Est-ce que la cacherouth en France risque d’être gênée par la nouvelle décision des autorités ?

0
150

Face aux difficultés d’approvisionnements en produits alimentaires, liées à la crise en Ukraine, la DGCCRF lance un service permettant aux professionnels d’effectuer une demande de modification temporaire de recettes et de dérogation d’étiquetage. Présentation.

DérogConso. C’est le nom du nouveau service destiné aux professionnels et lancé par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Objectif ? Répondre aux problèmes d’approvisionnement, liés à la guerre en Ukraine, de certains produits utilisés par les professionnels de l’industrie alimentaire.

Ces difficultés impactent, en effet, la production de denrées, pour lesquelles l’impression de nouveaux emballages, empêche dans certains cas les entreprises de se conformer pleinement à toutes les exigences en matière d’étiquetage alimentaire.

Dans ce cadre, des dérogations d’étiquetage sur la composition et la modification temporaire de recette sont possibles afin de permettre la poursuite de la production, à condition que cela n’affecte pas la sécurité des consommateurs, notamment en cas d’allergie.

Ce nouveau service permet dans un premier temps aux entreprises de soumettre une demande de dérogation d’étiquetage, via un formulaire dédié. Outre la justification de la demande, la DGCCRF vérifie notamment que l’écart entre la composition effective du produit et son étiquetage n’induit pas un risque pour le consommateur ou ne le prive pas d’une information essentielle sur la qualité d’un produit.

La question est de savoir si cela ne risque pas de perturber la pratique de la cacherouth pour les privés qui prennent leurs décisions en fonction des informations livrées sur les produits qu’ils veulent consommer, et surtout pour les spécialistes de la cacherouth, car, de la sorte, ils n’ont plus, a priori, d’informations totales sur ce que contiennent les produits qu’ils sont censés surveiller.

LIRE  Le froid en Israël, vu sur le site JDN

Aucun commentaires

Laisser un commentaire