Est-ce que la déclaration Balfour viole le droit international ?

Est-ce que la déclaration Balfour viole le droit international ?

0
50

Aux yeux de l’Autorité palestinienne, un acte historique est attribué à toutes les souffrances futures des Palestiniens. Cet acte est la Déclaration Balfour, publiée le 2 novembre 1917. La déclaration a été la première expression contemporaine et internationalement reconnue du droit du peuple juif à établir une patrie nationale dans la zone géographique connue sous le nom de « Palestine ».

« Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif , et fera de son mieux pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter préjudice à la vie civile et religieuse, les droits des communautés non juives existantes en Palestine ou les droits et le statut politique dont jouissent les juifs dans tout autre pays ».

Comme l’a révélé l’Observatoire des médias palestiniens , le ministère de l’Information de l’AP a qualifié la déclaration Balfour de « le plus grand crime de l’histoire de l’humanité », et le quotidien officiel de l’AP l’a qualifiée de « crime du siècle ».

Le conseiller du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour les affaires religieuses et les relations islamiques, Mahmoud Al-Habbash, qui est également juge suprême de l’AP chargé de la charia, a récemment affirmé que la déclaration Balfour violait le droit international :

« L’existence même d’Israël contredit le droit international. De quel droit amenez-vous des gens qui n’ont aucun lien avec cette terre et les plantez-vous ici et leur dites-vous : C’est votre foyer national ? Qui a donné à la Grande-Bretagne le droit de donner un foyer national ? La Palestine était-elle la terre du père de [l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères Arthur] Balfour ?

[Page Facebook de la Commission de l’information et de la culture du Fatah, 10 octobre 2022]

Alors, comment peut-on répondre à l’affirmation de l’Autorité Palestinienne ?

Alors que la Déclaration Balfour était une déclaration politique importante de la part du gouvernement britannique, elle n’avait certainement pas la capacité de provoquer la création de l’État juif sans un large consensus international.

Historiquement, la déclaration a été publiée dans le cadre d’un nouvel ordre régional né de la Première Guerre mondiale et de la disparition de l’Empire ottoman, qui, entre autres, contrôlait la majeure partie du Moyen-Orient depuis des siècles. Dans le cadre du nouvel ordre, de nouvelles frontières ont été tracées et des pays ont été, pour la première fois, découpés.

Dans l’Empire ottoman, la « Palestine » en tant que pays et identité nationale distincte, comme le prétend l’AP, n’a jamais existé. Au contraire, la région n’était qu’une autre région de l’empire sans définition spécifique.

L’accord britannique pour réorganiser le Moyen-Orient ne s’est pas produit dans le vide, mais plutôt dans le cadre d’un consensus international, voire arabe.

Le consensus arabe a été exprimé en 1919 entre le hachémite Faisal I bin Al-Hussein, au nom des Arabes et le dirigeant sioniste Chaim Weizmann, communément appelé l’accord Faisal-Weizmann.

L’accord arabe a ensuite jeté les bases de la conférence de paix de Paris et de la conférence tenue à San Remo, en Italie, en avril 1920. Lors de la conférence de San Remo, la communauté internationale a ensuite adopté la déclaration Balfour et a fait la désignation préliminaire que la Grande-Bretagne, en tant que titulaire du « Mandat », mettrait en œuvre la décision de créer un foyer national pour le peuple juif en Palestine :

« Le mandataire sera chargé de mettre en œuvre la déclaration initialement faite le [2] novembre 1917 par le gouvernement britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif. ”.

Les décisions prises à San Remo ont ensuite été galvanisées dans le droit international le 24 juillet 1922, lorsque la Société des Nations – le prédécesseur de l’ONU – a adopté le «Mandat pour la Palestine».

Le préambule du Mandat réaffirme la Déclaration Balfour et confirme une fois de plus le lien historique du peuple juif avec la Terre d’Israël en déclarant :

« Considérant que les Principales Puissances alliées sont également convenues qu’il appartiendrait au Mandataire de mettre à exécution la déclaration primitivement faite le 2 novembre 1917 par le Gouvernement de Sa Majesté britanniqueet adoptée par lesdites Puissances, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, étant clairement entendu que rien ne devrait être fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine, ou aux droits et au statut politique dont jouissent les juifs dans tout autre pays. Considérant que la reconnaissance a ainsi été donnée au lien historique du peuple juif avec la Palestine et aux motifs de reconstituer leur foyer national dans ce pays. »

Il est fondamental de comprendre que lorsque la déclaration Balfour a été publiée, il n’y avait pas d’identité arabe « palestinienne ». Comme l’a expliqué l’historien Abd Al-Ghani Salameh :

 » Avant la Promesse Balfour (c’est-à-dire la Déclaration) à la fin de la domination ottomane (1517 – 1917), les frontières politiques de la Palestine telles que nous les connaissons aujourd’hui n’existaient pas , et il n’y avait rien qui s’appelait un peuple palestinien avec une identité politique telle que nous la connaissons aujourd’hui, puisque les lignes de division administrative de la Palestine s’étendaient d’est en ouest et comprenaient la Jordanie et le sud du Liban, et comme tous les peuples de la région ont été libérés de la domination turque et sont immédiatement passés à la domination coloniale, sans former l’identité politique d’un peuple palestinien.

[Télévision officielle de l’Autorité palestinienne, 1er novembre 2017]

En d’autres termes, en faisant sa demande, l’AP se concentre sur un seul événement, sorti du contexte plus large, et qui présente une réalité qui manque de base factuelle.

La légitimité d’Israël dans le droit international, remise en question par l’Autorité Palestinienne et Al-Habbash, ne découle pas de la Déclaration Balfour. Il est plutôt basé sur les décisions prises par la communauté internationale pendant et après la Première Guerre mondiale. Les décisions prises à cette époque par la communauté internationale sont à la base de l’existence de tous les différents pays du Moyen-Orient.

Malheureusement, l’AP ne permet pas à des faits historiques réels d’obscurcir son jugement. En effet, les attaques et l’obsession de l’AP contre la Déclaration Balfour, telles qu’exposées ici entre autres, par PMW, sont probablement ce que l’AP a de plus proche d’un « sport national ».

Source : palwatch.org

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop