Droit international : la cause Palestinienne est injustifiable

0
44

Marc – JForum

Le «sacré» palestinien et le droit des conflits armés

En vertu du droit international pertinent, un comportement admissible ne peut jamais découler d’un comportement ouvertement illicite. Il s’ensuit,  entre autres, que les demandes pressantes des Palestiniens en faveur du «martyre» [par exemple, à la barrière de sécurité de Gaza] doivent nécessairement représenter des appels à des manifestations de force contre Israël qui demeurent illégales au regard du droit international. Toujours, sur ces questions, ce qui est sacré pour la partie palestinienne est aussi gravement illégal, en termes de lois. Opinion

Des militants du Hamas apprêtés en kamikazes (Photo: AP)

Les ennemis palestiniens d’Israël considèrent le «martyre» comme l’expression suprême de la sacralité islamique. Néanmoins, il existe certaines disjonctions notoires entre les obligations de foi pertinentes et les attentes du droit international. Sans ambiguïté, seule cette dernière série d’obligations peut constituer une source d’autorité appropriée pour l’évaluation des recours palestiniens à la force armée.

C’est le cas, même lorsque l’objectif déclaré de ces positions est l’autodétermination et / ou la libération nationale.

Ex injuria jus non oritur. En droit, toutes les loisles droits ne peuvent jamais découler de torts. De manière significative, ce principe est «impératif» ou fondamental. Il s’ensuit que les insurgés palestiniens qui chercheraient à justifier leur mutilation volontaire et l’exécution de non-combattants au nom d’un soi-disant «martyre» sont, précisément, en train de souiller la loi, en esprit, en principe, et en actions. Identifier les combattants insurgés comme des «martyrs» ne peut avoir aucun effet jurisprudentiel. La nomenclature ne peut rien faire pour décharger ces auteurs des crimes terroristes codifiés et coutumiers qu’ils commettent.

Même si les appels indignés des Palestiniens à «l’autodétermination nationale» étaient correctement fondés sur la loi, ces «martyrs» resteraient entachés d’expressions particulièrement graves. En vertu du droit international établi, tous les insurgés, même ceux qui ont un «motif valable» plus ou moins justifiable, doivent toujours satisfaire à des limites jurisprudentielles fermes, en ce qui concerne les objectifs admissibles et les niveaux de violence ou de force armée autorisés.

Suite à un précédent vote par l’Assemblée générale de l’ONU, la « Palestine » est maintenant justifiée à se faire appeler « Etat observateur non membre ». Quoi qu’il en soit, une telle désignation outrepasse essentiellement les attentes généralement admises et plus critiques envers les règles juridiques viables, en ce qui concerne un Etat, en particulier la Convention sur la Droits et devoirs des États (1934). Cependant, une grande partie du monde semble prête à accepter comme une réalité la pleine souveraineté palestinienne. Plus récemment, il semble que le président américain Donald Trump ait proposé aux Palestiniens une sorte de confédération tripartite avec la Jordanie et Israël.

Cependant, toute expression illégale de force insurgée commise par la «Palestine» resterait qualifiée de terrorisme.

Même les droits les plus «sacrés» à l’insurrection, en vertu du droit international, excluent le fait de prendre délibérément pour cible des civils et / ou le recours à la force pour infliger délibérément des douleurs et des souffrances gratuites. C’est toujours du terrorisme, à première vue, lorsque les insurgés palestiniens assassinent des familles israéliennes dans leurs maisons ou leurs automobiles en poignardant et en tirant sur leurs victimes. Incontestablement, c’est aussi du terrorisme chaque fois que ces «martyrs» placent leurs bombes remplies de clous trempés dans de la mort-aux-rats pour les faire exploser dans les bus israéliens.

En ce qui concerne l’argument juridique connu officiellement sous le nom de tu quoque – c’est-à-dire que, parce que l’autre partie serait aussi coupable d’une criminalité similaire ou équivalente, alors «notre» camp deviendrait libre de commettre tout acte répréhensible – cet argument est toujours invalide. En d’autres termes, il ne permet jamais de disculper la cause en question.

Tout se résume à ceci. Même dans les définitions les plus généreuses que l’on puisse découvrir dans le droit applicable, le droit juridique résiduel à la force armée ne peut jamais supplanter les règles impératives du droit international humanitaire. Parmi les juristes internationaux, ces règles de jus cogens sont également connues sous le nom de droit des conflits armés ou de droit de la guerre.

Sans cesse, et sans l’once d’une preuve ni de nuances, les partisans de la violence terroriste palestinienne contre les non-combattants israéliens insistent pour que les fins (l’indépendance palestinienne) justifient les moyens (multiples attaques délibérées sur des populations civiles sans défense). En laissant de côté les normes éthiques ordinaires par lesquelles une telle argumentation doit, sans aucun doute, être jugée indécente, les fins ne peuvent jamais justifier les moyens prévus par le droit international contraignant. Clairement, depuis plus de deux mille ans, des principes juridiques inattaquables et non dissimulés ont clarifié que la violence intentionnelle contre les innocents est toujours interdite.

Du moins, du point de vue du droit international faisant autorité, un homme ou une femme terroriste ne peut jamais devenir le «combattant de la liberté» d’un autre homme ou d’une même femme. Bien que cela puisse sembler tendance à amener dans le cadre d’un cocktail mondain ou lors de rassemblements politiques, cette expression bien trop commune n’est rien d’autre qu’un mot d’esprit vide de sens. Certes, il est vrai que certaines insurrections peuvent parfois être jugées légales ou même contraignantes (ce jugement est, après tout, un principe fondateur des États-Unis contre l’Empire britannique), mais même ces recours à la force présumés admissibles doivent toujours être conformes aux lois indispensables et élémentaires de la guerre.

Chaque fois qu’un groupe d’insurgés recourt à des moyens manifestement injustes, ses actes constituent du terrorisme. Même si les revendications rituelles palestiniennes d’une «occupation» gratuite et hostile étaient acceptées comme raisonnables et plausibles, les revendications corollaires du droit à «tout moyen nécessaire» pour l’éradiquer resteraient toujours aussi fausses.

Ce n’est pas très compliqué. Le droit international a une forme et un contenu précis et déterminable. Il ne peut être inventé et réinventé avec désinvolture par des groupes terroristes ou des «États observateurs non membres» afin de justifier à tort des intérêts sélectifs. C’est particulièrement le cas lorsque la violence terroriste vise intentionnellement les populations civiles les plus fragiles et les plus vulnérables d’un État victime désigné.

Les mouvements de libération nationale qui ne répondent pas aux critères de justesse ne sont jamais correctement protégés (par la loi) comme étant licites ou légitimes. Même si la loi acceptait, en quelque sorte, l’argument selon lequel l’Autorité palestinienne, le Hamas et certains groupes frères avaient satisfait aux critères autoritaires de la «libération nationale», ils ne pourraient toujours pas satisfaire aux normes légales de discrimination, de proportionnalité et de nécessité militaire. Plus précisément, ces normes cruciales ont été appliquées aux organisations insurgées ou sous-étatiques par l’article 3 commun aux quatre Conventions de Genève de 1949 et (en plus) par les deux protocoles de 1977 additionnels à ces conventions.

Ces normes d’humanité sont également contraignantes pour tous les combattants en vertu de certains droits internationaux coutumiers et conventionnels plus larges, y compris l’article 1 du préambule de la quatrième Convention de La Haye de 1907. Cette règle, communément appelée « clause Martens », rend tout les personnes responsables à l’égard des «lois de l’humanité» et des «diktats de la conscience publique» qui leur sont associés.

En vertu du droit international applicable, même aux mains d’un «État observateur non membre», les fins ne peuvent jamais justifier les moyens. Comme dans le cas de la guerre entre États, tout recours à la force par les insurgés doit toujours être jugé deux fois :

  • une première fois en ce qui concerne la justesse de l’objectif (dans ce cas, un État palestinien doit être construit aux côtés d’un État juif préexistant),
  • et une deuxième fois en ce qui concerne la justesse des moyens utilisés pour atteindre cet objectif.

Dans l’ensemble, les partisans de l’État palestinien continuent de présumer que cette nouvelle souveraineté arabe deviendrait une partie volontaire d’une «solution à deux États». Pourtant, cette présomption malhonnête est largement rejetée dans le monde arabo-islamique. La «carte de la Palestine» sur le site officiel de l’Autorité nationale palestinienne et du Hamas comprend toujours tout Israël.

Un seul état est représenté sur cette carte révélatrice. Cet état est appelé «Palestine». Ici, au moins du point de vue cartographique, Israël a déjà été supprimé.

En droit, les crimes terroristes imposent une coopération universelle en matière d’appréhension et de sanction. En tant que punisseurs indispensables des «violations graves», tous les États sont censés rechercher et poursuivre ou extrader des terroristes individuels. Les États ne sont en aucun cas autorisés à considérer les terroristes comme des «combattants de la liberté».

Cela est particulièrement vrai pour les États-Unis, qui intègrent tout le droit international comme «loi suprême du pays» à l’article 6 de la Constitution et qui a été formé par les pères fondateurs selon des principes intemporels de droit naturel. En conséquence, bien que généralement non reconnue, l’autorité juridique principale pour les États-Unis a été extraite des commentaires bien connus de Blackstone.

En droit, toutes les lois, les droits ne peuvent jamais découler de torts. Même si les adversaires palestiniens d’Israël continuent d’insister sur le fait de traiter les insurgés les plus récalcitrants comme des «martyrs», un tel traitement ne pourrait avoir aucun effet dissuasif ou atténuant sur les crimes terroristes qui en découlent. Indépendamment de la justesse de la cause – et cela inclut tout droit présumé à la pleine souveraineté de la «Palestine» – rien en droit international ne peut jamais justifier le ciblage délibéré des populations non combattantes.

En droit comme en éthique élémentaire, le «martyre» qui consiste à tuer des populations ennemies non combattantes n’est jamais justifiable.

Louis René Beres

Aucun commentaires

Laisser un commentaire