Du whisky ? Pas évident…

1
1276

Comme on le sait, le whisky est une boisson tirée de la distillation de céréales. Son utilisation à Pessa’h s’en trouve strictement interdite, et il faut au moins vendre les bouteilles que l’on a chez soi.

Pourtant, parfois, il en faut bien plus pour permettre la consommation de cet alcool après la fête. Ainsi, une famille juive connue au Canada possède de nos jours 30 % des parts de l’une des grandes fabriques écossaises de whisky. De ce fait, à Pessa’h, l’usine doit être vendue à un non-Juif ! Or, semble-t-il, cette précaution n’est pas prise. En conséquence, le wiskhy, qui peut n’être vendu qu’après douze ans, parfois vingt-quatre, aura donc été interdit par autant de fois qu’il a été sous possession juive durant cette fête…

De ce fait, même au courant de l’année, le whisky n’est pas forcément autorisé…

Sur le plan de la Halakha, quand un Juif a des parts dans une entreprise, cela entraîne effectivement un tel problème (cf. Min’hath Yits’haq III,1). Cela implique aussi qu’il vaut mieux préciser cette donnée lors de la vente du ‘hamets.

 

LIRE  Etude de la Tora dans la cabine d'un avion !

1 Commentaire

Laisser un commentaire