« La plupart » des entreprises françaises « ne pourront pas » rester en Iran (Le Maire)

0
390

« La plupart » des entreprises françaises « ne pourront pas » rester en Iran, a déclaré mardi le ministre français de l’Economie Bruno le Maire, après le rétablissement début mai par les Etats-Unis de sanctions visant Téhéran.

Ces entreprises « ne pourront pas rester car elles ont besoin d’être payées pour les produits qu’elles livrent et fabriquent en Iran et elles ne peuvent pas être payées car il n’y a pas d’institution européenne financière souveraine et autonome », a poursuivi le ministre sur le plateau de BFM TV.

Alors que Donald Trump a indiqué que son pays se retirait de l’accord nucléaire iranien le 8 mai dernier et que des sanctions allaient être rétablies à l’encontre de Téhéran, les pays de l’Union européenne veulent eux conserver l’agrément de Vienne, toutefois qualifié de « pas parfait » par la chancelière allemande Angela Merkel au lendemain d’une discussion sur le sujet entre les 28.

Mais face au poids des sanctions de Washington, certaines entreprises européennes commencent peu à peu à être au pied du mur.

Le constructeur automobile PSA a annoncé début juin qu’il préparait son retrait d’Iran, son plus grand marché étranger en volume, devenant le deuxième grand groupe français après Total à se plier aux injonctions américaines.

Suite à cette annonce, le ministre français de l’Economie et des Finances a déclaré qu’il y a « urgence à obtenir » des réponses claires des États-Unis sur les demandes européennes « d’exemptions et de délais supplémentaires » pour les entreprises présentes en Iran.

Source www.i24news.tv

LIRE  Sarah Schenirer, mère fondatrice des Batei Yaakov

Aucun commentaires

Laisser un commentaire