Des milliers de responsables de la cacherouth risquent de perdre leurs emplois

0
394

Inquiétant : « Des milliers de surveillants salariés perdront leurs moyens de subsistance »

La Histadrout : « Des milliers de surveillants employés perdront leurs moyens de subsistance. Le projet de loi n’en tient pas compte » • Discussions houleuses au sein du Comité des initiatives d’infrastructure nationale et des services religieux juifs

Be’hadré ‘Harédim Photo d’illustration : Yaakov Naumi / FLASH90

Le Comité des initiatives d’infrastructure nationale et des services religieux juifs continue de s’occuper de la réforme de la cacherouth du ministre des Religions Matan Kahana. Des membres de la Knesset du judaïsme de la Torah, du Shas, du sionisme religieux et du Likoud, qui mettent en garde contre les injustices créées par la nouvelle réforme, participent également aux débats, qui sont houleux.

Parallèlement aux préjudices causés au grand rabbinat et à la cacherouth pour tous les résidents de l’État, il s’avère que la question des droits des travailleurs des superviseurs casher et des employés des conseils religieux n’a pas du tout été incluse dans les articles de la loi. 4000 superviseurs casher et des centaines d’autres employés de conseils religieux dans les départements casher craignent pour leur avenir économique et peuvent se retrouver sans source de revenus.

Lors d’un débat qui s’est tenu aujourd’hui (jeudi), des membres de l’opposition à la Knesset ont soulevé la question des droits sociaux des travailleurs. Le député Uri Maklev a exigé que les représentants des surveillants et de la Histadrout soient inclus dans les délibérations du comité. Cette demande a également été soutenue par le conseiller juridique du comité des services religieux, contrairement à la position du président du comité, MK Malinowski.

LIRE  Elections : deux semaines de gagné ! C'est toujours ça...

Eran Shalom, secrétaire d’un syndicat de la Maof Histadrut, s’est adressé au comité lors de la discussion sur la réforme casher et a déclaré que « la loi ne fait aucunement référence à ses employés ou à ses conditions. Tous les travailleurs employés aujourd’hui perdront leurs moyens de subsistance – leurs moyens d’existence seront simplement supprimés. Bien qu’ils travaillent aujourd’hui à des salaires très bas, ils bénéficient d’une sécurité d’emploi et de conditions d’emprunt. Désormais, il n’y a plus d’arrangement pour tous les employés. Les sociétés de personnel qui bénéficieront de la nouvelle réforme ne s’engagent aujourd’hui sur aucune condition de personnel existante. Nous sommes venus présenter l’affaire au ministère des Affaires religieuses et on nous a dit que l’affaire serait présentée à la Knesset. »

Le porte-parole du comité, Tomer Rosner : « Nous avons commenté sur cette question qu’elle nécessite un amendement à la loi. »

La présidente du comité, la députée Yulia Malinowski : « Appelle le directeur général du ministère des Religions à trouver une solution au problème ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire