriver à se tromper dans ce domaine.

 

Il n’est pas sans intérêt de rapporter ici l’expression contraire, prise du monde non-juif : un artiste en matière de danse français connu du nom de Patrik Dupond reconnait avoir fait fausse piste. Il agissait comme nombre de ses collègues, jusqu’au jour où, le pauvre, est tombé amoureux… d’une femme ! Et là, il a reconnu s’être trompé dans ce qu’il avait cru être sa voie personnelle..

 

En conclusion, le scandale dans lequel est tombé le député Guetta repose sur de grossières erreurs : celle d’un député représentant un parti orthodoxe qui ne peut évidemment pas cautionner une telle mascarade de mariage, et celle d’un jeune qui fut orthodoxe et qui pensait avoir trouvé le nouveau monde, alors que tout au plus il a découvert la force de l’impureté que l’Eternel a mis dans le monde. En cela rien de neuf : il faut juste savoir le déceler et savoir l’éviter, aussi dur que cela puisse être. C’est justement grâce à cela que l’on peut gagner son monde futur. Mais encore faut-il que l’on comprenne ce jeu – ainsi que le décrivent tous les livres de morale juive…

 

 

 

10 Commentaires

  1. Rav
    Pardonnez moi de supposer que cet article a probablement été écrit avec une certaine précipitation …
    Une littérature extrêmement soigneuse et souhaitant s’incrire dans la הלכה, abonde sur l’interprétation de ce verset « וְאֶת זָכָר לֹא תִשְׁכַּב מִשְׁכְּבֵי אִשָּׁה תּוֹעֵבָה הִוא » de וַיִּקְרָא et de son contexte.
    Le rapport fait entre cet interdit et סנהדרין קב׃ qui traite de la conduite de אחאב est également la conséquence d’une prise de position de principe antérieure.
    Saviez vous que l’homosexualité a été constatée chez certains animaux ? Pourrait-on parler les concernant de יצר הרע si ce n’est sur un plan purement midrachique?
    Le cas déclaratif, marginal s’il en est, d’un Patrick Dupont, est également avancé dans cet article pour occulter le fait général lui-même sans en faire une réelle analyse.
    Supposons que l’homosexualité a minima soit une déviance sexuelle, qui pose comme premier problème toraïque la remise en cause de la מצווה de פרו ורבו.
    Quant aux causes imaginables de l’éveil de cette déviance, doit-on, a contrario, ignorer les « affaires » qui défraient de loin en loin la chronique dans le monde orthodoxe où, la mixité étant proscrite, les humains masculins ne rencontrent que des humains masculins, et les humains féminins des humains féminins …
    D’ailleurs, qu’en est-il de l’homosexualité féminine au regard de ce verset ?
    Finalement, il me semble que si ce député eut mieux fait de s’abstenir d’aller au mariage de son frère, c’est pour des raisons purement politiques et non de prise de position halachique.
    Chavoua tov.

  2. Du tout, sans précipitation aucune, mais c’est ce qu’écrit ce lecteur qui laisse suffoqué !
    – « L’homosexualité a été constatée chez certains animaux » est un argument courant chez ceux qui viennent défendre cette déviation, mais ils oublient totalement ce que dit le Beth haLévy sur les générations du Déluge (desquelles nous nous rapprochons…) : les animaux peuvent être influencés dans leur conduite par l’humanité, en particulier quand l’homme dévie du chemin normal, dans des périodes de décadence. C’est ce qui se passe actuellement, et peut expliquer de tels phénomènes.
    – Le cas Dupont montre que cette déviation n’est pas toujours définitive, et peut même provenir d’influences sociales, comme cela semble bien être le cas dans le milieu de ce danseur. Le pauvre, qui s’est rendu compte de cela…
    – Du reste, pour répondre à l’autre insinuation de ce lecteur, « dans la communauté orthodoxe »… Mais quoi, cela provient du fait du manque de femmes dans l’entourage de ces hommes orthodoxes !? Ils sont pourtant tous mariés, ont des filles, etc… Il se peut que la même réponse soit valable ici aussi, à savoir que l’influence générale a, malheureusement, aussi son effet à l’intérieur de notre communauté. Ou encore, cela signifie qu’en vérité, cette pulsion peut se réveiller chez n’importe qui, et c’est ce que nous avons prouvé avec ce que nos Sages interdisent, à savoir que deux hommes dorment sous le même drap.
    – Poser un problème sur le plan de la mitsva de piria verivia, celle de l’obligation de se multiplier ?! Chaque mitsva peut mettre l’homme dans l’épreuve, et risquer de le faire dévier, afin qu’il ne la remplisse pas. Alors, cela prouve quoi ? Tout au plus la force et l’importance, la validité de ces mitsvoth, puisque des forces occultes et sombres sont là pour les contrer. L’équilibre est donc parfait : il reste un libre-choix, et parfois un grand dilemme intérieur quant à la réalisation de ces obligations. C’est fantastique, car c’est grâce à cela que nous aurons droit à notre récompense dans le monde futur. Et c’est ce point que le neveu de Guetta a totalement raté, aussi instruit soit-il sur le plan de la Tora.

  3. Il a trop d’incitations à l’homosexualité dans notre monde orthodoxe. On n’est enclin à ne regarder que des hommes, à ne parler qu’à eux, à ne danser qu’avec eux, à n’étudier qu’avec eux, à ne s’étreindre qu’avec eux … et après on se plein des dérives!

    • Il a trop d’incitations à l’hétérosexualité dans notre monde non-orthodoxe. On n’est enclin à ne regarder que des femmes, à ne parler qu’à elles, à ne danser qu’avec elles, à n’étudier qu’avec elles, à ne s’étreindre qu’avec elles… et après on se plein des dérives!
      La solution : apprendre que le yétser hara’ cela existe, et c’est cette notion que le député Guetta, et son neveu encore plus, ont foulé du pied… De là la réaction du monde orthodoxe contre lui.

      • Le Monde a son ordre et la Thora en est le reflet, de même nous apprend Kohelet qu’il y a un temps pour chaque chose.
        Tout excès est par définition détaché des réalités de notre Monde et donc de la Thora.

      • Cher « interlocuteur », il ne faut pas faire de fixation sur le sexe opposé afin d’occulter le problème de la promiscuité entre hommes. Le yétser hara’ fait définitivement partie de ce Monde (dont il est également une force de construction mais là n’est pas le débat) … et « regarder autour de soi » incite définitivement à ce méfier autant de la promiscuité homo que de l’hétéro. Ce qui nous préserve des excès hétérosexuels doit également être appliqué aux excès homosexuels … et il ne s’agit pas ici de faire un concours d’abominations mais comme nos maîtres nous l’on enseigné de ne pas avoir peur de poser les bonnes questions. La peur de la remise en cause n’est pas du judaïsme mais de l’obscurantisme.

  4. C’est sans doute le contraire qui est vrai, la Tora est le plan du monde, mais ce n’est pas le débat.
    Tout excès… Peut-être, mais notre communauté préconise le mariage avec une femme, à avoir des enfants, à les éduquer dans le même sens, et à former une communauté harmonieuse et équilibrée. Notre interlocuteur est d’avis que notre communauté devrait plus pratiquer l’ouverture vers les personnes du sexe opposé, mais à lui de prouver par l’exemple d’un groupe humain parvenant à maintenir le cap dans la société moderne des Nations arrivant à un équilibre et à un développement de ce niveau… A priori, c’est difficile à trouver. En conséquence, avant de porter critique et de donner des conseils, il vaut mieux, semble-t-il, regarder un peu mieux autour de soi…

    • Cher « interlocuteur », il ne faut pas faire de fixation sur le sexe opposé afin d’occulter le problème de la promiscuité entre hommes. Le yétser hara’ fait définitivement partie de ce Monde (dont il est également une force de construction mais là n’est pas le débat) … et « regarder autour de soi » incite définitivement à ce méfier autant de la promiscuité homo que de l’hétéro. Ce qui nous préserve des excès hétérosexuels doit également être appliqué aux excès homosexuels … et il ne s’agit pas ici de faire un concours d’abominations mais comme nos maîtres nous l’on enseigné de ne pas avoir peur de poser les bonnes questions. La peur de la remise en cause n’est pas du judaïsme mais de l’obscurantisme.

  5. Je voudrais terminer le débat à ce point : j’ai, personnellement, élevé presque 10 enfants dans ce milieu « si dangereux » selon notre « interlocuteur », et je viens de terminer de les marier tous, chacun avec une personne du sexe opposé. D’après vous, ou votre crainte, ou votre expérience, ce n’est pas ce qui aurait du se passer… Il faut croire que ce qu’on peut voir de l’extérieur n’est pas tout à fait juste, ou que la kedoucha a ses effets, ou que l’Eternel protège ceux qui se plient à Ses lois, ou je ne sais pas. Mais en tout cas, je ne puis accepter la conception présentée ici, qui va à l’encontre de ce que nos dirigeants spirituels nous ont indiqué de faire, et que j’ai pu, avec l’aide de D’, constater comme étant valable.

  6. PS : J’aurais du également citer les innombrables familles que je connais autour de moi, ou des familles avec lesquelles nous avons marié nos enfants : on n’y trouve aucune exception ! Tous sont mariés, vivent bien, ont des enfants (bon, en général), et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !
    Il ne fait aucun doute que certains d’entre eux peuvent avoir des pulsions différentes, mais ils savent tous quel est leur devoir dans la vie.

Laisser un commentaire