Erdogan menace de rompre les relations diplomatiques avec Israël !

0
893

Toujours dans la surenchère et la haine d’Israël, le président turc Recep Erdogan a lâché une nouvelle déclaration intempestive à destination des Etats-Unis et par ricochet, d’Israël: « Si le président Donald Trump reconnaît Jérusalem comme  capitale d’Israël et qu’il y transfert l’ambassade des Etats-Unis cela aura pour conséquence la rupture des relations diplomatiques entre la Turquie et Israël ! » « Jérusalem est une ligne rouge pour les musulmans » a dit le président turc devant le parlement, oubliant volontairement que la ville n’a repris de l’importance pour les musulmans que depuis que les Juifs y sont revenus.

Ces nouvelles menaces et ces propos outranciers ont entraîné des réactions très sèches en Israël. Un haut responsable israélien à déclaré: « Jérusalem est la capitale du peuple juif depuis 3.000 ans et de l’Etat d’Israël depuis 70 ans, que M. Erdogan le veuille ou non ».

Le ministre de l’Education Naftali Benett a souligné la continuité de l’attitude du président turc envers Israël en dépit de la « normalisation » et des gestes israéliens envers la Turquie: « Nous voyons malheureusement que Recep Erdogan ne rate pas une occasion depuis des années de s’attaquer à Israël. Nous devons faire prévaloir nos intérêts et notamment sur la question de Jérusalem. Il y aura toujours des critiques, mais l’unité de Jérusalem est largement préférable à l’amitié d’Erdogan« .

Le ministre des Transports Israël Katz a réagi ainsi: « Nous n’avons à recevoir ni instructions ni menaces de la part du président turc. Israël est un Etat souverain et Jérusalem est sa capitale. Il n’y a rien de plus juste historiquement que de reconnaître Jérusalem comme capitale du peuple juif. L’époque des sultans et de l’Empire ottoman est révolue ».

LIRE  Shoah: une majorité de Français ignorent le nombre de Juifs tués

Mais les Arabes palestiniens, les Jordaniens, le président Emmanuel Macron et le président turc ne sont pas les seuls à s’opposer à cette reconnaissance. Fidèle à a politique pro-arabe, l’Union européenne s’est une fois de plus rangée aux côtés de l’Autorité Palestinienne. La ministre des Affaires étrangères de l’UE, Federica Mogherini a avertit des conséquences d’une telle déclaration américaine et a demandé à ce que « Jérusalem devienne la capitale commune de deux Etats, l’un israélien, l’autre palestinien ». Federica Mogherini, qui n’a sans doute ‘pas entendu parler’ l’attentat de vendredi dernier à Arad, a par contre estimé « qu’il faut éviter toute action unilatérale qui pourrait perturber le processus de paix entre israéliens et palestiniens » (sic).

Source www.lphinfo.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire