Deux femmes journalistes violemment battues par les Palestiniens

0
353

Deux femmes journalistes violemment battues par les Palestiniens pour les faire taire. Silence absolu des médias européens qui n’y voient « aucun mal »

Si un soldat israélien avait simplement crié à ces femmes journalistes, les représentants des organisations occidentales de défense des droits de l’homme et des grands journaux auraient crié au scandale depuis longtemps, exigeant qu’ils justifient des abus physiques sur des femmes pacifiques qui faisaient simplement leur travail. Il est toutefois plus difficile de comprendre le comportement des médias étrangers et des groupes internationaux de défense des droits de l’homme, qui défendent essentiellement le fief d’Abbas en ignorant sa brutalité.

La vérité est que l’Autorité palestinienne est un organe qui fonctionne depuis longtemps comme une dictature qui supprime la liberté d’expression et impose un règne de terreur et d’intimidation aux journalistes et aux critiques palestiniens.

Ce n’est qu’une question de temps avant qu’un autre journaliste occidental ne soit battu dans les rues d’une ville palestinienne. Lorsque cela se produit, les médias internationaux et les groupes de défense des droits de l’homme peuvent se regarder eux-mêmes et adopter leur propre comportement biaisé et non professionnel pour obtenir des réponses.

Deux femmes journalistes palestiniennes ont été battues lors de manifestations en « Cisjordanie » la semaine dernière. Les deux femmes, Lara Kan’an et Majdoleen Hassona, ont été violemment agressées par des agents de sécurité de l’Autorité palestinienne alors qu’elles couvraient des manifestations palestiniennes appelant le président Mahmoud Abbas à lever les sanctions économiques imposées l’année dernière dans la bande de Gaza.

Les agressions physiques contre Kan’an et Hassona sont perçues par les Palestiniens comme faisant partie des efforts continus de l’Autorité palestinienne pour faire taire les critiques et intimider les journalistes qui ne respectent pas la ligne. Les passages à tabac, qui ont eu lieu séparément dans les villes de Naplouse et de Tulkarem en Cisjordanie, marquent un nouveau sommet dans la répression des libertés publiques par les dirigeants palestiniens: l’agression d’une femme arabe dans la rue est considérée comme une humiliation .

LIRE  Tiran et Sanafir vont redevenir saoudiennes

Alors que de tels assauts déclenchent des protestations parmi les Palestiniens, la communauté internationale et les correspondants occidentaux couvrant le conflit israélo-palestinien continuent à jouer leur jeu de « See No Evil ». Lorsque les auteurs sont des Palestiniens, ils peuvent s’en tirer du point de vue des organisations internationales de défense des droits de l’homme et des groupes ostensiblement préoccupés par la liberté des médias. Quelle aurait été la réponse de la part de la communauté internationale et de la presse, se demande-t-on, si les deux femmes palestiniennes avaient même été malmenées par des soldats israéliens?

Kan’an et Hassona, cependant, sont malheureux. Leur sort ne sera pas éclaboussé sur les premières pages du New York Times ou du Guardian parce que les hommes qui les battent sont palestiniens, et non israéliens. Si un soldat israélien avait simplement crié à ces femmes journalistes, les représentants des organisations occidentales de défense des droits de l’homme et des grands journaux auraient claqué à leurs portes depuis longtemps, exigeant qu’ils justifient des abus physiques sur des femmes pacifiques qui faisaient simplement leur travail.

Maintenant pour les détails des assauts. Le premier incident a eu lieu à Tulkarem le 28 juin, lorsque Hassona est arrivé pour signaler une manifestation palestinienne appelant Abbas à lever les sanctions contre la bande de Gaza. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent des agents de sécurité palestiniens en civil qui agressent physiquement Hassona alors qu’ils tentent de l’empêcher d’enregistrer ou de filmer la manifestation anti-Abbas.

L’un de ses amis, Ahmed Al-Dabash, a qualifié les assaillants de «voyous appartenant à la résidence présidentielle de Mahmoud Abbas, le Mukata de Ramallah».

Hassona a plus tard rappelé son expérience dans une interview avec un site d’information palestinien: « A la fin de la manifestation, il y a eu des problèmes entre les manifestants et la police, parmi un groupe de journalistes qui ont essayé de s’approcher de la zone pour savoir ce qui se passait. Je lui ai dit que je suis journaliste et j’ai continué à filmer, puis un autre homme s’est approché de moi et a essayé de m’arracher l’appareil photo de mes mains. et me menaçant. «

LIRE  Al-Qaïda menace à nouveau aéroports et avions de ligne (ministre britannique)

Hassona, qui est une journaliste d’investigation freelance vétéran, a déclaré qu’elle n’a pas été surprise par l’agression. Elle affirme avoir été surveillée par les forces de sécurité palestiniennes depuis le 12 juin, date à laquelle elle a été brièvement détenue et interrogée à son retour d’une visite en Turquie.

« Ils m’ont questionné sur mon travail journalistique, ils voulaient savoir pourquoi je me rendais souvent à Istanbul, je leur ai dit qu’il était normal qu’un journaliste voyage et que j’étudie en Turquie. Ils m’ont accusé de participer aux manifestations anti-Abbas et certains sont même allés jusqu’à prétendre que j’étais un agent du Hamas. pas vrai. »

Le deuxième incident a eu lieu à Naplouse le 30 juin, également lors d’une manifestation contre les sanctions d’Abbas contre la bande de Gaza, Lara Kan’an. Son expérience n’était pas très différente de celle de sa collègue, Hassona. Des vidéos postées sur Facebook ont ​​montré le moment où Kan’an et d’autres manifestants ont été attaqués par des hommes en civil jugés être des agents de sécurité ou des militants appartenant à la faction dirigeante du Fatah d’Abbas. Ils ont également saisi son téléphone portable et l’ont rendu seulement après avoir supprimé la vidéo et les photos qu’elle avait prises pendant la manifestation.

Kan’an a raconté que lorsqu’elle a initialement refusé de remettre son téléphone portable à un agent de sécurité, elle a été approchée par un policier qui l’a frappée au bras et l’a violemment arrachée de sa main. Elle a dit que deux autres hommes en civil l’avaient attaquée par l’arrière, l’une l’arrachant des cheveux et l’autre lui frappant l’épaule gauche. Kan’an a été emmenée à l’hôpital local de Rafidiyeh, où des radiographies ont montré qu’elle souffrait d’ecchymoses au cou et à l’épaule.

Certains groupes palestiniens de défense des droits de l’homme ont rapidement condamné les agressions et appelé les dirigeants palestiniens à cesser de cibler les journalistes.

Le Centre palestinien pour le développement et les libertés médiatiques (MADA) a condamné ces attaques et exprimé sa profonde préoccupation face aux « attaques croissantes contre les journalistes [par les forces de sécurité palestiniennes] d’une manière particulièrement alarmante et troublante pour les femmes journalistes ». Le groupe a souligné que le même scénario a récemment été répété dans plusieurs villes palestiniennes. « Le MADA demande à tous les organes officiels d’enquêter sur toutes ces attaques et d’en publier les résultats et de demander des comptes aux auteurs et aux responsables et de prendre des mesures pour empêcher leur poursuite », a déclaré le groupe dans un communiqué.

LIRE  Lyon : des tags racistes et antisémites découverts sur plusieurs commerces

Le Syndicat des journalistes palestiniens de Cisjordanie, organe dominé par les partisans du Fatah, a également publié une déclaration condamnant les agressions et appelant les dirigeants palestiniens à demander des comptes aux auteurs. Les journalistes palestiniens, cependant, sont devenus habitués à se faire entendre de cette institution, qui soutient ouvertement Abbas et ses associés et sert de porte-parole à l’Autorité palestinienne.

L’hypocrisie du Syndicat des journalistes palestiniens est facile à comprendre.

Il est toutefois plus difficile de comprendre le comportement des médias étrangers et des groupes internationaux de défense des droits de l’homme, qui défendent essentiellement le fief d’Abbas en ignorant sa brutalité.

La vérité est que l’Autorité palestinienne est un organe qui fonctionne depuis longtemps comme une dictature qui supprime la liberté d’expression et impose un règne de terreur et d’intimidation aux journalistes et aux critiques palestiniens.

Aujourd’hui, ce sont les journalistes palestiniens qui sont victimes de la répression et de la violence. Demain, ce seront les journalistes étrangers qui verront ces assauts mais refuseront de dire un mot. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’un journaliste occidental soit battu dans les rues d’une ville palestinienne. Lorsque cela se produit, les médias internationaux et les groupes de défense des droits de l’homme peuvent se regarder eux-mêmes et adopter leur propre comportement biaisé et non professionnel pour obtenir des réponses.

© Traduction Europe Israël News

Bassam Tawil, un musulman arabe, est basé au Moyen-Orient.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire