Et les élections en Israël, jeune homme ?

3
113

Cette semaine est évidemment plus qu’importante à ce point de vue, puisque demain soir, lundi, à défaut d’accords concernant le budget, la Knesseth est automatiquement dissolue et le peuple doit se rendre aux urnes dans 90 jours…

Trois chefs de partis sont intéressés à ce que cela soit la direction prise : évidemment Netaniahou, dont l’avenir à la tête du pays dépend des bons vouloirs de la cour suprême, laquelle se trouve dans la direction claire que l’on imagine, en tout cas pas favorable à Netaniahou. Ceci fait que ce dernier préfèrerait des élections, dans l’espoir d’arriver à un nouveau gouvernement qui remettrait enfin cette instance à sa noble place, bien que plus restreinte que ce qu’elle s’est permise de prendre depuis que Barak en a été le dirigeant : donner un quelconque avis une fois que les cours inférieures ne sont pas arrivées à une décision, ou que les personnes concernées font appel à la cour suprême, mais c’est tout, cette haute instance n’a certainement pas à en faire comme bon lui semble avec les décisions de la Knesset ou avec les nominations des gestionnaires de la police ou des conseillers du gouvernement (qui, eux aussi, dépendent de la cour suprême, ou au moins du sieur Mandelblit…).

A ce titre, la préférence évidente de Netaniahou concerne peut-être sa propre personne, mais en vérité, elle concerne l’ensemble des gens dans le pays, contrairement à l’image que les membres de Kakhol Lavan et autres veulent en donner ! La question étant : qui est-il maitre à bord, le gouvernement et la Knesset, ou la cour surpême. Pas moins.

LIRE  Israël-Tchad: bientôt des relations diplomatiques ?

En plus, les derniers accords prévus avec les Emirats, avec à l’horizon encore d’autres pays musulmans qui entreprendraient des relations ouvertes avec Israël, ont évidemment fait du bien à l’image de Netaniahou, qui a regagné en confiance dans l’enceinte du public. Bien qu’en fait ceci soit une raison à ne pas provoquer de nouvelles élections, car, dit-on dans les coulisses, un manque de stabilité en Israël peut provoquer un recul du côté des Emirats, et de plus Trump aurait demandé de la part d’Israël d’attendre encore un peu que d’autres pays rejoignent cette tendance, ce qui renforcerait autant Trump que Netaniahou…

Les deux autres personnalités politiques qui sont en fait intéressées par des élections le plus rapidement possible sont Benneth, qui a bien joué ces temps-ci, se présentant comme ce que l’on appelle en hébreu « l’adulte responsable », face aux jeux absurdes et débiles qui se sont déroulés entre le Likoud et Kakhol Lavan, y gagnant très fortement en voix dans le public, quand les sondages lui donnent un chiffre important de personnes pensant lui accorder leur voix.

Et il en est de même pour Yaïr Lapid, qui a aussi gagné en popularité.

Pour le public orthodoxe, toutefois, le fait que ces deux derniers groupes se sentent en bonne voie n’est pas une bonne nouvelle, car il se souvient de l’alliance entre frères perpétrée voici sept ans, amenant le groupe de Bennet à collaborer avec celui de Lapid, ce qui a été une catastrophe pour le monde religieux.

Dans les faits, que va-t-il se passer ? On le saura d’ici demain soir… Le conseiller stratégique Roni Rimon a déclaré : « À mon avis, nous n’irons pas aux élections. Le bon sens prévaudra sur les politiciens parce que tout le monde en paierait le prix. La situation de Netanyahou est mauvaise pour le moment. L’accord de paix avec les Emirats n’apporte aucun avantage électoral à Netanyahou. »

LIRE  Le parquet de Paris s’oppose à l’incarcération d’Alain Soral

Le commentateur Yitz’hak Feldman : « Les tensions au sein du gouvernement entre le Likoud et Kakhol lavan indiquent le danger de dissoudre le gouvernement. Il n’y aura probablement pas d’élections mais tout est ouvert aux deux côtés. Les heures à venir seront décisives. »

Pour l’heure (dimanche matin 10 h), Yahadouth haTora et Schass déclarent accepter la proposition de Handler, qui consiste à donner 100 jours de plus au gouvernement pour arriver à des accords, et donc éviter que la formule actuelle ne s’effondre. Ceci semble indiquer que le calme revient…

3 Commentaires

  1. Votre analyse est bonne, mais pourquoi toujours mettre l’intérêt des orthodoxes au-dessus des intérêts de l’Etat et du peuple Judéen ?

    • Parce que nous sommes petits, et ne pensons qu’à nous-mêmes, et qu’à notre groupe !
      De même, sans doute, les lecteurs comprennent-ils que nous sommes un site orthodoxe, avec ce gros défaut.
      Veuillez nous en excuser, et en prendre bonne note.

Laisser un commentaire