Elle avait prévu son décès !

0
520

Mme Pnina Moshkovitz, de la communauté de Gour d’Ashdod, a appris d’un médecin il y a 4 ans qu’elle avait « un mois et demi maximum à vivre ». Mais elle savait qu’elle vivrait plus, car elle devait s’occupper de sa mère. Après le décès de cette dernière, elle a déclaré ne plus avoir d’assurance-vie. Elle est décédée un mois plus tard !

Be’hadré ‘Harédim – Yossi Stark

Ye’hiel Brunner, qui conseille et dirige des adolescents, a publié aujourd’hui (mardi) un article sur Facebook dans lequel il racontait un merveilleux cas d’une femme orthodoxe qui a continué à vivre pendant quatre ans, malgré la déclaration d’un médecin selon laquelle elle avait « un maximum de un mois et demi à vivre. »

Bruner a déclaré qu’il était venu réconforter la famille de la défunte Mme Pnina Moshkovitz, de la communauté des ‘Hassidé Gour d’Ashdod, décédée il y a quelques jours à l’âge de 66 ans.

Le mari de la défunte lui a raconté ce qui s’était passé ces dernières années concernant l’état de santé de sa femme : « Il y a plus de quatre ans, on lui a diagnostiqué la maladie. Le médecin a vu les tests et lui a dit : « Vous avez un maximum un mois et demi à vivre ». »

Selon le mari, « lorsqu’elle est rentrée chez elle, elle a dit aux membres de la maisonnée : ‘Je m’occupe de ma mère âgée et malade, grâce à elle, je continuerai à vivre.’ »

Il raconte ici la tournure de l’intrigue, à la fois émouvante et douloureuse : « Il y a un mois et demi, la mère est décédée en bonne santé. Lorsque la nouvelle est arrivée de l’hôpital du décès de la mère, elle a répondu et a dit : « J’ai couru hors de l’assurance.' »

LIRE  Hausse du nombre des étudiants de Yechivoth en Israël

« En effet, exactement un mois et demi après le décès de la mère, la fille dévouée est décédée », a décrit le mari. Bruner a conclu : « Que sa mémoire soit bénie, apprenons d’elle à honorer nos parents de toutes nos forces, et nous aurons droit à la promesse de « pour prolonger vos jours ». »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire