Des miracles du Chabbath de Sim’hath Tora !

0
197

Des histoires surprenantes sur les survivants du massacre ont été publiées depuis lors. Une nouvelle histoire évoquée cette semaine raconte l’histoire d’un jeune de Bené Brak qui s’est rendu sur place avec une « caravane » et a été sauvé avec ses amis grâce à l’observance du Chabbat.

Be’hadré ‘Harédim – Moché Weisberg

Selon les résultats de l’enquête policière, 364 personnes auraient été assassinées et massacrées par le Hamas lors de la fête à Béri à l’occasion de Sim’hat Tora, parmi des milliers de personnes sauvées par la grâce du Ciel.

Une merveilleuse histoire est publiée à propos d’un groupe qui a été sauvé du fait de son observance du Chabbat. « J’ai entendu cette histoire du frère de l’auteur de l’acte. Il y a une magnifique famille à Bené Brak, dans laquelle le père est un érudit, et les fils étudient la Tora. À leur grande douleur, leur fils aîné a quitté le bon chemin et s’est retrouvé dans des endroits reculés, que D’ nous en préserve. Il y a quelques années, le grand-père de la famille, est décédé. Son décès a touché le cœur du petit-fils qui avait quitté sa voie, et il a pris sur lui d’observer le Chabbat pour l’élévation de son âme. Il ne s’est toujours pas repenti de tout, il a continué à fréquenter des amis qui ont également déménagé, mais il respectait le Shabbat tel qu’il est, quoi qu’il arrive. »

Avant Sim’hat Torah, des amis lui ont dit qu’ils allaient participer à une sorte de fête qui aurait lieu dans le sud et l’ont invité à les rejoindre. Cette fête n’était pas dans l’esprit de la Tora ni dans l’esprit de ses parents, et si nous parlons d’un esprit, alors c’était un mauvais esprit, un esprit insensé et peut-être aussi des esprits nuisibles. Quoi qu’il en soit, un homme issu d’une famille aussi importante n’était pas du tout fait pour être là, mais il a accepté l’invitation, mais avec une réserve : « Je viens, mais je respecte le Chabbat ».

Comment observera-t-il le Chabbath alors que tout autour de lui est profané ? Pour cela, il a pris une remorque mobile avec lui et, à l’intérieur, il a préparé des couverts avec des aliments cuits dessus. Il a magnifiquement arrangé cette caravane, ainsi qu’un éclairage approprié, afin de ne pas avoir à l’allumer le Chabbat. Tout est comme un juif casher : une île de Chabbat au milieu de la profanation.

Comme il avait déjà apporté tout l’équipement avec lui et qu’il y avait beaucoup investi, il a invité quelques amis supplémentaires dans la « salle de Chabbat » et est parti vers le sud. Il venait de finir de placer la remorque sur son gréement, à proximité de l’endroit où se déroulerait la fête ce soir-là, et voilà qu’il reçoit un appel. Papa est en ligne.

« Écoutez bien », dit-il à son fils qui a déménagé, « je veux te voir ici à la maison. Maintenant. » « Pourquoi, père ? Que s’est-il passé ? » Le père lui-même ne sait pas ce qui s’est passé. Il estime que c’est une question de la plus haute urgence et il n’a aucune explication sur l’agressivité à laquelle il recourt en ce moment. « Vous devez être à la maison pendant les fêtes. Il n’y a rien à dire. »

« Mais je suis déjà arrivé jusqu’ici, et je vous promets que je respecterai le Shabbat ici. J’ai ici une caravane entière avec tout ce dont j’ai besoin. » « Ça ne m’intéresse pas », répond son père, « je ne me suis jamais immiscé dans ta vie, seulement cette fois je le demande. Oui. Viens. »

« Mais comment vais-je faire pour y arriver ? C’est un long voyage. » Le père répondit : « Arrête. Lève-toi et pars maintenant. Je t’attends. » Le garçon, fidèle à son père, s’est levé et est rentré chez lui. Il a laissé derrière lui la caravane et ses amis. Sa vie a été sauvée. Maintenant, nous comprenons aussi que D’ a mis une insistance excessive dans le cœur du père pour sauver son la vie de son fils, mais l’histoire ne s’arrête pas là.

Il termine son histoire : « Lorsque les meurtriers vils et méprisables sont arrivés sur les lieux, les amis du type se sont précipités vers la caravane mobile et s’y sont enfermés. Ils ont verrouillé la porte et se sont allongés sur le sol, terriblement effrayés par ce qui allait arriver. Les terroristes ont avancé vers la caravane. Il s’agit d’une structure avec des murs légerset une porte simple, qui peut être brisée sans aucune difficulté. Les terroristes ont tenté de le briser, mais n’ont pas réussi. Faisant preuve de la plus grande cruauté, ils ont allumé un feu sous le plancher de la caravane et ont ensuite quitté les lieux. Le feu n’a pas pris dans la caravane et s’est éteint tout seul. Les vies des membres présents dans la « salle de Shabbat » ont été sauvées. Le Chabbat les a sauvés.

Un autre témoignage de sauvetages miraculeux a été rendu public sur le même site, sous la signature de Hani Lévi.

Un témoignage glaçant d’Amiram Saban, 22 ans, présent à la fête à Réi, qui raconte les premiers instants du massacre, alors qu’on ne comprenait toujours pas l’ampleur du désastre. Il était avec un certain nombre d’amis qui ne rêvaient pas que le jour noir de leur vie approchait. « Mon D’, s’il te plaît, aide-moi à sortir d’ici. Encore une seconde, une balle me frappe. C’est tout. Je tombe ! La tension et l’incertitude ne te quittent pas. »

Il raconte : « À un moment donné, nous nous enfuyons avec 1 200 personnes, alors que toutes les quelques minutes, nous constatons que le groupe diminue et que tout le monde tombe un à un, nous courons comme des fous lorsque les balles volent sous nos pieds ».

Amiram continue et dit : « Nous sommes arrivés à la serre et moi et 4 autres amis nous y sommes cachés. Nous avons entendu des cris venant des serres à côté, des explosions et des coups de feu, puis nous avons vu les terroristes arrêtés avec la camionnette à l’entrée de la serre. Je me suis caché, j’ai réalisé que c’étaient nos derniers instants,

« Je me suis caché derrière l’un des arbres, j’ai appelé ma mère et lui ai dit au revoir, puis j’ai réalisé que j’allais mourir dans un instant, j’ai commencé à dire Chema’ Israel et j’ai dit s’il te plaît D’ si je sors d’ici vivant, je prend sur moi de mettre les téfilines et l’observance du Chabbat. »

Amiram continue et dit : « On ne sait pas d’où nous est venue l’idée de couper le tissu de l’autre côté de la serre et de là, de partir dans l’autre sens. Nous nous sommes cachés dans l’autre serre pendant quelques minutes et tout d’un coup nous avons commencé à courrir comme des fous. Nous avons atteint une autre zone de serres et il y avait environ 60 personnes là-bas ».

Poursuivant ses propos, Amiram dit qu’ils ont continué à courir avec le même groupe jusqu’à ce qu’ils remarquent un conteneur debout au milieu de nulle part. Il dit : « Nous voyons un énorme conteneur debout au milieu de nulle part. C’est un miracle. Je n’ai pas compris jusqu’à présent. On a commencé à casser les vitres et la porte et on découvre à l’intérieur un climatiseur qui fonctionnait le 16 Ma’alot, et Tami 4 avec des centaines de paquets de gobelets dans l’évier, on a commencé à distribuer des boissons à tout le monde, on a bu et rafraîchi, après des heures passées sans boire et dans la chaleur. »

Amiram ajoute : « J’ai demandé à un ami de parler et j’ai parlé aux parents. Mon père m’a dit que nous devions continuer parce que si les terroristes arrivent là-bas, nous n’avons aucune chance de survivre là-bas. Nous avons tous continué vers une autre région, où tout à coup nous voyons plusieurs des véhicules patrouillaient autour de nous, nous avons cru que c’était des terroristes, un des amis a couru dans leur direction et a lancé une hache sur l’un des véhicules, un certain nombre de membres de la compagnie ont commencé à lui jeter des pierres, puis le chauffeur est sorti et a dit qu’il était avec nous et qu’il était venu avec plusieurs autres du Moshav Patish pour nous aider ».

Amiram conclut et dit :  » Lui et plusieurs autres véhicules nous ont conduits au Moshav, de là nous avons été secourus jusqu’à Be’er Sheva et de là nous sommes rentrés chacun chez nous. Maintenant, je suis ici pour raconter cette histoire à quelques autres qui ne l’ont pas fait. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire