Élections 2020 aux États-Unis : « Les Juifs paieront les pots cassés »

0
330

Source : Caroline Glick, Newsweek 13 Nov 2020

Peu importe qui remporte finalement l’élection présidentielle, les Juifs d’Amérique sont les grands perdants.

Comme l’a longtemps expliqué le professeur Ruth Wisse de Harvard :

Les Juifs sont le baromètre de la santé des démocraties. La haine des Juifs s’élève dans les sociétés dont les institutions et les valeurs démocratiques sont en crise. La haine des Juifs est généralement faible dans les démocraties saines et qui fonctionnent.

Si nous n’avons rien appris d’autre de la campagne électorale et de ses conséquences, nous avons appris que la démocratie américaine est en crise.

Les médias sont la première force responsable de cette crise. Au cours des quatre dernières années, tous les grands réseaux de télévision et journaux nationaux américains se sont consacrés non pas à la couverture de l’actualité, mais à la définition des limites d’un discours public acceptable. Les grandes entreprises technologiques – Facebook, Google et Twitter, en particulier, qui ont accumulé des pouvoirs dont le KGB ne pouvait que rêver – servent à faire respecter ces limites.

L’objectif de toutes les entreprises de médias est le même : renverser les résultats des élections de 2016. Pour atteindre cet objectif, les médias ont diabolisé le président Donald Trump et ses partisans pendant quatre années consécutives. La conviction commune est qu’en soumettant le public à un endoctrinement continu à la haine de Trump et de ses partisans, Trump disparaîtrait de la Maison-Blanche, que ce soit par une enquête prolongée du conseil spécial, une mise en accusation ou une défaite aux élections.

Presque toutes les histoires concernant Trump et ses partisans ont été négatives au cours des quatre dernières années. Par conséquent, si la plupart des Américains n’ont jamais entendu dire que Trump avait conçu et mis en œuvre une toute nouvelle doctrine de politique étrangère qui a rencontré plus de succès que toutes celles adoptées depuis la fin de la Guerre froide, tous les Américains savent que les médias s’attendent à ce qu’ils croient que Trump est un raciste. Ils savent que les médias s’attendent à ce que les Américains bien pensants détestent Trump et ses partisans, et admirent ses adversaires, de Nancy Pelosi à Black Lives Matter (BLM).

« Big Tech1 », pour sa part, a clairement indiqué que les partisans de Trump expriment leur soutien à l’Homme orange à leurs risques et périls. Ils peuvent être victimes de divulgations d’informations privées ou d’ostracisme, et ils peuvent être déplagiés ou même renvoyés s’ils expriment leurs opinions – qui s’écartent des limites acceptables du discours public, telles que dictées par les médias connus en ligne.

Cette campagne massive d’endoctrinement et d’application de la loi, qui a duré plusieurs années, a eu des résultats mitigés. D’une part, les résultats des élections ont démontré que les magnats des médias et les Crésus des réseaux sociaux n’ont absolument pas réussi à convaincre le public de haïr Trump et ses partisans. Trump a remporté plus de voix la semaine dernière qu’il n’en a gagnées en 2016. Il a considérablement augmenté son soutien parmi les Hispaniques et les Noirs.

LIRE  Le procès Zeligman, et ses hautes incidences politiques !

D’autre part, les sondages montrent comment les médias et la Big Tech ont changé la société américaine. Il y a probablement deux raisons pour lesquelles les sondages étaient encore plus faux en 2020 qu’ils ne l’étaient en 2016 :

Premièrement, les enquêteurs eux-mêmes opèrent à l’intérieur de la bulle médiatique

Les personnes comme Nate Silver2 savent que les Jeff Zucker3 ou Jeff Bezos4 ne s’intéressent pas à ce que pense le public. Leur but est de dire au public ce qu’il doit penser. Les questions et les échantillons de sondage des enquêteurs ont fait exactement cela en prédisant les résultats souhaités.

Deuxièmement, les partisans de Trump savent que les médias ne veulent pas savoir ce qu’ils pensent

Ils puniront les partisans de Trump s’ils disent ce qu’ils pensent. Donc ils mentent. Ce que le président du Trafalgar Group5, Robert Cahaly, décrit comme « l’effet de timidité des électeurs de Trump » s’est clairement exprimé à propos de l’écart entre les sondages et le décompte des voix. Pourquoi dire à un inconnu qui vous appelle au hasard que vous avez l’intention de voter pour Trump ? Vous ne savez pas qui il est ni ce qu’il va faire de cette information. Alors vous lui raccrochez au nez ou vous lui dites que vous allez voter pour Biden.

Depuis le jour de l’élection, la situation n’a fait qu’empirer. La foule progressiste des réseaux sociaux appelle au boycott des cabinets d’avocats qui représentent Donald Trump dans ses procès pour fraude électorale massive dans les États en ballottage. L’espoir est que sans avocat compétent, Donald Trump perdra son procès. Les politiciens et les agents politiques, ainsi que Jake Tapper de CNN et Jen Rubin de MSNBC, menacent ouvertement de détruire socialement des employés de l’administration de Trump et des partisans de Trump qui contestent le couronnement de Biden par les médias. La censure de Twitter sur Trump et ses partisans devient chaque jour plus agressive.

Que Biden soit intronisé ou non comme prévu le 20 janvier, il y a tout lieu de penser que cette vindicte, cette haine et cette censure continueront à se métastaser dans les mois et les années à venir.

Les conséquences de cette tyrannie des médias et de la Big Tech sont désastreuses pour la santé de la démocratie américaine. Les Américains savent qu’on attend d’eux qu’ils agissent comme les citoyens d’un régime totalitaire comme l’était l’Union soviétique. Les médias leur diront ce qu’ils peuvent dire, et les réseaux sociaux feront respecter les diktats des médias.

Et comme les habitants de l’URSS, les Américains n’ont pas renoncé à penser par eux-mêmes à la suite de cette tyrannie. Ils ont simplement cessé de dire aux gens ce qu’ils pensent.

LIRE  Rav Arié Dery met Yaïr Lapid dans l’embarras…

En tant que penseurs, les Américains cherchent des explications. Et comme les partisans de Trump ne peuvent pas recevoir d’explications dans les médias sur ce que devient leur pays, ils sont naturellement attirés par des voix alternatives. La plupart d’entre eux trouvent des explications dans les médias conservateurs. Mais à mesure que l’agressivité des médias et de la Big Tech augmente, beaucoup seront attirés par les théories complotistes. L’attrait de ces théories est qu’elles prétendent tout expliquer.

Et les Juifs, dans tout ça ?

L’antisémitisme est la mère de toutes les théories du complot. Les théories de conspiration antisémites changent avec le temps, mais leur attrait est resté constant depuis l’époque de l’Égypte pharaonique jusqu’à aujourd’hui. Les Juifs sont un petit groupe de personnes distinctes. Ils sont relativement faibles et non agressifs, et n’ont pas d’alliés automatiques. Les antisémites peuvent les attaquer avec une relative impunité. Plus important encore, vous pouvez développer des tas de théories qui expliquent les phénomènes entièrement naturels et non naturels en disant que les Juifs sont derrière eux.

Pendant les quatre années de Trump, les Juifs américains ont été victimes d’un massacre et d’une tentative de massacre perpétrés par les tenants de la suprématie blanche, endoctrinés par les théories de conspiration antisémites sur Internet. Plus les électeurs de Trump sont poussés hors du discours et diabolisés, et moins ils font confiance aux nouvelles qu’ils voient à la télévision et dans les titres des journaux, plus ils se tournent vers les théoriciens du complot. Et aussi sûrement que la nuit suit le jour, plus d’Américains seront convaincus que les Juifs sont responsables de tout ce qui ne va pas en Amérique.

Cela nous amène ensuite au camp de Biden. La campagne Biden a annoncé que dès le premier jour de son mandat, Biden annulera le décret de Trump interdisant la formation basée sur la « théorie critique de la race » (CRT) au sein du gouvernement fédéral. Peut-être plus qu’une simple annonce politique, cela devrait faire frissonner les Juifs américains. En 2019, les Juifs ont été victimes d’un massacre et d’une tentative de massacre perpétrés par des tenants de la suprématie noire, qui étaient imprégnés d’antisémitisme né de la théorie critique de la race et d’une connerie du même genre.

La CRT attribue à tous les blancs une malveillance et un racisme inné de base. Dans la formation de la CRT, par le biais de divers séminaires et règles d’endoctrinement, les blancs sont contraints de désavouer leur « privilège blanc » et de rendre ainsi les États-Unis, nés dans le péché originel de l’esclavage, moins pécheurs et moins mauvais.

Les progressistes, pour qui la CRT est une profession de foi, considèrent la politique comme un jeu à somme nulle. Et cela pose un problème. Ils savent qu’ils ne pourront pas réprimer tous les blancs. Et de toute façon, la plupart des progressistes sont blancs. Pour atteindre leur objectif politique de réorganisation de la société américaine autour de la CRT, les progressistes ont besoin de suppléants pour les blancs. En adoptant des programmes contre l’avatar, ils peuvent faire avancer leur grand projet sans se faire remarquer. Tout comme Obama a diabolisé les « un pour-cent6 » pour faire avancer ses programmes économiques socialistes qui nuisaient à tous les salariés et épargnants, les progressistes ont aujourd’hui besoin d’une forme blanche du « un pour-cent » pour faire avancer leurs programmes de gouvernement racial.

LIRE  L’Autorité palestinienne compare D. Trump au 'Hamas

Faites entrer les Juifs. Puisque les progressistes ont déjà déterminé que les Juifs sont « blancs », les Juifs sont la Némésis parfaite pour les progressistes. Il n’y a pas beaucoup de Juifs. Les Juifs sont trop faibles au sein du parti démocrate pour faire payer leur comportement aux progressistes. Beaucoup de Juifs veulent faire partie du mouvement progressiste et on peut compter sur eux pour leur servir de feuilles de vigne. Et les Juifs sont assez faciles à identifier et à distinguer.

Le fait que le BLM ait isolé et vilipendé Israël dans sa charte originale, et que les émeutiers du BLM aient ciblé à plusieurs reprises des entreprises juives et des synagogues à des fins de pillage et de vandalisme, montre précisément vers où le mouvement se dirige.

La CRT domine le discours sur les campus. Et aujourd’hui, de Berkeley à Columbia et partout ailleurs, la seule forme de discrimination acceptable est celle qui vise les étudiants juifs qui osent soutenir, ou ne condamnent pas suffisamment, l’État juif d’Israël. Cela aussi montre vers où le mouvement se dirige.

L’abandon du journalisme par les médias et leur haine de la moitié de la société américaine, ainsi que l’adoption par les démocrates d’une théorie totalitaire de la race et du péché laïque américain comme principe d’organisation, libèrent l’Amérique de ses ancrages démocratiques et pluralistes. La société américaine est en train de passer à une réalité post-démocratique. Et si aucune mesure n’est prise pour rétablir ces ancrages, c’est la société américaine tout entière qui en souffrira. Mais les Juifs américains seront en première ligne.

Caroline Glick

Caroline B. Glick est chroniqueuse principale à Israel Hayom et l’auteur de « The Israeli Solution » : A One-State Plan for Peace in the Middle East, (Crown Forum, 2014). De 1994 à 1996, elle a été un membre essentiel de l’équipe de négociation d’Israël avec l’Organisation de libération de la Palestine.

Traduction et adaptation MABATIM.INFO avec www. DeepL.com/Translator

1 Appellation des grandes sociétés du High Tech : Google, Facebook, Twitter, Gafa et autres…
2 Statisticien fondateur du site « 538 » https://fivethirtyeight.com/ correspondant au nombre de députés et sénateurs
3 Dirigeant de la chaîne CNN
4 Patron d’Amazon
5 Institut de sondages
6 Le 1 % le plus riche de la population

Aucun commentaires

Laisser un commentaire