Les Etats-Unis vont rejeter le droit au retour palestinien

1
744

Le journal israélien Hadashot News affirme que l’Administration Trump déclarera également qu’elle s’oppose aux critères de l’ONU pour la détermination du statut de réfugiés palestiniens et qu’elle s’attachera à affaiblir encore davantage le bureau des réfugiés de l’UNRWA.

 

L’Administration Trump annoncera dans les prochains jours qu’elle rejette la demande palestinienne de longue date d’un “droit au retour” pour des millions de réfugiés et leurs descendants en Israël, a rapporté un reportage télévisé israélien. Les Etats-Unis annonceront une politique qui, “de son point de vue, annule essentiellement le” droit au retour “”, indique le reportage.

Le “droit au retour” est l’une des principales pommes de discorde dans le conflit israélo-palestinien. Les Palestiniens affirment que cinq millions de personnes – des dizaines de milliers de réfugiés originaires d’Israël d’aujourd’hui, et leurs millions de descendants – ont un «droit au retour». Israël rejette la demande, affirmant que les Palestiniens tentent de détruire Israël en pesant de par leur nombre. La population d’Israël est de presque neuf millions, dont les trois quarts sont Juifs. Un afflux de millions de personnes signifierait qu’Israël ne pourrait plus être un État à majorité juive.

Selon le reportage de Hadashot TV, les Etats-Unis exposeront début septembre leur politique en la matière. Ils produiront un rapport indiquant qu’il y a en réalité seulement un demi-million (500.000) de Palestiniens qui devraient être légitimement considérés comme des réfugiés, et qu’ils disent clairement qu’ils rejettent la désignation de l’ONU en vertu de laquelle les millions de descendants des premiers réfugiés sont également considérés comme des réfugiés. La définition est la base des activités de l’UNRWA, l’Office de secours et des travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine.

Les Etats-Unis – qui ont annoncé vendredi qu’ils avaient décidé de couper plus de 200 millions de dollars d’aide aux Palestiniens  – et ont également réduit leur financement pour l’UNRWA – demanderont également à Israël de “reconsidérer” le mandat qu’Israël accorde à l’UNRWA en Judée-Samarie/Cisjordanie. Selon le reportage télévisé, le but d’un tel changement serait d’empêcher légalement les pays arabes de canaliser l’aide à l’UNRWA en Judée-Samarie/Cisjordanie.

Créé en 1949 à la suite de la guerre d’indépendance de 1948, l’UNRWA gère des écoles et fournit des soins de santé et d’autres services sociaux aux Palestiniens de l’Ouest du Jourdain/Cisjordanie, de Gaza, de Jordanie, du Liban et de Syrie.

4adashot a déclaré que la nouvelle position américaine représentent une nouvelle approbation des positions israéliennes, des mois après que l’administration a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et relocalisé l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.

Selon le reportage télévisé, des responsables de l’Agence de sécurité nationale de l’administration Trump ont refusé de commenter cette affaire, mais les responsables ont déclaré que «l’administration annoncera sa politique sur l’UNRWA au moment opportun».

LIRE  Omer Adam a choisi d’être photographié pour Time Plus avec talith et tefilines

Plus tôt ce mois-ci, Foreign Policy a annoncé que Jared Kushner, conseiller principal et gendre du président américain Donald Trump, s’efforçait de supprimer le statut de réfugié de millions de Palestiniens dans le cadre d’un effort apparent pour fermer l’UNRWA.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a demandé par le passé que l’UNRWA soit “démantelé”. En juillet dernier, par exemple, il a accusé l’organisation de faire de l’incitation contre Israël tout en ne faisant rien pour améliorer le sort des réfugiés palestiniens. Il a demandé pourquoi ils avaient besoin d’un organe spécifique, alors que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a aidé des dizaines de millions de personnes déplacées depuis la Seconde guerre mondiale. “Le moment est venu de démanteler l’UNRWA et d’intégrer ses composantes dans le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés”, a-t-il déclaré, en accusant le corps de “perpétuer” la détresse des réfugiés palestiniens.

Vendredi, le chef de l’UNRWA a suggéré que les Etats-Unis avaient sabré son budget pour punir les Palestiniens à cause de leurs critiques de la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël, et il a averti que le problème des réfugiés palestiniens ne disparaîtrait pas pour autant.

Dans cette photo du 23 août 2018, le chef de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), Pierre Kraehenbuehl, intervient lors d’un entretien avec Associated Press à Jérusalem (AP Photo / Mahmoud Illean)

“On ne peut pas simplement souhaiter que 5 millions de personnes disparaissent”, a déclaré Pierre Kraehenbuehl, le commissaire de l’UNRWA .

Vendredi, le Département d’Etat a annoncé une réduction de plus de 200 millions de dollars d’aide aux Palestiniens, indiquant que ces fonds des contribuables ne servaient plus les intérêts américains.

L’Autorité palestinienne a condamné cette mesure comme une tentative de “chantage” fait aux Palestiniens pour qu’ils abandonnent leur demande de Jérusalem-Est et de la vieille ville pour servir de capitale à leur État palestinien indépendant qu’ils disent espérer.

 La décision de vendredi a été le résultat déclaré d’un examen de l’aide américaine à l’Autorité palestinienne, ordonnée par Trump en janvier, à la suite de l’indignation des Palestiniens provoquée par sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

“A la suite de cette révision, sous la direction du président, nous redirigerons plus de 200 millions de dollars… dans des fonds de soutien économique initialement prévus pour des programmes en Cisjordanie et à Gaza”, a déclaré un responsable du département d’Etat. “Ces fonds porteront désormais sur des projets hautement prioritaires ailleurs”.

Ce n’est pas la première fois que Trump coupe une aide de longue date liée aux Palestiniens. En janvier, la Maison-Blanche a annoncé qu’elle retiendrait également 65 millions de dollars d’aide à l’UNRWA.

LIRE  Un boulevard baptisé du nom de feu Hassan II en Israël

Au début du mois, l’administration a débloqué des millions de dollars d’aide gelée à l’Autorité palestinienne, mais uniquement pour la coopération sécuritaire israélo-palestinienne, a indiqué une source de l’administration.

Les fonds retenus vendredi sont destinés aux programmes de santé et d’éducation, ainsi qu’aux initiatives visant à rendre la gouvernance palestinienne plus efficace. Ils sont utilisés à la fois dans la Cisjordanie administrée par l’AP et dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas.

L’administration Trump a déclaré que le contrôle exercé par le groupe terroriste sur Gaza était l’une des principales raisons pour lesquelles il souhaitait cesser son aide à l’enclave côtière.

Une femme palestinienne est assise avec un enfant après avoir reçu des vivres des bureaux des Nations Unies dans les bureaux des Nations Unies au camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 février 2018. (AFP / Said Khatib)

“Cette décision prend en compte les défis auxquels la communauté internationale est confrontée pour fournir une assistance à Gaza, où le contrôle du Hamas met en danger la vie des citoyens de Gaza et dégrade une situation humanitaire et économique déjà difficile”, a déclaré le responsable du département d’Etat.

Le fonctionnaire n’a pas donné le montant exact des fonds qui seront interrompus, mais a déclaré que plus de 200 millions de dollars avaient été approuvés en 2017. Les Etats-Unis avaient prévu de donner aux Palestiniens 251 millions de dollars pour la bonne gouvernance, la santé, l’éducation la société civile dans l’année budgétaire en cours qui se termine le 30 septembre. Mais à un peu plus d’un mois avant que l’argent ne soit utilisé, soit reprogrammé dans d’autres régions ou retourné au Trésor, moins de la moitié a été dépensée.

Le retrait de l’aide par Washington intervient alors que l’équipe de Trump chargée de négocier un accord israélo-palestinien devrait publier son plan de paix tant attendu.

L’envoyé spécial de Trump pour la paix au Moyen-Orient, Jared Kushner et Jason Greenblatt, devraient présenter sa proposition dans un avenir proche, bien qu’il n’ait pas fourni de calendrier pour le moment.

Le geste de gel financier de vendredi a été immédiatement fustigé par les Palestiniens, qui ont déclaré que les coupures étaient “un chantage bon marché”.

M. Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’OLP, a déclaré que l’administration Trump “avait déjà fait preuve de rudesse dans sa collusion avec l’occupation israélienne et son vol de terres et de ressources; maintenant, il exerce une méchanceté économique en punissant les victimes palestiniennes de cette occupation. “

Les groupes juifs libéraux américains ont également fustigé ces compressions comme se faisant au détriment des efforts de paix et ont déclaré qu’ils exacerberaient les souffrances des Palestiniens.

Le groupe de défense de gauche au Moyen-Orient, J Street, a déclaré que la décision de M. Trump aurait “des effets dévastateurs sur des femmes, des enfants et des familles innocents”, arguant qu’ils “puniraient cruellement les civils palestiniens et marginaliseraient les dirigeants palestiniens”.

Le président américain Donald Trump rend hommage à ses partisans après avoir pris la parole lors d’un rassemblement politique au Charleston Civic Center à Charleston, en Virginie occidentale, le 21 août 2018. (AFP / Mandel Ngan)

Mardi, Trump a déclaré lors d’un rassemblement à Charleston, en Virginie-Occidentale, qu’Israël “paiera un prix plus élevé” et que les Palestiniens “obtiendront quelque chose de très bien” lors de futures négociations en échange de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

LIRE  Autant se taire : Chovrim chetika

“C’était une bonne chose d’y avoir procédé”, a déclaré Trump à propos de sa reconnaissance de Jérusalem et de la relocalisation de l’ambassade américaine dans la capitale“, parce que nous avons levé cette hypothèque de la table. Parce que chaque fois qu’il y avait des pourparlers de paix, ils n’ont jamais réussi à dépasser la question de Jérusalem et son devenir en tant que capitale. Alors j’ai dit, retirons ce problème de la table. Et vous savez quoi? Dans la négociation, Israël devra payer un prix plus élevé, car ils ont gagné quelque chose de très important “.

Plus tard, cherchant à dissiper les inquiétudes d’Israël, de hauts responsables américains ont déclaré à la chaîne de télévision israélienne Channel 10 que “les Etats-Unis n’imposeraient pas à Israël des conditions inacceptables dans son plan de paix”.

L’UNRWA accorde le statut de réfugié à tous les descendants de Palestiniens qui ont quitté ou ont fui Israël avec l’établissement de l’État en 1948, portant le nombre de réfugiés à environ cinq millions actuellement, alors que le nombre de réfugiés de ce conflit est estimé à des dizaines de milliers. Dans les pourparlers de paix, les dirigeants palestiniens ont toujours exigé un «droit au retour» en Israël pour ces millions de personnes – un afflux qui, s’il était accepté par Israël, marquerait la fin de l’Etat israélien en tant qu’État à majorité juive.

Israël soutient que la demande palestinienne est un effort, facilité par l’UNRWA, pour détruire Israël par des moyens démographiques. Les Palestiniens recherchent également un État indépendant en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est. Des mois de manifestations violentes en cours alimentées par le Hamas à la frontière de Gaza avec Israël, ont été lancées en mars, sous la bannière de la «Marche du retour» et encouragées par les dirigeants du Hamas avec l’objectif ultime d’effacer la frontière et de détruire Israël.

Israël fait souvent valoir qu’un Etat palestinien indépendant, s’il est accepté lors des négociations, absorberait les réfugiés palestiniens et leurs descendants, tout comme Israël a absorbé des réfugiés juifs des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord au cours des décennies passées depuis sa renaissance.

JForum avec agences dont ‘Hadashot News

1 Commentaire

  1. Il est grand temps que l’on se penche sur cette question. depuis quand le statut de réfugié est-il héréditaire ? Depuis quand existe-t-il un haut commissariat aux réfugiés particulier….

    Les quelques milliards de fonds versés depuis des décennies soi-disant pour la bonne gouvernance, la santé, l’éducation la société civile ont-ils déjà une seule fois servi à construire un tout à l’égout (pas un tunnel) dans les quartiers pauvres, alors que dans les quartiers riches (eh oui, il y en a…), vous avez piscine, hôtel 5 étoiles (avec magnifique salle de bain), centre équestre…. les chevaux sont mieux traités….
    Nonbobstant que le « petit » peuple palestinien en sera une fois de plus la victime, il est temps de mettre fin à ces aberrations.

Laisser un commentaire