Education – Le rav Chelomo Amar s’est adressé aux parents nouveaux immigrants

0
1845

Un grand rassemblement à l’occasion du cinquantenaire de la Libération de Jérusalem sur le thème Grandir à Jérusalem. Soirée animée par​ le célèbre chanteur guitariste Yossef Karduner qui a su ouvrir les cœurs des nombreux parents français présents au sujet de cette grande responsabilité qu’est l’éducation des enfants en Israël.

La rencontre était organisée par l’association Limoudia qui œuvre à l’orientation et l’intégration scolaire des enfants d’Olim de France en Israël. Limoudia offre gracieusement des conseils pour assurer la réussite scolaire des nouveaux immigrants. Cette association a développé un véritable réseau de centres d’étude pour jeunes où l’on joint l’utile à l’agréable et un suivi scolaire est offert en même temps que des activités ludiques et un bon goûter. Des centaines de familles d’Olim profitent déjà de ces structures à Jérusalem, Natanya, Achdod, Raanana et même ‘Hadéra. C’est à la synagogue Hékhal Avraham à Baka qui accueille aussi le centre pilote d’étude pour jeunes que s’est déroulée cette belle soirée.

Le rav Moché Aharon Tolédano, rav du centre communautaire Hamaor Chébatora de Baka, a pris la parole et a introduit le Richon leTsion, Grand Rabbin de Jérusalem, rav Chelomo Amar, qui a profité de cette occasion pour s’adresser aux Français et attirer leur attention sur la vigilance dont chaque parent doit faire preuve avant d’inscrire son enfant dans une école. « Ce ne sont pas des maisons, ce n’est pas de l’argent, ce n’est pas de l’or, ce sont des nefachoth  qu’Hachem a mis en dépôt entre nos mains, on ne peut pas choisir la première école avec un peu d’enseignement religieux, il faut prendre conseil auprès de son rav ». C’est un sujet qui tenait très à cœur au Richon Letsion qui connait bien le public français et connait les risques de perte identitaire au sein de la société israélienne rencontrées chez leurs enfants. En effet, les sondages indiquent que 50% des enfants ayant suivi leur scolarité dans des structures scolaires religieuses d’Etat finissent non pratiquants.

Le rav Schwartz, rav du quartier de Katamon à Jérusalem, a présenté avec beaucoup d’engouement et de verve l’école Or Israël qu’il a visitée il y a peu de temps. C’est une école israélienne (80% des élèves sont des sabras) avec une équipe pédagogique d’intégration très complète dirigée par rav Michaël Reich, qui est également directeur du centre d’étude pilote de Baka (et qui est connu des lecteurs de Kountrass comme rédacteur en chef d’Oneg7, un magazine éducatif pour la famille française en Israël). Cette école, située au centre des quartiers sud de Jérusalem, respecte les programmes officiels israéliens avec des cours de soutien et de remise à nouveau et un oulpan intégré pour les jeunes ‘Olim. La supervision des études générales est assurée par l’association Matslia’h dirigée par Jonathan Berda, actif depuis plusieurs années au sein des écoles à forte concentration francophone à Tel-Aviv, Natanya et Raanana.

Suite à l’intervention du Grand-rabbin Amar, l’incontournable rav des communautés françaises, rav Eliyahou Uzan, également conseiller principal d’éducation à Or Israël, a pris la parole à la grande satisfaction du public heureux d’entendre un intervenant présenter et expliquer les enjeux de l’éducation en français et qui a su retenir leur attention jusqu’à une heure tardive.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire