Des frappes aériennes détruisent le QG de la Force Quds

0
179
Les sites du Corps des gardiens de la révolution islamique à l’aéroport international de Damas ont été lourdement endommagés en raison de frappes aériennes.

ImageSat International (ISI) a annoncé lundi soir que des dégâts importants avaient été infligés aux sites du Corps des gardiens de la révolution islamique ( CGRI ) à l’aéroport international de Damas le 13 février. Des frappes aériennes semblent avoir pulvérisé des entrepôts, un abri, un quartier général et des infrastructures.

Les frappes aériennes ont été signalées dans les médias régionaux, comme Anadolu en Turquie. Les informations indiquent que sept individus ont été tués, dont quatre officiers iraniens, et parmi eux, deux généraux des gardiens de la révolution – Riday Mahmadi, commandant des forces iraniennes dans la région de Damas, et Haj Hossein, qui était chargé d’armer les forces iraniennes en Syrie.Le reportage d’Anadolu a affirmé que l’attaque avait eu lieu après l’atterrissage d’un avion cargo. Les médias du régime syrien ont accusé Israël et ont déclaré que les défenses syriennes avaient intercepté des «cibles hostiles».

Selon l’évaluation de l’ISI, une série de photos satellite montre des dommages aux bâtiments autour de l’aéroport. Les dommages ont inclus un quartier général et un entrepôt près d’une piste. De plus, un autre entrepôt a été complètement détruit et un abri a été partiellement endommagé.

Au total, trois zones différentes ont fait l’objet de frappes.

Les dernières frappes aériennes avant la frappe présumée du 13 février ont eu lieu début février, lorsque la Russie a accusé Israël de mettre en danger un avion de ligne civil d’une compagnie syrienne qui ne déclare aucun plan de vol et transporte illégalement des armes.

LIRE  Proposition que nul Gazaouite ne pourra rejeter...

L’Iran a averti Israël qu’il “regretterait” la poursuite des attaques et qu’il ferait face à une ” réponse écrasante “. Israël a averti l’Iran qu’il ne devait pas se retrancher en Syrie et que la Syrie pourrait devenir le Vietnam de l’Iran.

En janvier dernier, l’ancien chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, a déclaré qu’Israël avait effectué plus de 1 000 frappes aériennes en Syrie contre des cibles iraniennes.

En novembre 2019, le siège de la «maison de verre» iranienne a été frappé en Syrie, selon des informations.

En outre, l’Iran a cherché à introduire des éléments de défense aérienne en Syrie sous la forme du système Khordad n°3 (copie du S-300 russe). Il a utilisé la Syrie pour fabriquer des drones, y compris des «drones tueurs» que le Hezbollah et le CGRI ont tenté de lancer en août dernier. En février 2018, un drone iranien provenant de Syrie est entré dans l’espace aérien d’Israël et a été abattu.

L’Iran compte environ 900 membres du CGRI en Syrie et il a importé quelque 20 000 miliciens chiites dans le pays. Il a également envoyé des munitions à guidage de précision via la Syrie au Hezbollah. Les milices pro-iraniennes ont travaillé avec l’Iran pour construire une base à Albukamal près de la frontière irakienne dans le cadre de la tentative de l’Iran de créer une «route vers la mer» via la Syrie pour armer le Hezbollah au Liban.

L’Iran transporte des armes et du personnel en Syrie, selon des informations parues dans les médias arabes.

La République islamique utilise de plus en plus la rhétorique pour menacer Israël après que les États-Unis ont tué le commandant des CGR Qasem Soleimani à Bagdad le 3 janvier.

LIRE  Balad risque de partir en ballade…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire